Les exos

L’Association Musées Méditerranée – Association pour la Conservation et la Valorisation des collections publiques de France, région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur a publié 19 numéros dans la collection eXos, outil collectif d’analyse et d’information sur les actions des professionnels du patrimoine et des musées. Cette collection réunit de manière unique les contributions de professionnels sur des sujets originaux relatifs à la conservation et la valorisation des collections, qui restent très utiles dans l’exercice des métiers associés aux collections publiques. Par ses fonctions informatives, documentaires et scientifiques, la collection eXos reflète l’évolution de la vie des professionnels dans les musées et hors des musées. Elle est nourrie des actes de colloques, de journées d’études scientifiques, d’articles et de débats portant sur l’ensemble des questions touchant à la conservation du patrimoine et à son devenir dans un monde en mutation.

Offre :
Nous souhaitons faire profiter les bibliothèques, les librairies-boutiques des musées et tous les lecteurs intéressés de ces publications d’un prix préférentiel et vous invitons à consulter le catalogue de l’ensemble de la collection. Nous vous proposons d’acquérir un lot de 12 numéros à prix préférentiel avec 2 numéros offerts, soit 14 numéros pour la somme de 120,00€ TTC. Pour toute commande, nous vous remercions de bien vouloir utiliser le formulaire que vous trouverez via ce lien.

[ B. Alcade, C. Badet, K. Baslé, A. Blanchet, M. Calafat, J. Ferloni, É. Girard, N. Herbin, M. Jacotin, L. Juillard, S. Lagrevol, C. Létang, V. Luquet, R. May, M. Matringe, É. Mognetti, M. Perrin, M. Pulvénis De Séligny ]

Résumé : Nos « journées », et particulièrement celles dont ce recueil rend compte, font progresser nos approches professionnelles en favorisant les croisements de pratiques, en n’opposant jamais les spécialistes. Bien mieux, elles nous éloignent de la tentation pernicieuse d’un « monopole » de compétences. Elles initient des relations pérennes entre professionnels, ouvrent des discussions, permettent des démonstrations, favorisent des questionnements, induisent des exercices partagés au bénéfice des patrimoines que nous avons à étudier, documenter, conserver et transmettre. Elles démontrent que l’AGCCPF Paca est un terrain d’expérimentations, un espace de liberté, un lieu de rencontres.
Lorsque Frédérique Verliden a présidé la section Paca, il lui a semblé sage de proposer à Élisabeth Mognetti d’organiser en collaboration avec le CICRP une suite de journées d’étude sur les questions souvent complexes de la conservation-restauration, en particulier celle des collections graphiques, pour vérifier cette indispensable continuité d’exercice entre les conservateurs de musées et les restaurateurs. Notre travail en réseau, le maillage du territoire, ont donné du sens à ces journées voulues comme le reflet de ce qui se rencontre sur le « terrain », un mot qui nous est cher. Mireille Jacotin a tenu à la poursuite de ces journées et à leur publication. C’est un passage de témoin.

Télécharger un extrait

[ Jean Belvisi, Christine Breton, Gabi Dolff-Bonekamper, Altan Gokalp, Nadine Gomez-Passamar, Mireille Jacotin, Michèle Jolé ]

Résumé : Alors que la politique des musées tend plutôt à aplanir les tensions des sociétés d’aujourd’hui, la session 2007 des Entretiens de Peyresq avait ouvert une réflexion pionnière sur la dimension conflictuelle du patrimoine, générant des débats de fond qui imposaient d’approfondir la thématique.
Sous forme d’une journée d’études << sur le terrain >> (Marseille, 3 avril 2008), les deux conservateurs du patrimoine à l’initiative de ce séminaire, Christine Breton et Mireille Jacotin, ont donc proposé un deuxième chapitre visant à mettre plus particulièrement au jour la va­leur (économique et symbolique) conflictuelle du patrimoine.

[ Marc Bouiron, Joelle Bouvry, Alain Charron, Sylvie Clair, Émilie Girard, Yannick Vernet ]

Résumé : Les objets ou documents exposés ne représentent qu’un faible pour­centage des fonds patrimoniaux conservés dans nos musées, dépôts de fouilles ou centres d’archives. L’essentiel reste en réserves. Ces collections invisibles, méconnues du grand public, sont le plus sou­ vent accessibles sur demande pour une communication ponctuelle. Les protocoles de communication aux chercheurs, étudiants ou col­lectionneurs sont adaptés aux contraintes des établissements et à chaque type de collection. Suivons l’objet numismatique, archéolo­gique ou le document d’archives et interrogeons-nous, en prenant comme exemples les expériences vécues à Arles, Marseille et Nice, sur les meilleures conditions de consultation des objets hors exposition pouvant être proposées aux publics dans le respect de la sécurité des collections et de la législation.

[ David Aguilella Cueco, Françoise Beck, Gaël De Guichen, Lucienne De L’furia, Francis Laforêt, Thierry Martel, Véronique Milande ]

Résumé : L’activité de la conservation-restauration des biens culturels et le fonctionnement des institutions muséales ont connu ces dernières années des évolutions qui requièrent, outre l’harmonisation d’une terminologie professionnelle, de lancer de nouveaux ponts institutionnels entre les deux entités afin d’en améliorer les collaborations futures. Dès 2008, le Référentiel européen des professions muséales élaboré par I’ICTOP-ICOM définit en termes généralistes les orientations futures qu’il convient d’adapter aux situations locales et aux contextes concrets.

[ Eloise Antzamidakis, Frédéric Araneo, Nathalie Balbo, Michèle Brun, Marie-France Calas, Valérie Huss, Marc Mallen, Carine Peltier ]

Résumé : Si les questions juridiques n’ont jamais été étrangères aux responsa­bles de structures culturelles, la gestion des droits des œuvres d’art et des objets acquis, conservés et exposés est aujourd’hui plus complexe qu’elle ne l’a jamais été, du fait tant de la diversification des collections (photographies, multiples, installations multimédias, en­registrements sonores, etc.) et de leur immatérialité croissante, que de l’émergence de nouvelles pratiques liées à la numérisation, de nouveaux modes de diffusion des collections auprès des publics et de métiers spécifiques (designers, scénographes sonores…).
Ces évolutions mettent au cœur des établissements la notion de droits multiples et exigent d’eux qu’ils adoptent une pratique contractuelle définissant les droits de chacun et leurs limites.

[ Michel Amandry, Joëlle Bouvry-Pournot, Jean-Luc Desnier, Gildas Salaün ]

Résumé : Plus de 230 villes en France détiennent, dans des établissements aux statuts très différents, un patrimoine numismatique.
Bien conservées, les monnaies requièrent des conditions d’exposition que leur petitesse et la grande variété d’informations qu’elles affichent rendent contraignantes.
Au travers d’expériences qui sont des témoignages éprouvés (Paris,
Nantes) ou récents (Marseille), il est proposé de mettre en évidence les techniques et moyens propres à intégrer l’objet numismatique dans l’exposition et ainsi répondre, espérons-le en la satisfaisant, à la curiosité du public.

[ Joëlle Bouvry-Pournot, Christine Breton, Jean Dhombres, Nadine Gomez, Sabine Got Castellvi, Guy Lassine, André Jean-Marc Loechel, Josetie Rivallain, Thierry Sarmant ]

Résumé : À Peyresq, petit village épicurien des Alpes de Haute Provence, se sont tenus en juin 2008, les deuxièmes << Entretiens de Peyresq >>. Placés sous l’égide de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc, grand collec­tionneur, humaniste et seigneur du lieu au XVII° siècle, ces trois jours de réflexion ont mis en évidence les fondements des collections qui lui étaient chères. En tissant sa toile de correspondants, Peiresc a montré le chemin. La mise en place de réseaux de plus en plus nom­breux et diversifiés assure la diffusion de la connaissance mais aussi la mise en relation et la structuration des territoires. Aujourd’hui, quel sens donner à ces collections dans les musées du XXI° siècle?

[ Marc Bouiron, Joelle Bouvry-Pournot, Xavier De Lestre, Vincent Négri, Sébastien Thiery ]

Résumé : Les contributions rassemblées dans cet ouvrage mettent l’accent sur les vicissitudes que connaît l’objet sorti de fouilles dans son par­ cours jusqu’au musée. Les expériences relatées rappellent le cadre législatif en vigueur, ses champs d’application et ses limites, et éclai­rent les modalités de conservation propres à l’objet exhumé.
Une annexe donne in extenso la partie législative du code du patrimoine qui précise les dispositions relatives au patrimoine archéologique et contribue ainsi à la pérennité des collections.

[ Michèle Bruyère, Magali Camara, Claude Gilbert, Marie-Christine Grasse, Jean Hurstel, Sandrine Pellegrino, Jean-Paul Rey, Christine Saillard, Martine Tanguy, Patrick Vetel ]

Résumé : Face à une fracture sociale qui s’aggrave, le musée ne peut plus être seulement un lieu de recherche réservé à un petit nombre ou une institution-spectacle pour la consommation de masse. Il doit plutôt s’affirmer comme un lieu où se nouent de nouveaux liens sociaux, devenir un catalyseur et un animateur du lien sociétal.
Quelles pratiques de sensibilisation les structures culturelles peu­vent-elles inventer pour éviter l’exclusion? Quelles actions de proxi mité peuvent-elles mettre en place, et, pour ancrer l’exercice de la citoyenneté dans les valeurs patrimoniales, sur quels relais peuvent­ elles compter dans le réseau associatif?

[ Sandrine Alexie, Christine Breton, Jean Dhombres, Nadjib Ferhat, Mireille Jacotin, Odile Jacque Min, Jean-Baptiste Pisano, Prosper Wanner, Françoise Watel ]

Résumé : Le premier séminaire de Peyresq a été organisé par deux conserva­teurs exerçant à Marseille: Christine Breton, du programme européen de patrimoine intégré et Mireille Jacotin, du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Depuis 2002, l’association AGCCPF interroge les rapports entre le patrimoine et l’Europe en construction. Dimension conflictuelle du patrimoine s’inscrit dans ce cadre.

[ Christine Breton, Nadine Gomez, Marie-Christine Grasse, Hervé Passamar, Prosper Wanner ]

Résumé : Chronique/chronologie d’un travail d’observation, de réflexion et d’analyse des différentes pratiques relatives aux musées et au patri­moine, cette publication fait le point sur ce que nous, conservateurs, avons appris de cette expérience : il est nécessaire de quitter peu à peu le domaine du management strictement technique et chiffré pour aborder des études appliquées au territoire et à nos partenaires. L’étude des retombées économiques et sociales des Musées de Fran­ ce en Provence-Alpes-Côte d’Azur menée avec l’Agence Régionale du Patrimoine a suscité une application locale dans le Pays dignois sous deux formes: une analyse économique et sociale et une étude prospective de la dimension coopérative et de sa mesure avec les critères de la Loi Organique Relative aux Lois de Finances (LOLF).

[ S. Alexie, C. Breton, J. Dhombres, N. Ferhat, M. Jacotin, O. Jacquemin, J.-B. Pisano, P. Wanner, F. Watel ]

Résumé : Les 12 et 13 juin 2007, le premier séminaire de Peyresq a été organisé par deux conservateurs exerçant à Marseille : Christine Breton, du programme européen de patrimoine intégré et Mireille Jacotin, du musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée. Depuis 2002, l’association AGCCPF interroge les rapports entre le patrimoine et l’Europe en construction.
« Dimensions conflictuelles du patrimoine » s’inscrit dans ce cadre. Cette notion difficile nécessitait un site de retrait et de paradoxe ; que soient ici remerciés Nadine Gomez, qui a eu l’intuition de Peyresq, foyer d’humanisme, et, pour son accueil, l’ABSL Nicolas Fabri de Peiresc. En équilibre instable, au bord de la falaise, près du ciel et enracinés dans la longue durée du site, nous avons pu ouvrir ce premier volet.
À suivre en juin 2008.

[ C. Bernard, F. Faure, N. Gomez-Passamar, E. Mangion, F. Paringaux ]

Résumé : Ce numéro 5 de la collection EXOS fait suite à la journée d’études « Faut-il avoir peur de l’art contemporain ? » produite le 13 février 2004 au Fonds régional d’art contemporain Provence-Alpes-Côte d’Azur à Marseille et organisée par Nadine Gomez-Passamar, conservateur du musée Gassendi à Digne-les-Bains, en collaboration avec l’équipe du Frac.

[ G. Aubagnac, A. Champeaux, D. Chevallier, J.-P. Leclercq, H. Ortholan, J.-L. Riccioli, A. Villa ]

Résumé : Ce numéro 6 de la collection EXOS fait suite à la journée d’études « Entre ethnographie et musée du costume : quelle approche pour la présentation des collections textiles, de costumes et d’uniformes ? » produite le 25 février 2005 au Château de l’Emperi à Salon-de-Provence et organisée par Jean Louis Riccioli, conservateur en chef des musées de l’Emperi, de Salon et de la Crau à Salon-de-Provence.

[ C.Breton, CDC, Habitants, E. Taurines, P. Wanner ]

Résumé : Ce 8e numéro de la collection Exos fait en quelque sorte suite au n° 3 : il est, comme lui, consacré aux enjeux européens, économiques et sociaux qui bousculent l’héritage muséal.
Notre association considérait alors que la survie du patrimoine ne pouvait être assurée sans y associer étroitement toutes les couches de la société. Aujourd’hui, la Convention-cadre du Conseil de l’Europe consacrée à « la valeur du patrimoine culturel pour la société », apporte les textes de droit au patrimoine dont nous avons besoin. Cette convention publiée en octobre 2005 à Faro n’est toujours pas ratifiée par l’État français. Nous nous proposons d’en assurer une ratification citoyenne en l’appliquant et en la diffusant largement. La thématique proposée en titre se situe là ; elle apporte une contribution, ciblée sur la valeur, dans le débat associatif et démocratique.

[ Magdeleine Clermont-Joly, Pascale Girard, Michel L’hour, Frédérique Nicot, Patrice Pomey, Robert Roman, Jean-Philippe Roze, Martine Sciallano ]

Résumé : Après un rappel du cadre juridique qui s’applique aux biens culturels trouvés dans ces zones qui ne sont pas régies par les règlements de l’archéologie terrestre, l’ouvrage traite des divers problèmes que pose la conservation de ces objets soumis à l’agression du milieu ma­ rin ou vidés de leur substance par dilution dans l’eau. Sont abordés et discutés par des spécialistes du sujet les traitements spécifiques adaptés aux objets ainsi que les différentes techniques de restitution. Des exemples récents de présentation muséographique ouvrent surune réflexion quant à l’évolution des pratiques muséales.

[ JP.André; G. Aubagnac; O.Audibert; C.Baron; A.Champeaux; C.Gragez;  J.Rebière; JL.Riccioli ]

Résumé : Ce N° 4 de la collection EXOS fait suite à la journée d’études « Patrimoine et collections liées aux activités militaires: pourquoi et pour quels aménagements du territoire » du 6 novembre 2003 au musée de l’Artillerie de Draguignan, pilotée par le LCL Gilles Aubagnac, conservateur du musée de l’Artillerie de Draguignan.

Suivant les termes de la loi musée de 2002, un musée est avant toute chose une collection et c’est suivant cette définition qu’il faut concevoir aujourd’hui les musées dits militaires. S’ils sont de statut différent associatif, de collectivités territoriales ou du Ministère de la Défense, leur point commun réside dans la spécificité des collections.

[ Alexis Audé, Sophie Brochier ]

Résumé : Ce N°1 de la collection EXOS fait suite à l’étude « Référentiel métier du conservateur et attaché de conservation- Spécialité musée » lancée en 2002, finalisée en 2003 et terminée d’imprimer en février 2004 par l’AGCCPF-Paca.
Conservateur du patrimoine et attaché de conservation du patrimoine: un métier, une définition, d’infinies variations…

[ C. Breton, A.Durand, H-P.Jeudy, A.Lalaire, Y.Schaetzlé, D.Thérond ]

Résumé : Ce N° 3 de la collection EXOS fait suite à la journée d’études « Approche intégrée du Patrimoine: deux textes, deux expériences en dialogue avec les musées » du 17 mai 2002 au siège de l’AGCCPF-Paca, pilotée par Mademoiselle Christine Breton et madame Agnès Durand conservateurs du Patrimoine à Marseille.

[ C.Assante, D.Charpentier,C.Kert, A.Cordonnier, C.Origet du Cluzeau, S.Lidgi, O.Viallon ]

Présentation : Aujourd’hui, la visite des musées concerne un tiers des français. C’est la quatrième activité pratiquée pendant les vacances après la découverte de la nature, la visite d’un parent et le sport. Cependant quatre fançais sur dix ont encore aujourd’hui le sentiment que le musée demeure un endroit ennuyeux. il reste toujours considéré comme une structure fréquemment difficile, voir elitiste et inaccessible. Dans un contexte où la frontière entre loisirs et culture montre une certaine porosité, travailler avec les professionnels du tourisme, partenaires importants dans la conception et la commercialisation de produits touristiques, peut permettre d’ouvrir le musée à un public plus large et aider à promouvoir cette composante essentielle du paysage culturel.

Résumé : Ce N° 2 de la collection EXOS fait suite à la journée d’études « Musées: Outils de développment pour le tourisme et pour l’économie locale » du 11 octobre 2002 au Palais des Congrès de la ville de Grasse, pilotée Marie-Christine Grasse, conservateur en chef des musées de la ville de Grasse.

[ collectif. ] 

Acquerir. En achetant avec l’argent des citoyens pour les musées, l’acquisition publique s’adosse à une longue tradition: saisie des biens de l’adversaire, butin de guerre, collections des princes et trésors des cathédrales, passions individuelleset collections privées, création de valeur-refuge. Aujourd’hui quel sens commun anime l’acquisition? quel avenir pour la mémoire collective au moment de la marchandisation des biens symboliques?

Quelques pistes de réflexions sont proposées par l’AGCCPF-Paca pour accompagnerle cd-rom qui recense de 1988 à 2000 les participations du Fonds régional d’acquisition des musées- Fram Provence-Alpes-Côte d’Azur( Ministère de la culture et Conseil régional)

Pour commander ces publications contactez Musées Méditerranée