Musée départemental Arles antique
     
Le Musée départemental Arles antique rassemble les collections anciennement abritées dans la chapelle des jésuites et l'église Sainte-Anne.

La présentation débute par l’évocation de l’Arles préhistorique puis protohistorique. Le cœur du musée est consacré cependant à la période romaine, depuis la fondation d’Arles jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive.

Le parcours est organisé de manière chronologique et thématique : la romanisation, les monuments de spectacles, le décor de la maison, l’art funéraire... Le musée d’Arles est justement célèbre pour ses remarquables œuvres sculptées de la période augustéenne, des mosaïques des IIIe et IVe siècles, et surtout la série des sarcophages paléochrétiens constituant un des ensembles les plus importants du monde romain.






Thématiques : Antiquité / Archéologie / Numismatique / Préhistoire /
Actualités
Activités
Animations pédagogiques / Ateliers / Visites guidées / Cycles conférences / Adaptées publics spécifiques
Activite public jeune :
Visites thématiques; stages; ateliers; rencontres avec des professionnels, visites guidées, conférences

Activite public familial :
Journées thématiques ; jeux parents-enfants ; contes ; sorties archéologiques, jeux te raconte.

Activite public adulte :
Visites thématiques; stages; ateliers; rencontres avec des professionnels, visites guidées, conférences

Activite public specifique :
Visites thématiques; ateliers;

Publications
Publications scolaire
Le service médiation propose des dossiers enseignants, renseignements : 04 13 31 51 03

Publications adulte
Le musée dispose de catalogues reltifs aux expositions temporaires.
En vente à l boutique du musée.


Acquisitions FRAM
Solidus de Magnence
L’atelier monétaire d’Ostie, transféré à Arles suivant la volonté de Constantin en 313, a frappé monnaie pour une grande partie des empereurs jusqu’à la fin de l’Empire, en 476.
Les émissions les plus riches ont concerné la famille Constantinienne, mais également des usurpateurs qui sont maintenant tombés dans l’oubli. Magnence est l’un de ceux-là.
Né à Amiens en 303, fils d’un Breton et d’une Franque, il effectue toute sa carrière dans l’armée. Il devient capitaine des gardes de l’empereur Constant, fils de Constantin le Grand et empereur d’Occident, qu’il fait assassiner en 350. Proclamé empereur à Autun, il n’est pas reconnu par Constance II, frère du défunt, qui gouverne l’Orient. Il est battu lors de deux batailles décisives à Mursa (Illyrie) et Mons Seleucus ( Hautes-Alpes) et do...

[ lire la suite ]

Les collections
Sarcophage de la remise de la Loi à saint Pierre
Dans la niche centrale, le Christ docteur, debout sur la montagne d'où sortent les quatre fleuves du paradis, tend le livre déroulé de la Loi à Pierre, accompagné d'un apôtre. A la gauche du Christ se tiennent Paul et un apôtre séparés par un palmier portant le phénix, symbole de la résurrection. Aux extrémités, le Lavement des pieds à gauche ; à droite, le Christ devant Pilate et la scène du Lavement des mains. Sur les petits côtés à gauche, la Source miraculeuse, à droite, le Baptême du Christ dans le Jourdain.
[ lire la suite ]

Sarcophage de Phèdre et Hippolyte
Ce sarcophage (le seul de ce type à avoir été découvert dans notre pays) est exceptionnel par sa qualité plastique et par son origine attique, en Grèce. La production y fut importante dès le IIe siècle mais elle était cependant plutôt destinée aux côtes orientales de la Méditerranée. Les tombeaux étaient transportés inachevés puis finis sur le lieu de destination afin de donner les traits des défunts aux personnages figurés sur le couvercle. L'exemplaire d'Arles est composé d'une cuve et d'un couvercle en forme de lit où le défunt est présenté allongé. A l'origine, il s'agissait d'un couple, mais le deuxième pers...
[ lire la suite ]

Mosaïque de l'enlèvement d'Europe
Cette mosaïque polychrome figure (dans un panneau bordé d'une tresse à deux brins et d'une ligne de triangles noirs dentelés) l'enlèvement d'Europe, fille du roi de Tyr, par Zeus métamorphosé en taureau blanc qui emporte la jeune fille à travers la mer depuis la Phénicie jusqu'en Crète. Europe est assise en amazone, les jambes nonchalamment croisées, retenant son voile gonflé par le vent. Sereine, elle ne paraît pas le moins du monde redouter son ravisseur au regard langoureux et à la puissante musculature. Le mosaïste a rendu la transparence de la mer figurée par des tirets fragmentés sous une ligne d'horizon. La mosaïque – qui mesurait 4 mètres de côt&...
[ lire la suite ]

Statuette de gladiateur
Cette statuette d'un homme dans l'attitude du combat représente un gladiateur de la catégorie des secutores. Le combattant porte un casque renforcé qui était, dans la réalité, orné de plumes et d'un panache très élevé. Ici, la partie antérieure est mobile, permettant de découvrir le visage du personnage. Celui-ci n'a pour tout vêtement qu'un pagne retenu par une large ceinture décorée de rinceaux. La jambe gauche est protégée par une jambière de cuir bardée de métal, alors que la droite n'est chaussée que d'un brodequin. Le bras droit, qui brandit le glaive, est couvert d'une manica montant jusqu'à l'épaule, tandis que le gauche tie...
[ lire la suite ]

Faune
Ce personnage déhanché est un faune, un de ces petits démons champêtres, mi-homme mi-chèvre, équivalents des satyres grecs, protecteurs des troupeaux et des bergers. Celui-ci n'a gardé de sa nature animale que les oreilles pointues. Sa chevelure désordonnée, ceinte d'une couronne de laurier, souligne son aspect sauvage. Compagnon de Bacchus, il tenait dans sa main droite levée, soit un thyrse, soit une grappe de raisins. Les yeux ont encore leur incrustation d'argent, mais la prunelle a disparu ainsi que les lèvres qui devaient être en argent ou en cuivre
[ lire la suite ]

Epitaphe d'un édile
Face : A(ulo) POMPIEO A(uli) F(ilio) SABAT(ina tribu) PIO AED(ili) KAREIA SEX(ti) F(ilia) INGENVA MATER T(estamento) F(ieri) R(ogavit) A(ulus) KAREIVS AMOMVS H(eres) P(onendum) C(uravit) L(oco) D(ato) D(ecreto) D(ecurionum) –  A Aulus Pompeius Pius, fils de Aulus, de la tribu Sabatina, édile. Kareia Ingenua, fille de Sextus, sa mère, a sollicité, par testament, que (ce monument) soit édifié. Aulus Kareius Amomus, son héritier, a pris soin de l'élever, en un lieu désigné par décret des décurions. Revers : TESTAMENTO SIBI FIERI IVSSIT – Il a demandé dans son testament que (ce monument) lui soit élevé. Cette plaque ornait probablement la base d'une statue, élevée pa...
[ lire la suite ]

Bouteille en forme de grappe de raisin
Vase plastique en verre devant contenir du vin cuit ou du vin miellé.
[ lire la suite ]

Le bouclier votif d'Auguste
SENATVS POPVLVSQVE ROMANVS IMP(eratori) CAESARI DIVI F(ilio) AVGVSTO CO(n)S(uli) VIII DEDIT CLVPEVM VIRTVTIS CLEMENTIAE IVSTITIAE PIETATIS ERGA DEOS PATRIAMQVE
Le Sénat et le peuple romain à l'empereur César Auguste, fils du divin (Jules), consul pour la huitième fois, ont offert ce bouclier en hommage à son courage, à sa clémence, à sa justice, à sa piété envers les dieux et la Patrie. Le clipeus virtutis était le symbole de l'hommage solennel que le sénat décernait aux vertus civiques d'un citoyen. Ce bouclier votif - en or ou en bronze doré - souvent réalisé par un artiste de renom, était alors exposé dans la curie. Ce fut le cas en 27 av. J.-C. lorsq...

[ lire la suite ]

Autel A la Bonne Déesse
BONAE DEAE CAIENA PRISCAE LIB(erta) ATTICE MINISTRA A la Bonne Déesse. Caiena Attice, affranchie de Prisca, prêtresse. Autel décoré d'une couronne de chêne et de deux oreilles, symbole de la bienveillante attention de la déesse. Sur les faces latérales, deux instruments de sacrifice, un préféricule (vase libatoire) et une patère ornée d'une tête cornue. Il faut signaler la découverte d'un autel comparable à Glanum (St Rémy de Provence) dans un petit sanctuaire dédié à Attis, montrant que la Bonne Déesse est à identifier avec Cybèle
[ lire la suite ]

Statue colossale l'Auguste
Le torse de cette sculpture fut découvert en 1750 devant les colonnes du théâtre antique d'Arles. Une tête, exhumée en 1834, qui s'y rapportait parfaitement, permit alors d'identifier Auguste, debout en semi-nudité héroïque. Des restaurations récentes confirment l'hypothèse proposée jadis par Fernand Benoît : la sculpture en marbre d'Italie était enchâssée dans une draperie de calcaire, découverte elle aussi en 1834. Le vêtement traité en plis amples et profonds devait être peint, certainement de couleur pourpre, contrastant ainsi avec le marbre blanc. La statue ornait la niche centrale du mur de scène, où elle avait été mise en place avec...
[ lire la suite ]

Aphrodite
Ce buste, d'une exceptionnelle qualité plastique, représente la déesse de l'amour, Aphrodite, qui fut assimilée à Vénus dans le panthéon romain. Sa coiffure est composée de tresses, séparées en bandeaux et réunies en un chignon bas. Au départ de la chevelure, un trou marque l'emplacement d'un diadème. Le travail du marbre, biaisé à la hauteur de la poitrine, révèle que la sculpture était en deux parties, le buste venant s'ajuster au vêtement travaillé indépendamment. Ce procédé, ainsi que le traitement de l'épaule gauche d'où glisse le tissu, rapproche l'Aphrodite arlésienne d'une sculpture acéphale dite ...
[ lire la suite ]

Informations pratiques
Adresse :
Presqu'île du cirque romain BP 205 - 13635 - Arles
Tél. : +33413315103
Fax. : +33413315137
Contact :
info.mdaa@departement13.fr
http://www.arles-antique.cg13.fr
Accès :   Plan d'accès
quartier de Barriol, derrière l'hôtel mercure et la CCI. Parking du musée

Horaires :
Ouvert tous les jours, sauf le mardi et les jours fériés, 10h-18h.
Fermeture :
Tous les mardis
Les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, et 25 décembre.

Tarifs :
  • Plein tarif : 8 €
  • Tarif réduit : 5 €
  • Tarif de groupe : 80 €
  • Gratuit : Gratuit pour tous les publics les 1er dimanche de chaque mois.
Services :
            
Logo
Carte du réseau
Carte archéologique