Collections
La paroi et la prairie    [ Document - Archive ]
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "Peinture et écriture" et le travail conjoint pictural et poétique du dialogue par le livre. Cet exemplaire de La paroi et la prairie est l'un des trois édités hors commerce sur vélin, en décembre 1952, à 989 exemplaires chez Guy Lévis-Mano. Il porte un envoi autographe à Georgette et Marc Engelhard : "Ces empreinte d'après génie et ces hôtes des prairies – très affectueusement." La paroi et la prairie contient dix textes qui forment quatre sections : Lascaux, Transir, Quatre fascinants et La minutieuse. Ce recueil n'est qu'en partie original : seul Lascaux est inédit ; Transir est une version remaniée d'Amitié cachetée parue chez P.A.B. en 1951. Les Quatre fascinants et La Minutieuse (sans la dédicace) ont été imprimés sous ces deux titres en mars 1951 avec un frontispice de Pierre Charbonnier à quatre-vingt-six exemplaires. Le recueil dans son entier sera repris en 1962 avec quelques variantes dans Paroles en archipel. Lascaux et Les Quatre fascinants constituent deux bestiaires. Le premier fait écho aux célèbres peintures préhistoriques : figures animales et humaines qui ornent les parois des grottes et dont la signification est plus religieuse et magique qu'artistique. A ce bestiaire ancien dont la signification s'est perdue répond celui de la poésie de René Char. Les Quatre fascinants sont alors : le taureau, la truite, le serpent et l'alouette. Taureau et serpent se rencontrent souvent et comptent parmi les créatures fétiches du poète ; la truite et l'alouette, présences familières des eaux de la Sorgue et du ciel provençal reflètent le célèbre couple du requin et de la mouette. Tous les huit participent à l'itinéraire initiatique du poète ; ils sont les héritiers des figures préhistoriques. A leurs côtés Transir et la Minutieuse retracent un itinéraire créatif. Transir, placé à la suite de Lascaux, s'inquiète du devenir de "cette part jamais fixée en nous… d'où jaillira Demain le multiple" car "l'âge du Renne, c'est-à-dire l'âge du souffle", l'âge de la création libre et vivace n'est plus. La Minutieuse clôt le recueil. Apparemment, les animaux "rongeur et serpent" ne sont que traces de fuites, le bœuf malgré sa taille n'est qu'entr'aperçu de loin. Néanmoins, le poète et la figure féminine qui l'accompagne ne doutent plus. Ils passent au milieu du village et de l'inondation pour aller rejoindre "les vieux arbres et la solitude des souvenirs" où la beauté des eaux profondes les endort. Cet endormissement final est loin d'être négatif ; il paraît être plutôt une pause dans la trajectoire magique des traces des bêtes et du poète.


- Artistique -
voir la fiche du musée
Informations
Adresse : voir la fiche du musée

Nom de l'artiste : CHAR René
Genre : Document - Archive
Domaine 1 : Artistique
Datation : 1952 / - / -
Période : Période contemporaine (1789 à nos jours)
Provenance : Vente publique "Rose et Georgette Engelhard"
Dimensions : 0,190 x 0,120 m
Matière : Ouvrage avec dédicace
Technique :
Commission FRAM : 1990
N° inventaire : 1783
Expositions
Bibliographie exposition :
René Char, La Paroi et la prairie, Paris, Guy Lévis-Mano, 1952, 28 pages.