Collections
Insigne du 54e régiment d'artillerie (garnison de Hyères)    [ Emblème - insigne - signal ]
Ecu français, représentant un paysage maritime – ciel bleu clair, flots de couleur outre-mer clair à vagues blanches – flanqué de deux palmiers verts débordant de l'écu. La pointe comporte une étoile chérifienne d'or remplie de rouge translucide. Le chef rouge translucide est au sigle du 54e régiment d'artillerie surmonté d'une couronne murale d'or. En relief sur cet écu, un lion brochant sur un canon croisé en sautoir avec un missile, le tout en argent. Le fond évoque la Méditerranée auprès de laquelle est stationné le 54e régiment d'artillerie. Les remparts rappellent la ville de Verdun à laquelle le 54e RA est lié par son passé glorieux – son étendard porte l'inscription « Verdun 1916-1917 » - et par son passé récent, il y a tenu garnison de 1970 à 1984. L'étoile chérifienne évoque le caractère nord-africain du régiment et plus particulièrement son recrutement à base de Marocains entre 1929 et juillet 1940 (il avait à l'époque l'appellation 54e régiment d'artillerie nord-africain). Il a séjourné au Maroc en 1925 pendant six mois. Le lion rappelle le lieu de création du 54e RA : Lyon dont les armes parlantes représentent cet animal. Le canon et le missile symbolisent l'équipement du 54e RA fondé anciennement sur le canon et maintenant sur les systèmes d'armes missiles ROLAND et MISTRAL. Les insignes militaires actuels sont créés à partir de la Première Guerre mondiale afin d'établir un principe de reconnaissance des unités entre elles lors de l'adoption de l'uniforme « bleu horizon ». Cette pratique a permis le renforcement de l'esprit de corps, de l'attachement à son régiment. La même réaction se produit en 1943 lorsque les troupes françaises doivent adopter pour un temps les uniformes américains. Le désir de cohésion entre les soldats français se matérialise alors par le port d'insignes. La première norme d'homologation, en 1948, restreint les possibilités de référence. La seconde norme en 1985, toujours en vigueur, propose un cadre plus officiel à la création des insignes. Elle s'inspire des règles de l'héraldique qui s'est développée au Moyen Âge dans toute l'Europe comme un système cohérent d'identification non seulement des personnes, mais aussi des familles et des collectivités humaines. L'usage des armoiries s'inscrit aussi dans l'évolution de l'équipement militaire à la même époque. Ainsi l'insigne militaire résulte d'une alchimie complexe. Il doit identifier « avec clarté, précision et exactitude » une unité ou une communauté en mettant en valeur son histoire et son patrimoine. Il est en particulier le support de la filiation et de l'héritage des anciens. En outre, il rend visible la détention d'un savoir-faire acquis dans un cycle de formation.


- Militaire - Martial - Personnel - Corporel - Vestimentaire
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste : Delsart
Genre : Emblème - insigne - signal
Domaine 1 : Militaire - Martial
Domaine 2 : Personnel - Corporel - Vestimentaire
Datation : - / 1950 / 2000
Période : Période contemporaine (1789 à nos jours)
Provenance :
Dimensions : Longueur : 5 cm; largeur: 4 cm
Matière : Métal et émaux
Technique :
Commission FRAM :
N° inventaire : 2007.21
Expositions
Bibliographie exposition :
L'Artillerie française et ses insignes, Ch. LETRAIT, Chef d'escadron de l'artillerie (e.r.), Documentation Bibliothèque du musée de l'Artillerie