Acquisitions FRAM
Forge Reynaud    [ Peinture ]
Cette forge, située à Lourmarin dans un bâtiment inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, a fonctionné jusqu'en 1973. Ses propriétaires, les Reynaud, ont proposé à Salagon l'acquisition de l'ensemble de l'outillage et des archives, ce qui a pu être réalisé à l'automne 1989, grâce à l'action conjuguée du Fonds régional d'acquisition des musées et du Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence. L'intérêt de ce fonds d'atelier réside dans son caractère exceptionnel de collection "close", en l'état, disposant de tout son outillage, son équipement et ses archives (commerciales et documentaires, notamment photographiques). L'essentiel de cet outillage remonte au XIXe siècle, cependant certaines pièces sont sans nul doute plus anciennes, les Reynaud étant en effet forgerons maréchaux-ferrants depuis 1525 (13 générations de forgerons selon les recherches en archives) à Lourmarin (la forge ayant occupé trois endroits successifs dans le village). Parmi les principaux objets de cette collection, et en attendant l'inventaire complet, nous pouvons mentionner : le soufflet (provenant de la première forge familiale) ; les séries de pinces et tenaille de forge, de limes et de filières, de marteaux "ferriers" dont plusieurs antérieurs au siècle dernier; l'établi en mûrier et ses étaux ; une perceuse à volant et ses mèches forgées à la main; trois enclumes ("ferrière", "bigorne", "serrurière") ; de nombreux outils divers : compas, équerres, gabarits à volutes, meules, "servante" ; des pièces constituant le fonds d'atelier : fers, barreaux, passe-partout, outils agricoles en réparation ; trois enseignes dont un bouquet de saint Eloi, etc. Cette dernière pièce se dégage de l'ensemble par sa qualité : chef-d'œuvre de compagnon de la fin du siècle dernier, forgée pour faire office d'enseigne, elle montre deux séries de fers représentant les différentes maladies du pied du cheval à l'intérieur d'une couronne de laurier. Le curieux nom que portent ces enseignes est suggéré peut-être par leur composition générale, mais c'est aussi une allusion à la coutume en usage chez les maréchaux : le jour de la Saint-Eloi on fleurit d'un bouquet l'entrée de la forge. La présence de cette œuvre de compagnonnage ne doit pas surprendre dans ce fonds. En effet, la forge de Lourmarin était, dès le XIXe, siècle une halte dans le Tour de France des compagnons et un certain nombre d'objets, en plus de l'enseigne, l'attestent : marteau, inscriptions sur la hotte. C. BADET


- Artisanal -
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste :
Genre : Peinture
Domaine 1 : Artisanal
Datation : - / 1800 / 1950
Période : Période contemporaine (1789 à nos jours)
Provenance : Particulier
Dimensions :
Matière :
Technique :
Commission FRAM : 1989
N° inventaire : 90.12.001 à 1330
Expositions
Bibliographie exposition :