Musée Yves Brayer
     
Le Musée Yves-Brayer est situé dans une remarquable demeure Renaissance ayant appartenu à l'une des plus illustres familles de Provence, les Porcelet, dont les origines remontent au XIIe siècle. Sa façade originale, irrégulièrement composée de fenêtres à meneaux, se marie parfaitement avec la “Lanterne des morts” de l'église Saint-Vincent voisine. Dans la salle voûtée du rez-de-chaussée, d'intéressantes fresques du XVIIe représentent “les Quatre Vertus cardinales” et “les Quatre Saisons”. D'importants travaux de restauration, réalisés de 1991 à 1997, ont entièrement réhabilité cette demeure, construite à la fin du XVIe siècle, qui compte parmi les plus beaux bâtiments des Baux-de-Provence. Ouvert en 1991, le musée Yves-Brayer rassemble une centaine d'huiles, d'aquarelles et de dessins qui donnent un panorama général de l'œuvre de l'artiste. Il fait partie des peintres français contemporains les plus célèbres, car il a su apporter sa vision personnelle associée à un métier large, bien que fidèle à la tradition figurative. Son œuvre s'avère très diverse, car outre ses paysages, il a peint de grandes toiles de compositions, des figures, des natures mortes et il s'est intéressé à toutes les techniques mises à la disposition d'un artiste fertile.
Thématiques : Art contemporain /




Informations pratiques :

  
Adresse : Accès :
Hotel des Porcelet - 13520 - Les Baux-de-Provence
Tél. : +33490543699
Fax. : +33490543699
Contact :
cyrildumas@yahoo.fr
http://www.yvesbrayer.com
Traverser le village en suivant la direction de l’église Saint-Vincent.

Horaires : Tarifs :
Horaires avril à octobre : Du lundi au vendredi de 10h à 12h et le dimanche de 14h à 18h30Horaires d'octobre à Mars : Du lundi au dimanche de 10h à 12h et 14h à 17h30
  • Plein tarif : 4 €
  • Tarif réduit : 2,50 €
  • Tarif de groupe : 2,50
  • Tarif scolaire : 2,50
  • Autres : moins de 15 ans

Publications :

Publications adulte
– “Musée Yves Brayer, les Baux de Provence”
– “Yves Brayer” de Jean Robert Delahaut
– “Yves Brayer” de Marcel Zahar
– “Yves Brayer” Aquarelles



Acquisitions FRAM :

Solidus à l'effigie de l'empereur Constantin
Constantin Ier (274-337) paraît s'être attaché à la région d'Arles dans les années 307-316. C'est certainement la position idéale de la ville au centre de l'empire d'Occident, l'Orient étant alors sous la coupe de Licinius, qui explique la faveur dont put jouir la cité à cette époque. Outre la présence de l'empereur, bien attestée à plusieurs reprises entre 307 et 316, et la naissance, sans doute en février 317, de son fils Constantin II, il faut signaler l'organisation d'un concile en 314 chargé de réexaminer l'affaire donatiste et, ce qui nous intéresse ici, le transfert au printemps 313 de l'atelier monétaire d'Ostie. La perte de ce dernier, guère préjudiciable au Latium qui conservait celui de Rome, permettait une meilleure répartition des centres en occident (Lyon, Trèves et Londres). Une grande similitude entre les dernières monnaies frappées à Ostie et les premières émises à Arles indique que les graveurs suivirent le déménagement de l'atelier. Malheureusement, l'emplacement des quatre officines composant ce dernier demeure inconnu, aucune découverte concernant ce lieu, qui devait être assez important, n'étant venue étayer les localisations proposées : amphithéâtre, thermes dits de Constantin ou forum. Le solidus, acheté avec l'aide du FRAM, fait partie de la deuxième émission réalisée en 313, la première présentant au revers un lion passant. Il s'agit de la deuxième frappe de ce type réalisée par la troisième officine. Elle montre à l'avers la tête laurée de Constantin, à droite, accompagnée de la légende CONSTANTI-NUS P F AUG (Constantin, pieux, heureux, Auguste). Le revers est occupé par un cippe portant le mot SA/PI/EN/TIA (sagesse) sur quatre lignes et surmonté d'une chouette. Reposant sur une ligne de sol, on voit à gauche un casque à plumet, et à droite un bouclier et une haste la pointe en l'air. Le mot sagesse ainsi que les attributs sont des références à la déesse Minerve. La légende autour du cippe est PRINCIPIS PRO-VIDENTISSIMI (du prince très prévoyant) et en exergue, TARL (3ème officine d'Arles). L'atelier arlésien émit des numéraires, plus ou moins régulièrement, jusqu'à la fin de l'Empire romain, la dernière frappe ayant été réalisée en 475-476 pour Romulus Augustule, dernier empereur d'occident. C'est une collection représentative des diverses émissions que le musée de l'Arles antique essaye précisément de constituer depuis des années, bénéficiant parfois de donations exceptionnelles. La société Breitling a ainsi offert en 1998 trente et une monnaies en or, argent et bronze dont le premier solidus au nom de Constantin et au lion passant. Alain CHARRON


Informations détaillées :

Nom de l'artiste :
Genre : Objet (autre objet)
Domaine 1 : Economique - Commercial
Domaine 2 : Publicitaire - Propagande
Datation : 313 / 0 / 0
Période : Antiquité
Provenance :
Dimensions : diamtre : 0,17 m ; poids 4,65 g
Matière : or
Technique :
Commission : 1992
N° inventaire : DEP.92.00.1

Bibliographie expositions : Ph. Ferrando, Une monnaie d'Arles au nom de Constantin le Grand, Bulletin des amis du vieil Arles 97, octobre 1997, p. 3-6. Ph. Ferrando, Les Monnaies d'Arles, De Constantin le Grand à Romulus Augustule (313-476), Arles 1997, p. 34, n°13.
Solidus à l'effigie de l'empereur Constantin

Activités :

Visites guidées /