Acquisitions FRAM
Chaussure, aliment blanc    [ Ustensile ]
La période de l'Aliment blanc s'ouvre en 1961. Malaval termine alors ses Reliefs. Après avoir vécu dans les Alpes de Haute Provence, il s'est installé à Vence. Un des premiers Aliments blancs était un relief, se souvient Malaval, "que je travaillais à plat sur une table. On aurait dit un plateau avec des pâtes qui grouillaient et un petit enfant qui passait par là a cru que c'était pour manger. C'est pourquoi je l'ai appelé l'Aliment blanc. Blanc parce qu'il était blanc, évidemment (1)." Voilà pour le titre. Quant à l'idée même qui préside à la démarche particulière de l'Aliment blanc, elle est née de l'observation d'un élevage de vers à soie lorsque la vertigineuse et blanche industrie des glandes séricigènes investit son habitat (2) . Comme l'écrit le critique Gilbert Lascault, l'Aliment blanc est ce "quelque chose [qui a] envahi autre chose, a déformé autre chose, vit aux dépens d'autre chose. […] l'Aliment blanc est une abominable chose venue d'on ne sait quel ailleurs, pour digérer des formes féminines, des armoires normandes, des fauteuils Louis XV, des boites noires, des chaussures, des bouteilles imprudemment laissées vides, des statues, des tableaux(3)."  Dans le contexte d'une société marquée par une excessive prolifération de la chose périssable et surconsommée, le cycle de l'Aliment blanc est une relation constante avec l'imaginaire et les angoisses de Malaval. L'artiste parlera quelques années plus tard de cette période de création comme d'une "cure" qui servit d'exutoire à ses tourments car l'Aliment blanc est maladie, tumeur, pustule, excroissance, cancer(4).  Pour traduire l'effet du grouillement, de l'envahissement, l'artiste opte pour des matériaux "expressifs" tels que coton trempé dans la peinture, papier mâché, stéarine, grains de riz, pâtes coquillettes et cacahuètes… La matière dégouline comme une lave en fusion, s'épand et englue les formes sous-jacentes. - (1) Propos de Robert Malaval cité dans le catalogue Robert Malaval, Attention à la peinture, 1993, Ed. EC. P. 12. (2) Art Press, Ed. Flammarion, Paris 1984, p. 38. (3) Gilbert Lascault, Art Press, Ed. Flammarion, Paris 1984, p. 35. (4) Idem, p. 42.


- Artistique -
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste : MALAVAL Robert
Genre : Ustensile
Domaine 1 : Artistique
Datation : 1962 / - / -
Période : Période contemporaine (1789 à nos jours)
Provenance : Galerie Eric Touchaleaume
Dimensions : 0,25 x 0,18 x 0,7 m
Matière : Chaussure de femme, cuir, carton et papier mâché
Technique : Sculpture-objet
Commission FRAM : 1991
N° inventaire : 991.11.2
Expositions
Bibliographie exposition :