Musée Calvet
     
L'hôtel de Villeneuve-Martignan, dans lequel est installée une partie du Musée Calvet, est l'un des plus prestigieux bâtiments occupé par la Fondation.

Ce magnifique hôtel de style franco-italien du XVIIIe siècle, entre cour en calade et jardin, fut construit par Jean-Baptiste Franque, assisté de son fils François.

S'y ajoute, attenant, le bel hôtel particulier acheté par la ville au début du XXe siècle à la famille de Montlaur.

Le Musée Calvet abrite aujourd'hui les oeuvres d'art du XVIe au XXe siècle, et contient d'innombrables fonds donnés ou légués par des mécènes, amateurs d'art et collectionneurs, tels le Baron de Montfaucon, Esprit Requien, Noël Biret, la famille de Montlaur, et dernièrement Marcel Puech.

L’importance de ses collections a valu au musée Calvet d’être considéré comme "Musée de France". Il compte des dizaines de milliers de numéros à l’inventaire, qui appartiennent à des domaines aussi divers que l’archéologie, les beaux-arts (peintures, sculptures, dessins), les arts décoratifs (orfèvrerie, faïence et porcelaine, tapisserie, ferronnerie) et l’ethnologie (Asie, Océanie, Afrique).


Thématiques : Antiquité / Archéologie / Art moderne / Arts non occidentaux / Beaux arts /

Musée Calvet


Hôtel de Villeneuve-Martignan (ancien), 18e siècle
Ensemble des bâtiments entourant la cour d'honneur ; ensemble des bâtiments entourant le jardin, au Nord
(y compris l'aile en retour ouvrant sur la courette Nord), à l'Ouest, au Sud (y compris le mur longeant la rue Horace Vernet) ;
le sol de la cour ; le sol du jardin ; le sol de la courette Nord (cad. LL 500p, 501) :
classement par arrêté du 1er octobre 1963



Actualités
Activités
Cycles conférences /
Publications
Publications scolaire
Nombreuses publications, par exemple :
– Rachel Ville, “Qui suis-je ? Portraits du musée Calvet racontés aux enfants, de l’Égypte à l’art moderne”.


Publications adulte
Nombreuses publications, parmi lesquelles :
– Jean Gascou et J. Guyon (sous la direction d’Odile Cavalier), “La collection d’inscriptions gallo-grecques et latines du musée Calvet”, éd. de Boccard, Paris.
– Sylvain Boyer et Franck Guillaume, “Catalogue des peintures des Écoles du Nord”, RMN, Paris.


Acquisitions FRAM

Notice: Undefined variable: titre in /usr/home/v1020/html/agccpf/portail/musee/musses_collection_seul.php on line 42
Le vase, un magnifique cratère à panse ovoïde porte sur les deux faces un décor extrêmement riche. Sur la face principale, le décor du col se distingue par sa qualité et son exubérance. Une femme, vraisemblablement la déesse Aphrodite, est assise sur un cygne aux grandes ailes déployées et tourné vers la gauche. La déesse et l'oiseau surgissent au milieu d'un foisonnement de fleurs, de plantes dont la présence n'est sans doute pas strictement décorative mais pourrait entretenir des liens avec les rites funéraires locaux. En effet, des arbres, des fleurs, comme les asphodèles agrémentaient les nécropoles en Grande-Grèce. Sur la panse est représentée une scène funéraire, typique de l'iconographie apulienne. A l'intérieur d'un naiskos (édicule funéraire imitant de véritables monuments) figure le défunt : un jeune cavalier -en compagnie d'un couple, ses parents, une femme assise à gauche et un homme debout barbu. Les armes du disparu pendent au plafond. Le casque porté par le jeune homme, de forme ronde, est très rare sur les vases apuliens et renvoie à une pièce d'armement typiquement indigène. De part et d'autre du naiskos, quatre femmes et hommes présentent des vases, miroirs et offrandes, accessoires faisant référence au culte des morts. Sur l'autre face, s'observe une composition similaire : le naïskos accosté de personnages mais à l'intérieur de l'édicule, c'est un jeune homme, le défunt dans la nudité héroïque, qui est assis. La présence du cygne et son traitement, celui du cheval, la richesse du décor ont permis à certains spécialistes de rattacher ce vase à la production du Peintre de Ganymède (330-320 av. J.-C.) qui précède les œuvres de la jeunesse du Peintre de Baltimore, un des peintres apuliens de la période tardive les plus chevronnés et qui travaille à la même période que le Peintre de la Patère. Or, parmi la belle série de vases apuliens abrités au Musée Calvet et enrichis régulièrement depuis une dizaine d'années, figurent deux œuvres de ces peintres dont l'une, la barrel-amphora du Peintre de Baltimore, constitue un des fleurons. Odile CAVALIER
[ Informations détaillées ]


Notice: Undefined variable: titre in /usr/home/v1020/html/agccpf/portail/musee/musses_collection_seul.php on line 62



Informations détaillées :

Nom de l'artiste :
Genre : Ustensile
Domaine 1 : Croyance - Religieux
Datation : 0 / -199 / -100
Période : Antiquité
Provenance : Galerie Puhze, Fribourg
Dimensions : hauteur : 58cm ; largeur : 32,4cm ; épaisseur : 8 cm
Matière : Marbre très blanc à grains cristallins, marbre de Paros ?
Technique : Sculpture. Haut relief
Commission : 2000
N° inventaire : 999-1
Bibliographie expositions : Inédite. O. CAVALIER, "Le chagrin vaincu. A propos d'une nouvelle stèle cycladique au Musée Calvet" à paraître dans la Revue des Etudes Anciennes", décembre 2003.
Les collections

Notice: Undefined variable: titre in /usr/home/v1020/html/agccpf/portail/musee/musses_collection_seul.php on line 42
Le vase, un magnifique cratère à panse ovoïde porte sur les deux faces un décor extrêmement riche. Sur la face principale, le décor du col se distingue par sa qualité et son exubérance. Une femme, vraisemblablement la déesse Aphrodite, est assise sur un cygne aux grandes ailes déployées et tourné vers la gauche. La déesse et l'oiseau surgissent au milieu d'un foisonnement de fleurs, de plantes dont la présence n'est sans doute pas strictement décorative mais pourrait entretenir des liens avec les rites funéraires locaux. En effet, des arbres, des fleurs, comme les asphodèles agrémentaient les nécropoles en Grande-Grèce. Sur la panse est représentée une scène funéraire, typique de l'iconographie apulienne. A l'intérieur d'un naiskos (édicule funéraire imitant de véritables monuments) figure le défunt : un jeune cavalier -en compagnie d'un couple, ses parents, une femme assise à gauche et un homme debout barbu. Les armes du disparu pendent au plafond. Le casque porté par le jeune homme, de forme ronde, est très rare sur les vases apuliens et renvoie à une pièce d'armement typiquement indigène. De part et d'autre du naiskos, quatre femmes et hommes présentent des vases, miroirs et offrandes, accessoires faisant référence au culte des morts. Sur l'autre face, s'observe une composition similaire : le naïskos accosté de personnages mais à l'intérieur de l'édicule, c'est un jeune homme, le défunt dans la nudité héroïque, qui est assis. La présence du cygne et son traitement, celui du cheval, la richesse du décor ont permis à certains spécialistes de rattacher ce vase à la production du Peintre de Ganymède (330-320 av. J.-C.) qui précède les œuvres de la jeunesse du Peintre de Baltimore, un des peintres apuliens de la période tardive les plus chevronnés et qui travaille à la même période que le Peintre de la Patère. Or, parmi la belle série de vases apuliens abrités au Musée Calvet et enrichis régulièrement depuis une dizaine d'années, figurent deux œuvres de ces peintres dont l'une, la barrel-amphora du Peintre de Baltimore, constitue un des fleurons. Odile CAVALIER
[ Informations détaillées ]


Notice: Undefined variable: titre in /usr/home/v1020/html/agccpf/portail/musee/musses_collection_seul.php on line 62



Informations détaillées :

Nom de l'artiste :
Genre : Ustensile
Domaine 1 : Croyance - Religieux
Datation : 0 / -199 / -100
Période : Antiquité
Provenance : Galerie Puhze, Fribourg
Dimensions : hauteur : 58cm ; largeur : 32,4cm ; épaisseur : 8 cm
Matière : Marbre très blanc à grains cristallins, marbre de Paros ?
Technique : Sculpture. Haut relief
Commission : 2000
N° inventaire : 999-1
Bibliographie expositions : Inédite. O. CAVALIER, "Le chagrin vaincu. A propos d'une nouvelle stèle cycladique au Musée Calvet" à paraître dans la Revue des Etudes Anciennes", décembre 2003.
Informations pratiques
Adresse :
65, rue Joseph Vernet - 84000 - Avignon
Tél. : +33490863384
Fax. : +33490863384
Contact :
musee.calvet@mairie-avignon.com
http://www.musee-calvet.org
Accès :   
Près de la gare, parkings proches

Horaires :
De 10h à 13h et de 14h à 18h. Fermé le mardi.
Jours de fermeture exceptionnelle : le 1er janvier, 1er mai et 25 décembre.


Tarifs :
  • Plein tarif : 6 €
  • Tarif réduit : 3 €
  • Tarif de groupe : 3 €
  • Gratuit : Aux scolaires et étudiants accompagnés de leurs professeurs, aux Avignonnais le du 1er/09 au 30/06, aux jeunes de la communauté d'agglomération de moins de 18 ans du 1e dimancher/09 au 30/06, aux enfants de moins de 12 ans, aux accompagnateurs de groupes
Services :
    

Musée Calvet


Edifice protégé au titre des Monuments historiques
Hôtel de Villeneuve-Martignan (ancien), 18e siècle
Ensemble des bâtiments entourant la cour d'honneur ; ensemble des bâtiments entourant le jardin, au Nord
(y compris l'aile en retour ouvrant sur la courette Nord), à l'Ouest, au Sud (y compris le mur longeant la rue Horace Vernet) ;
le sol de la cour ; le sol du jardin ; le sol de la courette Nord (cad. LL 500p, 501) :
classement par arrêté du 1er octobre 1963



Carte du réseau
Carte archéologique