Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Jean Gilletta et la côte d'azur - Paysages et reportages 1870-1930
05-03-2018
Le palais de la Jetée-Promenade entre deux palmiers, les blanchisseuses au bord du Paillon, Èze perché sur son piton rocheux, les cueilleuses de jasmin près de Grasse, ces clichés ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Croyance - Religieux
Salut reine du ciel
Augustin Gonfond (Saint-Rémy-de-Provence, 1849-1909), agriculteur relativement aisé, a probablement appris l'art de l'enluminure au cours de sa scolarité dans des établissements religieux. Il a calligraphié et enluminé quatre ouvrages et sept tableaux qui font tous partie de la collection du musée des Alpilles. Le tableau circulaire « Salut reine du ciel » est la dernière de ses œuvres, réalisée l'année même de sa mort. Il illustre la lutte entre le Bien et le Mal, thème central du monde d'Augustin Gonfond. La Vierge, en lévitation, prie entre la lune et le soleil dans un grand nuage lumineux. Elle domine un monstre apocalyptique entouré d'animaux de l'obscurité ...
[ lire la suite ]


 
Santons napolitains
Ces santons qui proviennent des ateliers napolitains ne sont pas des chefs-d'œuvre dans le sens où on l'entend pour désigner une pièce d'art religieux de style baroque. Ils le sont pourtant à de multiples égards. L'élégance de la figuration et la finesse d'exécution de ces sculptures font de cet ensemble un exemple représentatif du mobilier des crèches nobles, mais révèle aussi la qualité du savoir-faire des artisans. Ils témoignent aussi de tout un pan de notre passé qui voit au lendemain de la Contre-Réforme un renouveau de la ferveur religieuse qui conduit l'aristocratie à la dévotion. L'évolution de la liturgie a conduit à une mise à l...
[ lire la suite ]


 
Miniature
Scènes d'annonciation extraites du livre: "Hore secundum vsum romanum" de G. Hardouyn, appartenant à la bibliothèque de Paul Arbaud.
[ lire la suite ]


 
Primitif avignonnais
Le donateur de gauche serait le chancelier Rollin. Cette œuvre a été présentée à l'exposition des primitifs français en 1905.
[ lire la suite ]


 
Tête d'Apollon Lauré
Cette tête en ronde-bosse est une réplique d'un original grec. Le profil est beau et pur. Les lèvres, bien dessinées, ont une particularité : à droite la commissure est légèrement tombante tandis qu'à gauche au contraire elle est un peu relevée, de sorte que si l'on regarde la tête de profil d'un côté, elle affecte la tristesse et de l'autre elle paraît sourire.
[ lire la suite ]


 
La Rencontre à la Porte dorée
Elémént de retable représentant une femme (Anne) et un homme (Joachim) enlacés. Au-dessus d'eux, un ange appuie ses mains sur leur tête pour les rapprocher. La scène se déroule devant une porte d'entrée de ville (la Porte dorée) qui occupe la moitié gauche du second plan ; celle-ci est percée d'une grande arche surmontée d'une corniche et d'une petite fenêtre à barreaux. A droite un paysage. Joachim, porte une barbe blanche ; il est vêtu de noir et coiffé d'un bonnet noir. Il tient Anne par le cou. Anne, la tête drapée de blanc et vêtue d'un manteau brun, tient son époux par la taille. Leurs têtes sont auréolées. "Evangile du pseudo Matt...
[ lire la suite ]


 
Saint Pierre en extase
Portrait d'homme âgé en buste, les yeux levés vers le ciel. Les cheveux en bataille, avec une barbe grise-blanche, les pommettes saillantes et roses, il est vêtu d'un simple vêtement brun, le cou dégagé. Duplessi aurait exécuté cette oeuvre à Rome d'après son maître Pierre Hubert Subleyras. Joseph Louis Siffrède Duplessi est né à Carpentras le 22 septembre 1725 et décédé à Versaille le 1er avril 1802, il était peintre à la cours du roi Louis XVI. Pierre Hubert Subleyras est né à Saint-Gilles du Gard en 1699 est mort à Rome en 1749. Il fut le maître de Duplessis à Rome.
[ lire la suite ]


 
Pierre de Carpentras ou Stèle de Taba
Pierre rectangulaire connue sous le nom de "Pierre de Carpentras". Deux scènes funèbres superposées : 1/ registre inférieur : deux personnages debout, têtes coiffées de masques d'animaux, préparent une momie sur un lit en forme de lion. De part et d'autre, une femme accroupie. 2 / registre supérieur : la défunte, debout, présente des offrandes à Osiris assis sur un trône. Une femme se tient debout derrière le dieu. Inscription sur le registre inférieur. Traduction française de la transcription latine du texte araméen (le latin est dans le "Corpus inscriptionem semiticarum") : "Bénie sois-tu, Taba, fille de Tahapi, parvenue à la perfection auprès du dieu Osiris....
[ lire la suite ]


 
Le frappement du rocher
Le Frappement du Rocher est l'esquisse du Prix de Rome de 1836 que Dominique Papety remportait cette année-là avec Charles-Octave Blanchard. Le tableau définitif est conservé à l'Ecole nationale des beaux-arts. Papety avait été formé à l'école gratuite de dessin de Marseille dirigée alors par Augustin Aubert. Il séjourna à la Villa Médicis de 1837 à 1842, sous le directorat d'Ingres, dont l'art va profondément le marquer. Il sera également influencé par les courants archaïsant de la peinture religieuse. Le Musée des beaux-arts de Marseille conserve plusieurs tableaux et dessins de Papety, dont la Consolatrix afflictorum, une de ses œuvres religieus...
[ lire la suite ]


 
Pommander
Pomander cylindrique en argent guilloché et alvéolé se dévissant en quatre parties dont la supérieure, sphérique, est ajourée et surmontée d'un anneau. La partie sphérique se divise en deux tandis que que le manche cylindrique se divise également en deux parties au niveau des deux bandeaux cannelés.
[ lire la suite ]


 
Palette à fards en forme de poisson
Les Egyptiens, très mystiques, communiquaient avec leurs dieux par des offrandes de parfums. Les fards faisaient partie du rituel, les statues des temples étant maquillées par les officiants, mais également de la vie quotidienne des profanes. Ces fards étaient pilés sur des palettes de schiste, aux formes très variées, puis dans des mortiers en albâtre.
[ lire la suite ]


 
Vase à anses
Dès la plus haute antiquité, les parfums et les fards ont servi d'intermédiaire entre les hommes et les dieux. En Egypte, ils faisaient partie des auxiliaires indispensables du grand prêtre et du pharaon au cours des célébrations rituelles. Ils jouent également un rôle important dans la vie quotidienne, protégeant des esprits maléfiques et possédant des vertus thérapeutiques. Les contenants, essentiellement en granit, calcite et albâtre, se présentaient parfois sous la forme de récipients en faïence, matériau beaucoup plus rarement utilisé.
[ lire la suite ]


 
Pommander ou Pomme d'odeurs
Caractéristiques de l'esprit libertin du XVIIIe siècle, les pommanders renferment des parfums secs soigneusement sélectionnés pour leurs vertus médicinales, jouant un préventif en période d'épidémie et plus particulièrement en cas de peste. Ce pommander du XIXe siècle, d'une grande rareté et d'une exceptionnelle qualité, se compose de six quartiers à couvercle coulissant où s'inscrivent autant de vertus cardinales. Fait rarissime, cet objet avait donc également une fonction religieuse.
[ lire la suite ]


 
Relief votif attique consacré à Pan et Apollon
La scène s'inscrit sur la face principale d'un petit autel de marbre mouluré, décoré d'acrotères latéraux aux quatre angles et pourvu au sommet d'un coussinet dressé et soigneusement profilé, creusé en son centre. Une double rangée de pierres rondes et irrégulières, disposées en arc de cercle, suscite l'image d'une grotte. Le sol inégal suggère les aspérités naturelles dans ces bouches d'ombres. A l'intérieur de l'antre, Apollon et Pan s'affrontent de part et d'autre d'un pilier hermaïque. Sur le pourtour de la grotte, respectivement du côté de Pan et d'Apollon, une syrinx et un objet rectangulaire, une tablette, sont alignés à m&ecir...
[ lire la suite ]


 
Tête de Tanagra
Le musée archéologique d'Istres présente au public des collections qui proviennent du golfe de Fos. Il a pour ambition d'augmenter ces collections par l'appoint d'objets de même provenance conservés chez des particuliers, comme le pot à garum produit à Pompéi par Aulus Umbricus Scaurus ou les autres inscriptions peintes sur amphores qui, par leur nombre et leur exceptionnel état de conservation, font la principale richesse et l'originalité de ce musée. A ces témoins des échanges commerciaux (vin, huile, conserves et sauces de poissons), s'ajoutent de nombreux objets de la vie courante à bord des navires, au port et dans l'habitat antique de Fos.
[ lire la suite ]


 
Tête de Faustine
Le musée archéologique d'Istres présente au public des collections qui proviennent du golfe de Fos. Il a pour ambition d'augmenter ces collections par l'appoint d'objets de même provenance conservés chez des particuliers, comme le pot à garum produit à Pompéi par Aulus Umbricus Scaurus ou les autres inscriptions peintes sur amphores qui, par leur nombre et leur exceptionnel état de conservation, font la principale richesse et l'originalité de ce musée. A ces témoins des échanges commerciaux (vin, huile, conserves et sauces de poissons), s'ajoutent de nombreux objets de la vie courante à bord des navires, au port et dans l'habitat antique de Fos.
[ lire la suite ]


 
Crèche : "Nativité", présentée dans un œuf
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du Palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, troisième comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lit...
[ lire la suite ]


 
Croix - Reliquaire
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du Palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, troisième comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lit...
[ lire la suite ]


 
Coffret à reliques
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, troisième comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lit...
[ lire la suite ]


 
Petit reliquaire
Remontage de médaillons à reliques plus anciens.

Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du Palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré" sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3ème Comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires.
Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les chambres.
Afin de poursuivre le réameublement de l'étage noble du palais, entrepris depuis 1969 lors de son...
[ lire la suite ]


 
Reliquaire de "Saint François de Sales"
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3e comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les ch...
[ lire la suite ]


 
Reliquaire à décor maniériste, avec médaillon "Agnus Dei"
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3e comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les ch...
[ lire la suite ]


 
Reliquaire aux fleurs de lys
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3e comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les ch...
[ lire la suite ]


 
Reliquaire à la Monstrance
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3e comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les ch...
[ lire la suite ]


 
Reliquaire "au Sacré Cœur", avec reliques de sainte Réparate et saint Clément
Les informations dont nous disposons sur le mobilier d'origine du palais Lascaris, dispersé à la Révolution après réquisition et vente du bâtiment comme "bien d'émigré", sont très lacunaires. L'inventaire du mobilier dressé en 1738 après la mort d'Alexandre Lascaris-Vintimille, 3e comte de Peille et coseigneur de Castellar, mentionne de nombreux tableaux à thèmes religieux, des objets de dévotion et en particulier des reliquaires. Conformément à l'usage généralement observé dans les demeures aristocratiques de Nice comme de la Provence, les reliquaires étaient présentés sur l'autel de la chapelle ou bien auprès des lits, dans les ch...
[ lire la suite ]


 
Judith et Holopherne
Le musée a développé une politique d'acquisition de dessins d'artistes provençaux des XVIIe et XVIIIe siècles afin de renforcer la spécificité des collections du cabinet des dessins du musée qui pourrait devenir grâce à des achats importants de fonds un lieu privilégié pour l'étude des artistes originaires de Provence ou actifs dans la région. L'achat de cet ensemble de 114 feuilles d'études par le musée a permis d'éviter la dispersion d'un fonds de qualité, témoignage d'une œuvre d'un artiste né à Avignon et qui a effectué sa carrière à Rome où l'on peut voir encore de ses œuvres à Santa Maria in Tr...
[ lire la suite ]


 
Communion de la Madeleine
Inscription au revers et dédicace - Segnon - Carrachi - Roma. Le musée a développé une politique d'acquisition de dessins d'artistes provençaux des XVIIème et XVIIIème siècles afin de renforcer la spécificité des collections du cabinet des dessins du musée qui pourrait devenir grâce à des achats importants de fonds un lieu privilégié pour l'étude des artistes originaires de Provence ou actifs dans la région. L'achat de cet ensemble de 114 feuilles d'études par le musée a permis d'éviter la dispersion d'un fonds de qualité, témoignage d'une œuvre d'un artiste né à Avignon et qui a effectué sa carrière &agra...
[ lire la suite ]


 
Petite ancre votive
Le Musée d'Istres présente le matériel issu depuis la fin des années 40, du golfe de Fos et plus précisément de l'anse Saint-Gervais. Cet endroit était l'aboutissement du canal que le général Marius avait fait creuser à ses troupes en 102 avant J.-C. pour relier Arles à la Méditerranée. C'était le point de rupture de charge pour tous les navires qui, venant de Méditerranée, voulaient remonter le Rhône. Pour la plupart, il fallait effectuer un transbordement sur des navires plus petits. A ce titre cette zone est immensément riche en vestiges: épaves antiques, objets jetés isolés, structures portuaires englouties. Le musée d'Istres pré...
[ lire la suite ]


 
La mort de Pallas
C'est avec La mort de Pallas, bas-relief en plâtre que Giraud avait reçu en 1805 un premier prix d'encouragement. Le sculpteur allait plus tard traduire en marbre ce relief et c'est cette version que le musée des Beaux-Arts a acquise. La scène est tirée du livre XI de l'Enéide et représente la douleur du roi Evandre, l'allié d'Enée dans sa conquête du Latium, à qui l'on ramène le corps de son fils mort au combat. Giraud qui devait l'année suivante remporter le grand prix de Rome, a peu produit d'où l'intérêt de ce grand relief qui vient enrichir la collection de sculpture du musée en mettant en lumière le foyer néo-classique en Provence illustré par les &...
[ lire la suite ]


 
Arbre cosmique ou arbre à monnaies
Les branches finement ajourées de cet arbre imaginaire s'ornent de créatures fantastiques humaines, telles les Immortels, et animales ainsi que de représentations de sapèques, monnaies de l'époque, ce qui a valu à ce type d'objets - on en dénombre une trentaine trouvés à ce jour et conservés en Chine - l'appellation "d'arbres à monnaies". Ce dernier trait fait allusion à la pratique encore vivante, dans la Chine du XIXe siècle, d'attacher des monnaies à des branches de pin, offrande adressée aux divinités de l'arbre. Rayonnant d'une lumière symbolisée par de fins rayons, cet arbre surmonté à son faîte du disque Bi symbolisant le ciel et fich&eacu...
[ lire la suite ]


 
Etude pour une Marie-Madeleine
Les musées de Cavaillon sont le lieu de mémoire des communautés qui, du néolithique à nos jours, ont construit peu à peu une identité. Musées d'un terroir, d'une ville, de sites urbains privilégiés telle la Carrière, l'ancien ghetto. La démarche patrimoniale de sauvegarde, d'inventaire, de mise en valeur initiée par la famille Jouve il y a un siècle se poursuit aujourd'hui à travers l'action de la conservation départementale des musées et du patrimoine à laquelle le Conseil général de Vaucluse, Ville de Cavaillon et Etablissement public Calvet concourent institutionnellement. Depuis 1985, une politique d'acquisition des musées s'est peu à...
[ lire la suite ]


 
Ossuaire juif
Les quatre Saintes Communautés du Comtat Venaissin - Avignon, Carpentras, l'Isle-de-Venisse devenue plus tard l'Isle-sur-Sorgue et Cavaillon – par l'émancipation juridique qu'apportera la République à tous les citoyens de la nation française, connaîtront des destinées différentes. A l'Isle, le quartier dans son entier disparaîtra au fil des aménagements du XIXe siècle, seule la synagogue sera préservée à Carpentras, celle d'Avignon brûlera. Un seul ensemble urbain va subsister, c'est aussi celui qui, depuis la fin du XVe siècle, est le plus anciennement attesté, Cavaillon. Prenant le relais du Comité de Sauvegarde des Synagogues Comtadines, la famille Jouve, plus...
[ lire la suite ]


 
Jésus enfant prenant la croix de saint Joseph
Ce tableau bien connu fut probablement dans la collection de Lord Cowper depuis le XVIIIe siècle (Hugh Graham Belsey "The life and collecting", Dissertation submitted for the Degree of M. Litt. at the Barber Institute of Fine Arts, Univesity of Birmingham, octobre 1981, ms.). Le tableau conservé en Grande-Bretagne depuis le XIXe siècle et documenté depuis lors a été récemment étudié par Francesca Baldassari, qui a consacré une monographie à Carlo Dolci (Ed. Artema, Turin, 1995, n° 27). L'achat de ce tableau nous permet d'apporter un complément intéressant à la collection de peintures italiennes du musée des Beaux-Arts qui constitue l'un des points forts de ce musée. Marie-Pau...
[ lire la suite ]


 
PRECEDENT 1  2  3  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile