Acquisitions FRAM
Stèle funéraire fragmentaire anépigraphe avec femme assise et serpent    [ Ustensile ]
La stèle est de forme oblongue sans mouluration aucune au sommet et sur les côtés. A la base figure une large plinthe. La scène représente une jeune femme assise, visage de profil, corps de trois quarts, sur un fauteuil à dossier droit, sans accoudoirs, aux pieds moulurés et effilés. Ses pieds chaussés de sandales reposent sur un tabouret en forme de pattes de lion. Elle est vêtue d'un chiton à manches courtes, à ceinture placée haut sous les seins et d'un himation formant voile, rejeté très en arrière de la chevelure nouée en chignon bas. Un pan du manteau passe sous le bras droit et retombe en travers des cuisses. Les jambes sont croisées, la droite sur la gauche. La jeune femme tend un objet arrondi (un œuf, un gâteau ou un fruit (une grenade) à un énorme serpent (drakõn) dressé à ses pieds qui darde la tête vers l'offrande. A gauche, une servante, aux cheveux coiffés en chignon, visage de profil, corps presque de face, vêtue d'un chiton, abaisse de sa main droite un volumineux éventail en forme de feuille et présente de l'autre, un objet plat énigmatique qui pourrait désigner un miroir à boîtier traité en perspective ou une tablette à écrire, un diptichon. La forme de la stèle, le travail de la draperie, la nature de la composition, le traitement du dossier du fauteuil en perspective, appellent des parallèles avec des stèles cycladiques et plus particulièrement déliennes du IIème siècle av. J.-C. Tout l'intérêt de la scène réside dans la présence du serpent et la nature de l'objet tenu en équilibre par la servante sur la paume de sa main. L'association du miroir à l'éventail est ordinaire sur les stèles de femme de l'époque hellénistique dans les Cyclades comme en Asie Mineure. En revanche, les instruments d'écriture -pinax, diptichon, triptichon ou rouleau de parchemin (volumen), symboles de la culture du mort, de sa paideia sont exceptionnels sur les stèles de femme. Cependant, de rares exemples, tous colligés en Asie Mineure (stèle de Ménophila de Sardes, stèle de Phila de Smyrne) introduisent cet accessoire dans la composition. La présence de l'ophidien n'est pas inhabituelle sur les stèles funéraires hellénistiques, notamment celles qui illustrent le thème du banquet "Totenmahl Reliefs" ou du cavalier et de l'arbre au serpent. Les exemples abondent en Asie Mineure. Par ailleurs, le serpent intervient sur des autels funéraires rhodiens et de manière plus clairsemée sur des stèles cycladiques (Paros, Délos). Le serpent est lié étroitement au monde des défunts et de manière générale aux puissances chthoniennes. Dans une perspective funéraire, le serpent met l'accent sur l'héroïsation des défunts. Odile CAVALIER


- Croyance - Religieux -
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste :
Genre : Ustensile
Domaine 1 : Croyance - Religieux
Datation : - / -199 / -100
Période : Antiquité
Provenance : Galerie Puhze, Fribourg
Dimensions : hauteur : 58cm ; largeur : 32,4cm ; épaisseur : 8 cm
Matière : Marbre très blanc à grains cristallins, marbre de Paros ?
Technique : Sculpture. Haut relief
Commission FRAM : 2000
N° inventaire : 999-1
Expositions
Bibliographie exposition :
Inédite. O. CAVALIER, "Le chagrin vaincu. A propos d'une nouvelle stèle cycladique au Musée Calvet" à paraître dans la Revue des Etudes Anciennes", décembre 2003.