Musée des Arts asiatiques
     
Der allgemeine Rat der Alpes Maritimes hat dem berühmten japanischen Architekten Kenzo Tange ein Gebäude bestellt, das ein Museum sein soll, ein Ort von Zusammenkünften und von Austausch zwischen den asiatischen Künsten und der westlichen Kultur. Der Plan dieses Museums, das auf einem künstlichen von Wasservögeln durchquerten See gebaut werden soll, beruht auf zwei grundlegenden geometrischen Formen in Asien: das Viereck, Symbol der Erde und der Kreis, Symbol des Himmels. Basiert auf einer Wahl symbolischer Werke, die den Geist der asiatischen Kulturen erwähnen, die Hofkünste und populäre oder Stammesausdrücke mischen, versöhnen die Sammlungen des Museums Arten, die traditionell zwischen Museen der Geschichte, der Ethnografie und der Dekorationskünste explodiert sind, und sich gleichzeitig für zeitgenössische Schaffung interessieren. Im Herzen der Sammlungen, die lebenden Kunstschauspiele wie die Freitage von Asien, die Demonstrationen der Gesten von Asien, die wöchentlichen Zeremonien des Tees, verlängern und erfreuen diese den Spaziergang des Besuchers in diesem ruhigen Ort.





Thématiques : Arts non occidentaux / Beaux arts / Photographie /
Actualités
Activités
Animations pédagogiques / Ateliers / Visites guidées / Interventions hors murs /
Activite public jeune :
Visites guidées
Ateliers: Origami, calligraphie chinoise et japonaise, cérémonie du thé japonaise, présentation du thé chinoise, cours de danse indienne (Odissi) à partir de 12 ans, démonstration d'Ikenana
Réservation indispensable

Activite public familial :
Visites guidées
Ateliers: Origami, calligraphie chinoise et japonaise, cérémonie du thé japonaise, présentation du thé chinoise, cours de danse indienne (Odissi) à partir de 12 ans, démonstration d'Ikenana
Réservation indispensable

Activite public adulte :
Visites guidées
Ateliers: Origami, calligraphie chinoise et japonaise, cérémonie du thé japonaise, présentation du thé chinoise, cours de danse indienne (Odissi) à partir de 12 ans, démonstration d'Ikenana, relaxation
Réservation indispensable

Activite public specifique :
Musée Hors les murs

Publications
Publications scolaire
Fiches pédagogiques et quizz ludiques réalisés par le musée à l'occasion des expositions temporaires

Publications enfant
Quizz ludiques réalisés par le musée pour certaines expositions temporaires

Publications adulte
Cartes postales, affiches.
Catalogues ou petits journaux publiés à l'occasion de chaque exposition temporaire : http://musee-artsasiatiques.cg06.fr/fr/presentation/publications/catalogue-expo/catalogue-des-expositions/


Acquisitions FRAM
Cheval Haniwa
Les Haniwa sont des figures de terre cuite (littéralement "cylindre de terre cuite") fabriquées au Japon du IVe au VIIe siècles pour orner les tombes des plus puissants chefs des communautés agricoles et placés tout autour des cumulus artificiels qui recouvrent les sépultures de la période Kôfun. Faits d'argile et cuits pour résister aux intempéries le plus longtemps possible, ce sont au début de simples cylindres ; plus tard, apparaissent des représentations figuratives mais demeurent creux à l'intérieur pour les empêcher de se craqueler pendant la cuisson. Le cheval, monture précieuse et chère, est représentatif du rang élevé et de l'origine aristocrat...
[ lire la suite ]

Paire de paravents aux livres et rouleaux épars
L'exposition "Contes d'Ici et de l'Au-delà" en janvier 2002 présenta le résultat d'une étude scientifique complète de ces deux pièces acquises en 1998. Cette étude, réalisée par Christine Shimizu, permit d'identifier la plupart des scènes miniaturisées comme l'illustration d'épisodes littéraires précis extraits des plus anciens romans, contes et légendes du Japon médiéval. Emblématiques du Japon, ces œuvres sont autant un voyage dans l'imaginaire littéraire de l'époque de Heian (794-1185), que dans son art de vivre, illustré par l'usage même des paravents comme écrans ou témoins des relations humaines dans la vie de cou...
[ lire la suite ]

Robe à dragon ou "jifu"
Cette robe de cour masculine, qualifiée de "merveilleuse et rare" par John Vollmer, spécialiste des textiles chinois, a été datée par lui très exactement du tout début du XVIIIe siècle. Elle correspond donc au passage entre la dynastie des Ming et celle des Qing, d'origine mandchoue, peuple de cavaliers, conquérants qui s'approprient le rôle symbolique du costume de cour et mènent ici une réflexion sur leurs nouvelles fonctions d'empereurs de Chine. Le vêtement volumineux de la cour Ming s'affine, se fait plus près du corps tandis que les manches se terminent en sabot de cheval et que le bas de la robe est fendu, pour permettre le mouvement. Le décor symbolique l'envahit tout entiè...
[ lire la suite ]

Pieds de trône
Ces quatre pieds de trône en ivoire affectent la forme de pattes d'oiseau de proie très souvent utilisées dans l'art décoratif indien, mêlant le réalisme de la représentation animalière à la fantaisie du décor qui couvre la patte de l'animal : motifs végétaux, bijoux et feuille d'acanthe témoignant d'une influence occidentale. Ils révèlent la magnificence des cours royales de l'Inde du Sud au XVIIIe siècle et rappellent que l'une des contributions majeures de la civilisation indienne au patrimoine mondial réside dans sa maîtrise étonnante de toutes les formes de sculpture, qu'elle soit monumentale ou appliquée aux arts décoratifs. Ici, le sculpteur...
[ lire la suite ]

Elément d'escalier d'eau (Châdar)
Rappel historique : Bâbur, jeune chef mongol descendant à la fois de Gengis Khan et de Timûr (Tamerlan), s'était emparé de Kabûl en 1504, se fixant ainsi en Afghanistan. Il prend le pouvoir à Delhi en 1526, se rendant maître du Nord de l'Inde et initiant ainsi la fameuse dynastie des Grands Moghols. Ses successeurs Humâyûn (1530-1538 et 1555-1556), Akbar (1556-1605), Jahângîr (1605-1627), Shâh Jahân (1628-1658) et Aurangzeb (1658-1707) se révèleront de grands empereurs, favorisant un épanouissement artistique qui marqua de son empreinte l'Inde du Nord autant que les réalisations des siècles précédents. Au cœur de leurs multiples intérêt...
[ lire la suite ]

Ganesha dansant
Différentes traditions font de Ganesha le fils du dieu Shiva – principe à la fois destructeur et créateur de l'Univers – et de sa parèdre la déesse Parvati, fils non charnel, car il est créé par Parvati, selon certaines versions, à partir d'argile modelée ou de l'écume de son corps. Le linga-puràna raconte qu'il fut créé par Shiva afin de favoriser les entreprises divines et contrecarrer les actions néfastes des démons. Sitôt créé, il se mit à danser, à l'instar de son père, devant l'assemblée des dieux. Si l'on veut résumer la complexité exubérante des nombreux textes et mythes anciens qui s'attachent à Ganesha, on peut dire que le dieu concentre toutes les croyances religieuses liées au shivaïsme. Chaque parcelle de son divin corps symbolise les forces de l'Univers. Comme toujours, en In...
[ lire la suite ]

Daim et daine affrontés
Cette paire de cervidés, un daim et une daine, brillants de l'éclat symbolique de l'or, flanquaient à l'origine une roue de la Loi, au-dessus du portail d'entrée d'un monastère tibétain, dont ils consacraient les lieux, image se détachant sur les vastes paysages montagneux du Toit du monde. Rencontrée dès les environs de l'ère chrétienne en Inde, cette représentation est ancienne ; elle ne cessera d'être répétée, peinte ou sculptée et prendra dans certains cas, au Tibet, une ampleur monumentale. En effet, ces grands emblèmes bouddhiques émergeant des toitures recouvertes de cuivre ouvragé, évoquent un moment historique fondamental : le premier se...
[ lire la suite ]

Arbre cosmique ou arbre à monnaies
Les branches finement ajourées de cet arbre imaginaire s'ornent de créatures fantastiques humaines, telles les Immortels, et animales ainsi que de représentations de sapèques, monnaies de l'époque, ce qui a valu à ce type d'objets - on en dénombre une trentaine trouvés à ce jour et conservés en Chine - l'appellation "d'arbres à monnaies". Ce dernier trait fait allusion à la pratique encore vivante, dans la Chine du XIXe siècle, d'attacher des monnaies à des branches de pin, offrande adressée aux divinités de l'arbre. Rayonnant d'une lumière symbolisée par de fins rayons, cet arbre surmonté à son faîte du disque Bi symbolisant le ciel et fich&eacu...
[ lire la suite ]

Verseuse à eau ou "yutô"
Ce chef d'œuvre de l'art japonais du laque, grande verseuse en laque Negoro considérée comme l'une des meilleures pièces connues dans les collections internationales, servait à contenir l'eau du thé dans des temples bouddhiques tels le Negoro-ji, province du Kii (actuelle préfecture de Wakayama). C'est très certainement dans les ateliers de ce célèbre temple, détruit en 1585, où les moines avaient porté à sa perfection la fabrication de tels objets en bois tourné puis patiemment recouvert de couches de laque couleur de cinabre sur fond de laque noire, que fut exécutée cette verseuse aux formes chantournées, héritées de la Chine, particulièrement ...
[ lire la suite ]

Les collections
Informations pratiques
Adresse :
Arénas - 405, promenade des Anglais - 06200 - Nice
Tél. : +33492293700
Fax. : +33492293700
Contact :
arts-asiatiques@departement06.fr
http://www.arts-asiatiques.com
Accès :   Plan d'accès
Route : autoroute A8, sortie Promenade des Anglais, puis tourner à gauche “Arénas”. Depuis Nice centre : Promenade des Anglais, face à l’aéroport, prendre la contre-allée à la hauteur du parc Phoenix, stationnement payant. Bus : lignes 9, 10, 23. Train : SNCF métrazur Saint-Augustin.



Horaires :
tous les jours sauf le mardi de 10 h à 18 h du 2 mai au 15 octobre et de 10h à 17h du 16 octobre au 30 avril

Tarifs :
  • Gratuit : entrée gratuite
Services :
            
Logo
Carte du réseau
Carte archéologique