Acquisitions FRAM
A Braque    [ Document - Archive ]
Typographie illustrée de trois eaux-fortes en noir et blanc de Georges Braque. Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "Peinture et écriture" et le travail conjoint, pictural et poétique, du dialogue par le livre.  "A Braque" a été édité par P.A.B., à Alès, durant l'automne 1955. Il est orné de trois illustrations de Georges Braque en noir et blanc et a été tiré à soixante-treize exemplaires dont soixante-huit sur Rives et signés de l'auteur. Il s'agit ici de l'édition originale citée uniquement dans la bibliographie des Cahiers de l'Herne (numéro 15). Le passage : "Tout en nous ne devrait être qu'une fête joyeuse quand quelque chose que n'avons pas prévu, que nous n'éclairons pas, qui va parler par ses seuls moyens, s'accomplit" est repris en 1956 dans "La Bibliothèque est en feu", poème également dédié à Braque. "A Braque" contient trois gravures en noir et blanc du peintre. Elles organisent et scandent le recueil. La première ouvre l'ouvrage, elle suit la page de titre et introduit la partie du texte qui sera reprise dans "La Bibliothèque est en feu". Elle présage des deux suivantes et de leur rapport au texte. La seconde partage le recueil en deux ; placée quasiment au centre, elle contient les tout premiers mots "ce qu'il y a…" de la suite du poème qu'elle annonce. La troisième, en fin de texte, reprend les derniers mots "Par le divin", de manière identique. Toutes trois sont apparentées, par leurs couleurs (blanc et noir) et leurs motifs picturaux (fleurs, étoiles, figures étoilées). Les deux dernières illustrations sont inséparables du texte qu'elles ont littéralement intégré. Non seulement, les premiers mots éclatent au cœur de l'étoile (illustration n°2) mais le dessin (illustration n°3) remplace manifestement la dernière phrase du poème : "Si vous voyez bien vous serez pris par le divin manifesté" et le réactualise. Dans l'angle supérieur gauche de l'illustration, les mots : "Par le divin" amènent "manifesté", dernier terme du poète dont la forme picturale est la manifestation. Le divin se manifeste dans l'œuvre elle-même. Les dessins de Braque sont en symbiose parfaite avec le poème de René Char : il y a interaction et union étroite dans la création.


- Artistique - Autre
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste : CHAR René
Genre : Document - Archive
Domaine 1 : Artistique
Domaine 2 : Autre
Poésie
Datation : 1955 / - / -
Période : Période contemporaine (1789 à nos jours)
Provenance : Vente publique "Rose et Georgette Engelhard"
Dimensions : 0,80 x 0,75 m
Matière : Typographie illustrée de trois eaux-fortes en noir et blanc
Technique :
Commission FRAM : 1990
N° inventaire : AC 37
Expositions
Bibliographie exposition :
René Char, A Braque, P.A.B., Alès, 1955, 26 pages. René Char, La bibliothèque est en feu, Paris, Louis Broder, 1956, 41 pages.