Musée Georges-Borias
     
Collections d’histoire locale, arts décoratifs, archéologie, beaux-arts. Fonds André Gide.







Thématiques : Archéologie / Arts décoratifs / Beaux arts / Histoire locale régionale / Littérature /
Actualités
Activités
Visites guidées / Adaptées publics spécifiques
Activite public jeune :
Visites guidées thématiques : le portrait, les personnages célèbres, l'alimentation autrefois, autres thèmes sur demande.

Activite public familial :
Livret-safari : à la découverte des animaux dans les collections du musée. A faire seul ou en famille, à partir de 6 ans.

Activite public adulte :
Visites guidées générales et thématiques, pour les groupes sur réservation. Visites guidées thématiques "L'Objet du mois". Audioguides gratuits, en français et anglais, disponibles à l'accueil du musée et en téléchargement sur le site internet http://uzesmusee.blogspot.fr

Activite public specifique :
Visites guidées adaptées, sur demande

Publications
Publications enfant
Livret Safari, à la découverte des animaux dans les collections du musée

Publications adulte
Guide des collections du musée d'Uzès
Catalogues d'expositions temporaires
"Uzès musée vivant", bulletin de l'association des Amis du musée


Acquisitions FRAM
Armoires peintes
Cette paire d'armoires porte un décor peint de motifs en rouge et or sur un fond sombre. Le fond est peint avec un mélange de pigments naturels et de colle de peau. Les motifs sont peints à l’huile.
Ces meubles peuvent être datée vers 1702-1703 grâce aux papiers de la famille d'Uzès qui les conservait depuis l’origine (contrat de mariage en 1703 et inventaire après décès de l’époux, mentionnant deux «cabinets» en sapin noirci, provenant de la dot de la veuve).
Le décor figure uniquement sur les portes, ornées de deux branches de palmier liées par un ruban noué, surmontées d’initiales entrelacées et de couronnes. Ces motifs sont séparés par un petit panneau suggérant un tiroir en trompe-l’œil, avec une poignée en forme de tête de lion.
Les palmes nouées peuvent évoquer la symbolique des...

[ lire la suite ]

Carreaux de pavement médiévaux
Cet ensemble de 230 carreaux en terre cuite provient du château de Blauzac, près d'Uzès. Certains sont unis, avec une glaçure jaune, verte ou brune. D’autres sont blancs avec des motifs peints en vert et brun : motifs géométriques (cercles, damiers), blasons de fantaisie, feuillages, fleurs de lys et même animaux : oiseau, tête d’animal fantastique. Beaucoup de carreaux sont tellement usés qu’il ne reste plus rien en surface.
Le décor des carreaux et leur forme, avec des bords en biseaux, sont très proches d’autres carrelages trouvés dans le Vaucluse, à Avignon (Palais des Papes) et à Châteauneuf-du-Pape. On sait par les archives pontificales que de grandes quantités de carrelages avaient été commandées en 1317-18 par le pape Jean XXII, puis à partir de 1334 par Benoît XII, à des artisans...

[ lire la suite ]

Les collections
"Les Magnanarelles", par José Belon
Cet ensemble de 230 carreaux en terre cuite provient du château de Blauzac, près d'Uzès. Certains sont unis, avec une glaçure jaune, verte ou brune. D’autres sont blancs avec des motifs peints en vert et brun : motifs géométriques (cercles, damiers), blasons de fantaisie, feuillages, fleurs de lys et même animaux : oiseau, tête d’animal fantastique. Beaucoup de carreaux sont tellement usés qu’il ne reste plus rien en surface.
Le décor des carreaux et leur forme, avec des bords en biseaux, sont très proches d’autres carrelages trouvés dans le Vaucluse, à Avignon (Palais des Papes) et à Châteauneuf-du-Pape. On sait par les archives pontificales que de grandes quantités de carrelages avaient été commandées en 1317-18 par le pape Jean XXII, puis à partir de 1334 par Benoît XII, à des artisans...

[ lire la suite ]

Défense de mammouth
Cette défense a été trouvée près d’Uzès, au lieu-dit Rouziganet, à la limite entre Saint-Hippolyte de Montaigu et Saint-Victor des Oules.
En 1888, l'ingénieur Alfred Delaly achète des terres au quartier de Rouziganet pour exploiter le sol argileux. Les ouvriers remarquent ce qu’ils prennent pour une grosse racine morte, faisant saillie au bord du chemin d’accès. Un beau jour, la racine devenant gênante pour le passage des charrettes, on décide de l’enlever. On découvre alors que ce n’est pas une simple racine… c’est une défense de mammouth !
En effet, avant leur disparition d’Europe de l’Ouest à la fin de la dernière glaciation, vers 10 000 avant notre ère, il y a eu des mammouths en Uzège. Ils sont d'ailleurs représentés sur les parois de la grotte de la Baume Latrone à Russan (peintur...

[ lire la suite ]

Calebasses gravées kali'na
Ces deux calebasses portent un décor gravé et peint en noir, à base d’arcs de cercles délimitant des rosaces. Ce sont des productions typiques de la zone de forêt amazonienne entre Nord du Brésil, Guyane, Suriname, Guyana et Sud du Venezuela, peuplée par les amérindiens Kali’na (autrefois appelés Galibi), d‘origine caraïbe. Encore récemment, en 2002, la production de ces calebasses était toujours vivace en Guyane, dans le village de Camopi : des calebassiers plantés dans le village fournissaient des fruits dont la coque, ouverte en deux, était grattée et séchée. Ensuite les calebasses étaient peintes en noir avec un colorant végétal et décorées d’incisions au canif. Les villageois les fabriquaient pour contenir une boisson alcoolisée, le cachiri, à base de manioc fermenté.
Nos calebasses ...

[ lire la suite ]

"Nouvelles expériences sur la vipère", par Moïse Charas
Moïse Charas (1619-1698), apothicaire né à Uzès, fit une belle carrière à Paris : apothicaire personnel du frère du roi, syndic des Marchands apothicaires des Maisons royales, et démonstrateur de chimie (c’est-à-dire professeur de pharmacie) au Jardin des Plantes, de 1671 à 1680. Il publia plusieurs ouvrages compilant ses recettes de médicaments, notamment la la «Pharmacopée royale galénique et chimique» en 1676.
Ayant pu bénéficier d'une formation universitaire à Montpellier, Charas a contribué à revaloriser la profession d'apothicaire, longtemps assimilée à celle d'épicier. En témoigne l’intitulé complet de cet ouvrage, montrant bien l’évolution de la médecine vers une approche plus scientifique et expérimentale, et la reconnaissance des pharmaciens comme profession médicale à part enti...

[ lire la suite ]

"Les brodeuses de Pont-l'Abbé", par Berthe Bourgonnier-Claude
Berthe Bourgonnier-Claude vivait à Paris à la fin du XIXe siècle et serait décédée en 1922. Epouse du peintre Claude Bourgonnier, comme lui, elle expose régulièrement au Salon des Artistes Français, de 1898 à 1921, des tableaux et des pastels. Elle participe également au Salon de l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs. La duchesse d'Uzès, elle-même sculpteur et présidente de l'Union, a acheté ce pastel et l'a offert au musée d'Uzès en 1913.
Dans les années 1907 à 1911, Berthe Bourgonnier-Claude a exposé au Salon beaucoup de scènes situées en Bretagne : ce pastel date sans doute de cette époque. Elle suit la mode initiée dès la fin du XIXe siècle : le chemin de fer permet aux artistes de visiter la Bretagne et de représenter ses paysages et ses habitants en costumes traditionnels coloré...

[ lire la suite ]

Chenet zoomorphe
Cette tête d'animal en terre cuite rouge est un fragment de chenet, datant de la fin de l'Age du Fer (IIe-Ier siècle av. J.C.).
Les chenets gaulois étaient sans doute liés à des pratiques rituelles de crémation d'offrandes aux divinités ou aux défunts. Il s’agissait d’un culte domestique, attesté en Languedoc à partir du Ve siècle avant notre ère. On a retrouvé de nombreux chenets en terre cuite ornés de têtes d'animaux (chevaux ou chiens, difficiles à identifier précisément) dans la zone entre Rhône et Hérault, territoire des Volques Arécomiques.
Le Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques signale, dans la séance du 14 décembre 1936, la découverte de cet objet à Uzès par l’abbé Bayol, curé de Collias et archéologue amateur. Hélas l’endroit exact de la découverte n'est p...

[ lire la suite ]

"Bello Matinado", par Félix Charpentier
Né à Bollène, Félix Charpentier (1858-1924) est un sculpteur emblématique de la Belle Epoque, recevant de nombreuses commandes publiques. Sollicité par le peintre José Belon, qui souhaitait créer un musée à Uzès, Charpentier fait don de cette oeuvre en 1910 pour l'ouverture du musée. Elle représente une jeune femme nue s'étirant au pied d'un lit, prétexte à un de ces nus féminins plantureux, sujet de prédilection de Charpentier. Le plâtre original avait été exposé au Salon des Artistes français en 1907 et une version en marbre l'année suivante. Notre version est un moulage en plâtre, hélas disparu depuis les années 1960, époque où faute de conservateur permanent plusieurs oeuvres du musée furent déplacées. La plupart ont pu être retrouvées, mais pas l'encombrante Matinado...

Retrouvez l...

[ lire la suite ]

Malle d'André Gide au Congo
Cette malle en fer a servi à l’écrivain André Gide (1869-1951) pour son voyage au Congo en 1925-1926.
Grand voyageur, André Gide rêvait de découvrir l’Afrique. Son rêve se réalise à 56 ans, en 1925. Il part avec un jeune homme de 25 ans, Marc Allégret, fils du pasteur Elie Allégret, qui avait été le précepteur de Gide dans son adolescence. Marc va prendre des centaines de photos et tourner son premier film documentaire lors de ce long voyage de près d’un an, qui leur fait traverser le Congo jusqu'au Tchad.
Rapidement, Gide est confronté aux exactions commises sur les populations indigènes, en particulier par les compagnies forestières qui exploitent l'hévéa. Choqué, il décide d’utiliser sa notoriété d’écrivain pour dénoncer ces abus. « A présent je sais ; je dois parler. » En 1927, il ...

[ lire la suite ]

"Lutte d'hommes dans le Midi", par José Belon
Né à Alès, José Belon (1861-1927) fait carrière à Paris comme peintre et illustrateur pour la presse. Il séjourne souvent dans le Gard et est à l'origine de la création du musée d'Uzès en 1910.
Ses premiers tableaux représentent des scènes de la vie parisienne, mais aussi des sujets situés à Uzès, comme cette scène.
Après avoir été exposé au Salon des Artistes Français de 1888, ce tableau semble avoir trouvé un temps refuge dans le cabaret du Chat Noir à Montmartre. L’artiste en fait don en 1910 au musée qu’il vient de créer à Uzès.
La scène représente un des temps forts de la fête votive à Uzès à la fin du XIXe siècle : la compétition de lutte gréco-romaine. Elle avait lieu le deuxième jour de la « vote » et attirait beaucoup de public de toute la région. Les combats avaient lieu sur l...

[ lire la suite ]

Portrait de Théo van Rysselberghe, par Alexandre Charpentier
Théo van Rysselberghe (1862-1926), peintre belge, participe aux mouvements artistiques d’avant-garde de la fin du XIXe siècle en Belgique (Cercle des XX, Libre Esthétique). En 1898 il s’installe à Paris. Avec son épouse Maria, férue de littérature, ils deviennent des amis proches d’André Gide. C’est avec la fille de ses amis, Elisabeth Van Rysselberghe, que Gide aura une fille, Catherine (1923-2013).
En 2011, Catherine Gide a fait don au musée de ce portrait de son grand-père.
Ami proche de Van Rysselberghe, Charpentier avait réalisé ce portrait en 1893, sous la forme très symboliste d'un masque. Sculpteur atypique, brouillant les frontières entre beaux-arts et arts décoratifs, Charpentier utilisait souvent l'étain et avait déjà réalisé deux autres portraits sous forme de masque en 1892...

[ lire la suite ]

Porte-montre en céramique
Ce curieux objet en céramique, en forme de petite construction à colonnes, posée sur un socle à tiroir et surmontée d'un petit chien, est un porte-montre permettant de transformer une montre de gousset en horloge, en la glissant dans l'ouverture ronde du toit.
Le mélange de styles empruntés à différentes époques (Antiquité, Moyen-Age) est typique du goût éclectique entre les années 1830 et 1880. Notre porte-montre imite les horloges à la mode de cette époque, avec leurs colonnes et leurs formes inspirées de l’architecture.
Il a sans doute été créé par un potier de Serviers, village près d'Uzès. L’argile qui affleure à Serviers permet la fabrication de faïence fine : trois ateliers de potiers y sont actifs entre 1825 et 1912. Il est difficile d'identifier précisément leur production car e...

[ lire la suite ]

Urne de vote
Cette urne de vote a sans doute été utilisée à la mairie d'Uzès au XIXe siècle. C’est un récipient en tôle peinte en blanc, en forme de cône inversé,son couvercle possède une fente et ferme par deux serrures.
Elle est emblématique des débuts du suffrage universel en 1848 : les urnes de vote n'étaient pas encore normalisées et les récipients les plus divers furent utilisés (soupières, malles, chapeaux, tronc de quête d’église...) avant que des récipients spécifiques soient fabriqués à cet usage. L’urne n’est pas transparente comme aujourd’hui (ce n’est obligatoire que depuis 1988), elle doit être opaque car c’est ce qui garantit le secret du vote. En effet à cette époque il n’y a pas d’isoloir, l’électeur fait son choix dans la salle et donne son bulletin simplement plié, sans enveloppe, a...

[ lire la suite ]

Noix de coco gravée
Il s’agit d’une moitié de noix de coco, cerclée de métal avec un anneau. Elle porte un décor gravé qui représente l’autel de l’Amour, sur lequel les cœurs des amants sont sacrifiés, et qui rend inutiles les armes (les branches d’olivier symbolisent la paix).
Une extrémité est sculptée en forme de tête d’animal ressemblant vaguement à un lion, avec des yeux en verre.
Cet objet est une tasse de chasse : un petit gobelet que les chasseurs transportaient sur eux, attaché par l’anneau, pour pouvoir se désaltérer pendant une partie de chasse. Il provient du château de la Tour à Saint-Chaptes, il a été donné par le Marquis de Lordat en 1961 avec plusieurs autres objets faisant partie autrefois d’un cabinet de curiosités, probablement constitué par les anciens propriétaires du château entre 1764...

[ lire la suite ]

Informations pratiques
Adresse :
Ancien Evêché, BP 103 - 30701 - Uzès
Tél. : +33466224023
Fax. : +33466224023
Contact :
musee.uzes@wanadoo.fr
http://uzesmusee.blogspot.fr
Accès :   
Centre ville

Horaires :
du mardi au dimanche
Mars à juin et septembre-octobre : 15h-18h
Juillet-août : 10h-12h et 15h-18h
Novembre à février : 14h-17h
Fermé en janvier, le 1er novembre et le 25 décembre

Tarifs :
  • Plein tarif : 3 €
  • Tarif réduit : 1,20 €
  • Tarif de groupe : 1,50 €
  • Gratuit : scolaires
Services :
    
Carte du réseau
Carte archéologique