Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Frédéric LANOVSKY
31-12-2018
Sculpteur contemporain né à Cannes en 1965, Fréderic Lanovsky réalise des sculptures géantes et à taille humaine dont les dernières pièces ornent les jardins du Musée ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Acquisition de l'oeuvre de Gaston Chaissac "Signes"
01-01-2022
Anatole Jakovsky fut l’un des premiers à s’intéresser aux productions artistiques hors-normes ...

Evénement

L’atelier de Noël de Salagon
09-12-2017
Création de jouets en miniatures
Samedi 9 décembre, venez fabriquer avec vos enfants des décorations de Noël avec une médiatrice du musée de Salagon ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Artistique
Souvenirs Bonne Année
Les ex-voto de Gilli sont des tableaux-assemblages, qui intègrent des éléments symboliques à une composition hétéroclite d'objets trouvés. Il s'agit là d'une exaspération voulue du fétichisme folklorique, du traitement de l'objet pour l'objet. La matière première de ces arrangements de ready-made, Gilli va la chercher dans les vieux cimetières, les dépôts d'Emmaüs (la brocante de l'abbé Pierre), et les "bordilles" (décharges publiques). Cette présentation fétichiste de l'objet trouvé ou du rebut en transcende l'obsolence par les multiples biais du sentiment, de la mémoire, de la nostalgie, de l'humour et de bien d'autres stimulations psychiq...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
En 1969, fortuitement, une promenade sur le marché du cours Saleya à Nice provoque chez Gilli un véritable choc : un cageot renversé sur le sol laisse échapper un flot mouvant d'escargots en quête de liberté. Le tracé des viscosités, le potentiel formel aléatoire des empreintes humides le conduisent, de retour à son atelier, à provoquer des mises en scène, des expérimentations, dans lesquelles l'escargot est soumis à des provocations. Chaque réaction du gastéropode se traduit par un cheminement différent matérialisé par la peinture à l'eau dont l'animal est enduit. De là, des compositions sur papier où interviennent les empreintes s...
[ lire la suite ]


 
Accumulation Renault
A compter du début des années 60, Arman entreprend les "Accumulations" d'objets ; celles-ci font suite aux séries des "Cachets" et des "Allures d'objets" où l'artiste fait déjà intervenir l'objet sous forme d'empreintes dont les traces accumulées en viennent parfois à saturer la surface de l'œuvre. Les "Accumulations" concernent des objets de rebut, des produits manufacturés, les "Poubelles" de 1959 en sont les premières réalisations. Elles se déclinent d'un conditionnement à l'autre : boîtes en verre ou en bois pour les premières œuvres puis inclusions dans la résine polyester à partir de 1961, ou dans le béton, et varient d'une série d'objets &ag...
[ lire la suite ]


 
Vénus aux ongles rouges
La collection permanente du Musée d'art moderne et d'art contemporain de Nice comprend une œuvre historique d'Arman : Allure aux bretelles 1959 (encre de Chine sur papier) - donation de l'artiste, une Accumulation Renault c.1968 (accumulation de culasses) et des œuvres récentes : - The Birds (accumulation de pinces autoblocantes) 1981 - Clair obscur (violons et violoncelles calcinés) 1982 Le musée a eu l'opportunité de réaliser cette acquisition provenant d'une collection historique développée à Nice : la collection Ronchèse-Ferrero. Le musée a présenté en 2001 une exposition rétrospective de l'œuvre d'Arman. Gilbert PERLEIN
[ lire la suite ]


 
Sin Titulo 39
Dans sa poursuite d'un programme d'expositions de jeunes artistes du bassin méditerranéen, le Musée d'art moderne et d'art contemporain de Nice a présenté, pour la première fois en France, dix-huit œuvres de Susy Gomez, jeune artiste majorquine, née à Pollença (Baléares) en 1964. Cette exposition itinérante (Fondation Miró de Mallorque, 1999) a mis l'accent sur l'œuvre photographique et sculpturale de l'artiste. Huit agrandissements photographiques (240 x 180 cm) d'images de presse de la mode féminine de luxe, reportées sur bois et retravaillées à la peinture, mettent en scène un corps humain fragmenté, mystérieux, où sont oblitér&ea...
[ lire la suite ]


 
Il mistero della piramide
Le Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice a présenté du 11 décembre 1999 au 3 avril 2000 pour la première fois en France une grande rétrospective consacrée à l'artiste italien Mimmo Rotella.
Mimmo Rotella fut le premier à exposer publiquement un affiche lacérée en tant qu'œuvre d'art. Pour protester contre la société de consommation, l'artiste s'approprie et détourne des affiches publicitaires ou cinématographiques dans les rues de Rome, notamment des affiches de films des studios de Cinecittà rendant compte de la totale immersion du cinéma dans la mythologie quotidienne des années 60. En 1961, il rejoint le groupe des Nouveaux-Réalistes.
Mais Rotella ne s'enferme pas dans une pratique répétitive, il célèbre la technologie moderne dans les œuvres du Mec Art. A ce jour, le musé...
[ lire la suite ]


 
River of earth
Depuis 1995, Andy Goldsworthy et Régine Chopinot, danseuse et chorégraphe, travaillent ensemble. Pour son spectacle la danse du temps, La chorégraphe a demandé à Andy Goldsworthy de concevoir la scénographie. L'artiste a proposé River of earth : un mur d'argile de 50 m2 dont le processus de transformation par séchage serait filmé (1 image / 8 secondes) ; le film constituant le fond de scène de la chorégraphie. Le projet fut réalisé en juin 1999 et l'œuvre originale reste la première œuvre in-door de cet artiste britannique dans le musée de Digne, qui a choisi cette région comme "un laboratoire" et un lieu où serait présentée la plus grande collect...
[ lire la suite ]


 
Tabula Terra
Tom Shannon travaille sur les forces invisibles qui nous gouvernent; la gravité, les phénomènes magnétiques en font partie. Tabula Terra est une table de bois dont le plateau est un miroir métallique. Un globe en fibre de verre peint aux couleurs de la Terre s'élève au-dessus de la table grâce à la lévitation magnétique. L'axe du globe est parallèle à celui de la Terre et se trouve ainsi dans la même relation au Soleil et aux étoiles que la Terre qui nous porte. L'image de cette situation se reflète dans le miroir de la table. Nadine PASSAMAR-GOMEZ
[ lire la suite ]


 
Snow house
Cette œuvre en deux parties fait partie d'une série exécutée à Penpont en Ecosse, où Andy Goldsworthy vit et travaille dans un environnement rural. Ce qui est intéressant dans cette œuvre c'est l'utilisation de la neige, matériau qui revient souvent dans les œuvres de cet artiste : ici dans le paysage comme un iris mystérieux autour duquel s'organise le chaos schisteux, parfois sous forme de trace quand la neige fond et délivre les matériaux emprisonnés (cf. coll. FNAC). Cette idée culminera avec le projet réalisé à Londres en 2000 : snow ball project : une dizaine de boules de neige transportées depuis le Dumfriesshire jusqu'à la City en juin et qui ont ...
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
Ce dessin de Constantin montre la ville de Digne vers 1800 lorsque l'artiste y était professeur de dessin. Constantin s'est installé sur la colline de Saint-Lazare, autre lavis conservé dans les collections du musée – Granet montre la ville du même endroit. Ce point de vue est similaire à celui exécuté par Antoine Ignace Melling quelques années plus tard mais l'ambiance générale des deux œuvres est radicalement différente. Une scène pastorale anime le premier plan. Plus loin, sur les berges de la Bléone, s'organise le flottage d'un ensemble de troncs. La composition baigne dans une lumière qui annonce l'orage. La gauche de l'œuvre est bouchée par des nuages vigou...
[ lire la suite ]


 
Village des environs de Digne (Malijay)
Ce dessin ne représente pas le village de Malijai, situé sur les rives de la Bléone. Le sujet n'a pas encore pu être identifié. Le paysage tient une place majeure dans l'œuvre de Constantin qui est considéré comme un des précurseurs des paysagistes provençaux. Dès la fin du XVIIIe celui-ci aimait sortir de l'atelier pour croquer sur le motif, les lieux, les arbres, les gens, les berges des rivières ce qui lui permettait de mieux exprimer les émotions ressenties devant la nature. On retrouve ici des thèmes chers qui traversent son œuvre : la présence des éléments d'architecture, hérité de son séjour italien et des paysages de la campagne romaine, et...
[ lire la suite ]


 
Le Cairn (série de 25 cibachromes et deux cartels) de digne
Daté du jour de la prise de vue et signé en général. En résidence à Digne pendant l'été 1995, l'artiste britannique, a réalisé dans le lit de la rivière qui coule au nord de Digne, le Bès, une série d'œuvres éphémères dans la tradition de son travail avec la nature : en utilisant uniquement les matériaux fournis par son environnement, (ici : les galets, la boue, les branches). Parmi ces œuvres, un cairn (empilement de galets) fut constitué. Pour Andy Goldsworthy, il s'agit "d'une œuvre majeure et significative (….) par le fait que c'est une sculpture qui croît et qui change". La série de cibachromes permet de suivre le processus...
[ lire la suite ]


 
Fantômes dans le fantômier
Fantômes dans le fantômier est une boîte qui contient environ 100 à 150 figurines et 200 à 300 œuvres accrochées aux murs. Depuis longtemps, René Jullien et Martine Balata construisent des musées. Ce qui est là miniaturisé en peinture pouvant y devenir sculpture et vice-versa. Les personnages sortent des toiles et se jettent à la face de tel ou tel autre à voir. Jusqu'à présent leur ouvrage s'ourlait à partir de reproductions et ces musées se retrouvaient en galerie, ou appartements, loin de leurs éponymes réels ou supposés. Enfin, un musée pourrait être dans le musée. On pourra passer de l'échelle au réel et du rée...
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
L'artiste-voyageur Antoine Ignace Melling nourrit dès 1810 le projet d'exécuter des vues de toutes les préfectures de France. Il réalise son souhait avec sa fille Adèle, organisant un voyage dont la date exacte n'est pas connue (après 1819). Le Midi l'attire et l'artiste passera successivement à Grenoble, Sisteron et Digne. Lors de ce séjour, il va exécuter une vue de Digne prise depuis la route de Nice. Ce dessin comporte toutes les caractéristiques des œuvres de Melling : dessin scrupuleux et précis, sens de la perspective, souci de l'exactitude et le choix habile du point de vue qui, ici, montre, au loin, la ville dominée par son clocher, adossée sur un fond de montagne. Le premier plan se p...
[ lire la suite ]


 
144 dessins
Peintre, écrivain, critique d'art, musicien, Etienne Martin restera fidèle toute sa vie à l'approche paysagiste de l'Ecole provençale initiée par son maître Antoine Vollon et par son père, l'aquarelliste Paul Martin. Pour le musée de Digne son rôle fut essentiel car la fondation de cet établissement initiée par son père sera continuée par Etienne qui fut conservateur du musée pendant quarante-deux ans. Le fonds du musée a conservé une vaste série de peintures à l'huile. Cet ensemble de dessins, souvent datés et localisés, permet une meilleure connaissance des toiles permettant d'en dater la plupart. Cela met également en évidence la ma&icir...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Doté d'une solide formation classique, Claude Viallat s'installe à Nice où il enseigne à l'Ecole des Arts Décoratifs de 1964 à 1967. La révélation de Matisse et de peintres américains comme Jules Olitski est décisive. Il entreprend alors une réflexion sur la réalité strictement matérielle de la peinture.
A partir de 1966, il radicalise sa production par la répétition d'une forme emblématique qui est toujours sa marque. Parallèlement, il commence à utiliser les supports les plus variés (draps, toiles de bâche...) sans châssis, et à exploiter leur mobilité (pliage, teinture). Ses recherches en font une des figures de proue du mouvement Supports-Surfaces (1969-1972).
Figure devenue historique, son travail n'en continue pas moins d'évoluer non pas linéairement mais "en spirale, à partir d'u...
[ lire la suite ]


 
Relief bleu
Le Relief bleu de la collection Schmela (1978) – ultérieurement appelée, après la mort du marchand, Tombeau ou Hommage à Smila – est une des trois œuvres réalisées par Jean Tinguely avec le Relief rouge (178 x 288 x 112 cm) qui reste dans la collection de l'artiste, et le Relief rouge (178 x 288 x 112 cm) du Preunischer Kulturbertz, National Gallery. Il date de 1978 et fait transition entre la période des Crocodrome (présentés au Centre Pompidou) et les grandes machineries de Meta-Harmonie I et II de 1979. Les trois œuvres, depuis les Meta-Matic, sont les seules œuvres de Tinguely conçues en tant que relief. Le Relief bleu, animé d'un mouvement très lent, pouvait complét...
[ lire la suite ]


 
Nissa-bella
Initialement tenté par l'écriture, Martial Raysse s'oriente vers les arts plastiques dès l'âge de dix-neuf ans. A Nice, il élabore ses premières pièces à partir d'éléments récupérés. En 1960, il est l'un des plus jeunes membres fondateurs du Nouveau Réalisme. Considéré bientôt comme le créateur français le plus proche du Pop Art américain, Raysse participe à de nombreuses expositions en Europe et aux Etats-Unis. Jusqu'en 1966 il met en scène des figures féminines stéréotypées très colorées issues d'images publicitaires ou de photographies démesurément agrandies et en teintes fluorescen...
[ lire la suite ]


 
Samarkand Stitches Series n°1
La série des "Samarkand Stiches" appartient à un long projet de Rauschenberg intitulé the ROCI projet (Rauschenberg Overseas Culture Interchange). Il s'est agi pour Rauschenberg de voyager dans des pays aussi divers que le Mexique, le Japon, le Tibet, la Malaisie, l'URSS... tous encore très marqués par leurs traditions et leur artisanat ; sur place, il a observé les "produits" de la culture locale et les a réinjectés dans son propre travail et sa démarche faite de collage et d'assemblage. Ainsi se mêlent éléments iconographiques et d'artisanats locaux aux techniques et aux images occidentales. Ce projet prend fin au mois de mai et est sanctionné par une exposition à la National Gallery de Washi...
[ lire la suite ]


 
David et Goliath (d'après Caravage) réunissant les têtes tranchées de Caravage et Pasolini et 12 photographies des interventions dans Naples
Ernest Pignon-Ernest est né à Nice en 1942. Il passe son enfance et son adolescence à Nice dans le quartier du port et de la place Garibaldi, à deux pas du Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain. En 1988, l'artiste découvre une ville, Naples, lieu de rencontre de toutes les mythologies, religions, légendes... Pignon-Ernest est fasciné par le vieux Naples et c'est dans la peinture napolitaine du XVIIe siècle qu'il trouve l'argument de ses interventions sur les murs de la ville : le Caravage, Ribera, Stanzione ont sa préférence. Le dessin, accompagné de douze photographies couleurs des images en situation dans les rues de Naples, est l'une des études préparatoires les plus abouties r&eac...
[ lire la suite ]


 
13 lances
Gilbert Pedinielli est né le 15 janvier 1939 à Nice. Lors des dix premières années de sa vie, il séjournera en Côte d'Ivoire, à Marseille et en Corse, son père étant militaire. Après des études au lycée Masséna où il commença à peindre en 1954, il rentre à l'Ecole nationale des arts décoratifs à Paris d'où il sort diplômé en 1962 (section architecture). Ensuite, il s'inscrit et étudie au cours supérieur d'esthétique industrielle de l'Ecole des arts appliqués de Paris. Après avoir travaillé dans un cabinet d'architecture durant 5 ans, il rentre au Centre d'étude et de recherche d'IBM à ...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Olivier Mosset est né à Berne en 1944. Il s'installe en 1965 à Paris où il travaille avec Daniel Buren, Michel Parmentier et NieleToroni, constituant à tous les quatre BMPT, à partir des initiales de chacun d'eux, de décembre 1966 à décembre 1967. Les œuvres des artistes BMPT s'attachent à l'objectivité de la peinture. Elles sont réalisées sur des supports de grand format, aux motifs répétitifs dénués d'émotion, sans sujet. A partir de 1966 Olivier Mosset peint au centre d'une toile blanche un cercle parfaitement neutre, qu'il reproduira quelques deux cents fois durant huit ans .
Olivier Mosset travaille à New York et en Suisse.
[ lire la suite ]


 
Dormeuse
Robert Malaval est né à Nice en 1937. A l'âge de 16 ans il découvre la peinture, Van Gogh et les surréalistes. De 1948 à 1960, il réside dans les Basses-Alpes. Alphonse Chave lui propose son premier contrat et l'installe à Vence. Au cours des années 1961-1962, apparaissent dans son œuvre les reliefs de papier encollé, dont la technique est inspirée des carnavaliers de Nice et qui le conduisent à la série des Aliments blancs, œuvres réalisées de 1961 à 1965. Robert Malaval entreprend dès 1965 un cycle de sculptures et reliefs Rose-Blanc-Mauve, où s'inscrit La Dormeuse, moulages de corps en polyester stratifié, qui prolongent le travail de mise en vo...
[ lire la suite ]


 
Lehni
Lehni présente cinq éléments d'une série illimitée de sculptures dont les formes sont dérivées d'un cube d'un mètre de côté. Cette œuvre réunit plusieurs constantes caractéristiques du travail de Sol Lewitt. D'une part la structure modulaire cubique et son rapport volumique de 8,5 à 1 entre l'objet manufacturé et l'espace ; d'autre part, l'épuisement par l'artiste des combinaisons et variantes possibles en se contraignant à l'usage de la verticale, de l'horizontale et des deux diagonales à 45°.
[ lire la suite ]


 
Cosmogonie rose-vent (COS 24)
Au cours d'un voyage en 1960, Yves Klein fixe une peinture bleue sur papier sur le toit de sa 2 CV. Au bout du voyage de Paris à Nice, les effets des intempéries sur la peinture font apparaître un vieillissement prématuré de la matière. Les cosmogonies enregistrent les manifestations de la nature, le vent, la pluie, toutes sortes d'intempéries. Ce sont les intempéries et le vent qui occasionnent une répartition de la couleur en spirales. Généralement bleues, les cosmogonies, comme COS 24, peuvent aussi être roses, surtout à partir de fin 1961. Ce sont des "reportages planétaires des manifestations de l'énergie vitale".
[ lire la suite ]


 
Feu (F55)
Yves Klein réalise sa première peinture-feu en 1957 avec Feux de Bengale. Seize feux de Bengale sont fixés sur un monochrome bleu et l'artiste les allume lors d'un vernissage chez Colette Allendy, le 14 mai 1957. D'autres œuvres peintures-empreintes de feu sont réalisées par Klein au cours de l'exposition qui lui est consacrée en 1961 au Museum Haus Lange de Krefeld en Allemagne, sur des feuilles de papier qu'il présentait à la flamme des brûleurs. Dessin caractéristique de la combustion douce avec des becs Bunsen : en forme de rose étoilée aux pétales très ouverts, comme F55. Souvent exécutées en public en présence du responsable scientifique de l'expérience, ...
[ lire la suite ]


 
Anthropométrie (ANT 84)
Chef de file des Nouveaux Réalistes, Yves Klein est un peintre plein de ressources chez qui foisonnent en permanence les idées et les inventions. Les Anthropométries marquèrent dans le déroulement de l'œuvre de l'artiste un moment de création très important. "... Un jour, j'ai compris que mes mains, mes outils de travail pour manier la couleur ne suffisaient plus. C'était avec le modèle lui-même qu'il fallait brosser la toile monochrome bleue. Non, ce n'était pas de la folie érotique. C'était très beau. J'ai jeté une grande toile blanche par terre. J'ai vidé vingt kilos de bleu au milieu et la fille s'est ruée dedans et a peint là mon tableau en se roulant sur ...
[ lire la suite ]


 
Avenue d'Italie
Raymond Hains aborde la pratique artistique par le biais de la photographie. Réalise des photos abstraites, à partir d'un objectif cannelé qu'il a mis au point, provoquant l'éclatement de la forme qui sera l'un des principes fondamentaux de sa recherche. Il signe avec Jacques de la Villeglé un film d'animation, "Pénélope", sur ce même principe de la destruction de l'unité formelle de l'objet. Dès 1949, il découvre le potentiel plastique des affiches lacérées avec lesquelles il réalise les compositions abstraites, dynamiques et discontinues. En 1959, il expose à la Biennale de Paris sa première palissade, La Palissade réservée, et recouvre d'affiches lacér&eacu...
[ lire la suite ]


 
Têtes mortes
Tout comme Richter ou Morley, l'œuvre de Roland Flexner peut se voir attribuer l'adjectif d'éclectique. Son travail est fondé sur une représentation soustraite de toutes références, tant géographiques que temporelles, il tend vers un mélange et une confrontation des siècles et des cultures. Conçue par Roland Flexner, la série des douze dessins couvre une période de cinq années (1986 à 1991) et constitue la seule série existante parmi la centaine de dessins réalisés durant cette même période, sur le thème des vanités et de la mort. L'ensemble s'inscrit sur la base d'une répétition mouvante ou chaque "tête morte" analyse la forme...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Originaire du Gard, Daniel Dezeuze séjourne aux Etats-Unis avant d'exécuter ses premières œuvres, où il fait preuve d'une abstraction radicale dans l'esprit d'une époque qui met en question la peinture. Il expose alors de simples châssis tendus d'une feuille de plastique transparent en guise de toile. Membre actif du groupe Supports-Surfaces.
Gilbert PERLEIN
[ lire la suite ]


 
Modifiable
Albert Chubac est né à Genève en 1925. Après des études à l'Ecole des Arts Décoratifs de cette ville, il fréquente en 1945 l'Ecole des Beaux-Arts. Deux ans plus tard, ses études terminées grâce à l'obtention de bourses, il séjourne une année à Laghouat (Algérie), fréquentant les villes du Sud, Ourgla et Gardhia. En 1948 il voyage en Espagne ; durant ces années, son œuvre subit successivement les influences de Bonnard, Dufy et Matisse… L'année suivante est décisive car il rencontre Nicolas de Staël qui aura une grande influence sur son travail. Il part pour la Grèce, après la traversée de l'Italie. En 1950, il s&eac...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Né à Cannes en 1946, Max Charvolen y fait toutes ses études primaires et secondaires et passe son C.A.P. de menuisier. En 1964, il entre à l'Ecole des Arts Décoratifs à Nice, mais deux ans plus tard, exclu de l'école, il s'inscrit à l'Ecole des Beaux-Arts de Marseille. A partir de 1967, il fréquente le milieu artistique niçois, découvre l'œuvre d'Yves Klein et commence à travailler sur vinyle transparent entre fond et forme. L'année suivante, il rentre à l'Ecole d'Architecture de Marseille et deux ans après il crée avec Chacallis, Isnard, Maccaferi et Miguel le "Groupe 70" à Nice. Ce groupe au cours des trois années suivantes expose en France et à l'étranger. En 1971, il part pour le Brésil où il travaille dans l'agence d'architecture de Niemeyer. Deux ans plus tard, il devient architecte ...
[ lire la suite ]


 
Sol/mur (bleu)
Louis Cane est l'un des protagonistes les plus actifs du groupe Support-Surfaces qui cherche à réaliser le "degré zéro" de l'art en déconstruisant la peinture par une analyse "matériologique" de ses éléments. Cette analyse s'accompagne nécessairement d'une remise en question de l'accrochage traditionnel : les "tableaux" sont simplement agrafés au mur ou posés sur le sol sans châssis. La pratique picturale de Louis Cane; s'énonce comme une démonstration de la peinture par ce qui la fait; il s'agit d'élaborer l'inventaire de toutes les qualités intrinsèques de la toile non plus, comme écran-plan mais comme une surface dans l'espace. Avec ses toiles au sol, Louis Cane, ...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
D'origine calabraise, Martin Caminiti est né le 8 septembre 1959 à Taurianova. Il passe son enfance à Roquebrune-Cap Martin (Alpes-Maritimes) et c'est à Nice qu'il choisit de vivre et travailler.
De 1974 à 1977, il prépare le certificat d'aptitude professionnel de menuisier. Il passe 2 ans à la Villa Thiole (Ecole municipale de dessin à Nice), avant d'entrer à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs en 1982, dont il obtient le diplôme (D.N.S.E.P.) en 1987. Une bourse d'études la même année lui permet, dans le cadre de la manifestation "Sous le regard", d'avoir un atelier à la Villa Arson et de rencontrer entre autres, Niele Toroni, Jan Dibbets, Stanley Brown. C'est là qu'apparaît pour la première fois dans ses sculptures la "roue de bicyclette" en hommage à Marcel Duchamp.
En 19...
[ lire la suite ]


 
PRECEDENT 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile