Acquisitions FRAM
Les Quatre Saisons    [ Photographie ]
Le décor du salon de la « Belle du Canet » est conçu pour celle qui aurait été la maîtresse de Louis de Mercoeur, fils d'Henri IV, et de Gabrielle d'Estrées, ancien gouverneur de Provence devenu après son veuvage de Laure Mancini, nièce de Mazarin, cardinal de Vendôme. Le Duc de Vendôme fit construire le Pavillon de Vendôme, la plus séduisante des folies héritées du Grand Siècle, afin d'abriter ses amours avec Lucrèce Forbin-Solliès, dite « La Belle du Canet ». Elle commande en 1666 la décoration de son hôtel aixois, dans l'actuelle rue de la Verrerie, aux deux peintres les plus célèbres des années 1660. Ces quatre tondi, représentant les quatre saisons, destinés à servir de trumeaux, ont probablement été demandés à Reynaud Levieux directement par Jean Daret. Dans les Quatre Saisons, Reynaud Levieux suit de près l'Iconologie de Ripa, en conférant une unité à l'ensemble grâce au choix d'un enfant assis pour représenter chaque saison : attitude adaptée au cadre du tondo, vérité et vie de chaque visage subtilement caractérisé, enfant maladif du Printemps, enfant Dieu de l'Eté, enfant épanoui de l'Automne, enfant grave et sérieux de l'Hiver. Ce n'est pas une méditation sur les âges de la vie comme l'avait fait Nicolas Mignard à Avignon (à l'hôtel de Tonduti, conservé au Musée Calvet), mais une réflexion sur l'enfance, sa beauté éphémère et fragile, thème cher au XVIIe siècle. L'ensemble des Quatre Saisons révèle l'originalité profonde de Reynaud Levieux et sa force poétique. Jean-Claude Rambot a sculpté en 1667 les cadres en bois doré, largement ciselés, et ces gracieuses figures d'enfants qui portent les tableaux des Quatre Saisons. Ces petits personnages sont proches des termes, de bois ou de gypserie, que les architectes de la génération duPavillon aiment introduire dans les plafonds à quatre pans. Tantôt ce sont des bambins plein de naturel, dont les membres inférieurs se transforment en volutes de feuillages, tantôt les figures sont plus sévères et architecturées, leurs jambes sont enfermées dans les gaines géométriques. L'Eté (collection du Musée des tapisseries, en dépôt au Pavillon de Vendôme) assis en bordure d'un champ, un jeune enfant, petit dieu triomphant, incarne les valeurs de l'été définies par Ripa : revêtu d'une tunique jaune d'or, couleur des blés, il manie d'un geste vigoureux la faucille (c'est le temps des moissons) et un flambeau allumé, symbole de chaleur. La tête est couronnée d'épis, les cheveux sont rassemblés par un ruban rouge. Le paysage rappelle la réalité quotidienne : scènes de la vie rurale (moissonneurs, chaumes et jachères, grande ferme). Par sa dominante dorée, son beau ciel d'été, ce tableau rèvèle les dons de paysagiste de Reynaud Levieux.


- Artistique - Autre
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste : peinture par Reynaud Levieux et sculpture par Rambot
Genre : Photographie
Domaine 1 : Artistique
Domaine 2 : Autre
Décoration
Datation : 1660 / - / -
Période : Période moderne (1492-1789)
Provenance : Donation de Mr Mougins-Roquefort à la Ville d'Aix-en-Provence en 1908, présenté au Pavillon de Vendôme depuis 1981
Dimensions : H. 148 x L 175 cm, diamètre du tondo 90 cm
Matière :
Technique : peinture et sculpture
Commission FRAM :
N° inventaire :
Expositions
Bibliographie exposition :