Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Zostères, des prairies sous la mer
30-11-2017
Qu'est-ce qu'une zostère? Pourquoi sont elles indispensables? Sont elles menacées? Comment les protéger?
Voilà les questions auxquelles répondra cette exposition qui a pour but de ...

Exposition

SUPPORTS/SURFACES. Les origines, 1966-1970
31-12-2017
En septembre 1970 a lieu au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris une exposition intitulée Supports/Surfaces ...

Evénement

Balade photographique sur les rives de l'étang de Berre
26-11-2017
Accompagnés par Michel Garofano, photographe, nous vous proposons une promenade artistique ...

Evénement

Table ronde sur la photographie contemporaine
30-11-2017
En présence des photographes Alain Ceccaroli, Franck Pourcel, Alain Sauvan, Marc Chostakokk, Joachim Vallet ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections  : Objet (autre objet)
Défense de mammouth
Cette défense a été trouvée près d’Uzès, au lieu-dit Rouziganet, à la limite entre Saint-Hippolyte de Montaigu et Saint-Victor des Oules.
En 1888, l'ingénieur Alfred Delaly achète des terres au quartier de Rouziganet pour exploiter le sol argileux. Les ouvriers remarquent ce qu’ils prennent pour une grosse racine morte, faisant saillie au bord du chemin d’accès. Un beau jour, la racine devenant gênante pour le passage des charrettes, on décide de l’enlever. On découvre alors que ce n’est pas une simple racine… c’est une défense de mammouth !
En effet, avant leur disparition d’Europe de l’Ouest à la fin de la dernière glaciation, vers 10 000 avant notre ère, il y a eu des mammouths en Uzège. Ils sont d'ailleurs représentés sur les parois de la grotte de la Baume Latrone à Russan (peintur...
[ lire la suite ]


 
Tête trophée mundurucu
COLLECTION H. GASTAUT
Spécialiste mondialement connu du cerveau, le professeur Henri Gastaut avait rassemblé au cours de son existence professionnelle une des plus importantes collections de crânes du monde. Achetés lors de ses voyages, chez des marchands ou dans les grandes ventes, chaque crâne avait son "histoire". Préférant préserver l'homogénéité de sa collection, il refuse de se séparer de certains de ces crânes, notamment une tête momifiée des Indiens Mundurucu qui vivent en forêt amazonienne et que le Metropolitan aurait acquise à prix d'or. Ayant réalisé sa carrière à Marseille, c'est à Marseille qu'il souhaitait que restent sa collection. Il proposa donc à la Ville de Marseille l'ensemble de cette collection pour une somme inférieure à sa valeur réelle. Elle devait constituer, av...
[ lire la suite ]


 
Petit bronze de Kabellion.
Face : lion et légende KABE Revers : tête aux cheveux bouclés (Apollon ?). « Cette pièce a été trouvée sur les pentes de la colline Saint-Jacques, sur le versant de Cavaillon, près de la croix du sommet. Un autre exemplaire est connu dans la collection de M. Henri Rolland, le savant qui l'a décrite. Il existe également au Musée de Saint-Germain un fragment de monnaie en argent (une drachme ?), ayant une tête laurée à gauche, et au revers la légende KABE. Ce sont les seuls vestiges du monnayage gallo-grec de Cavaillon. » André Dumoulin. Le musée de Cavaillon, en moins d'un demi-siècle et grâce à son premier conservateur, André Dumoulin, ...
[ lire la suite ]


 
Décadrachme de Syracuse
Décadrachme en argent frappé à Syracuse vers 400 avant J .-C. Véritable œuvre d'art, signée de l'artiste, le graveur Evainète. Au droit, la tête de la nymphe Aréthuse regarde à gauche. Les cheveux bouclés et relevés sont ceints d'une couronne de roseaux. Elle arbore une boucle d'oreille à triple pendants et un collier de perles. Devant le cou d'Aréthuse figure la lettre ­, placée sous le menton. Au pourtour nagent quatre dauphins. Sous l'un d'eux, celui qui souligne le cou, on peut distinguer les deux premières lettres du nom Evainète constituant la signature du graveur. Au-dessus de la tête, entre les boucles de la nymphe s'organisent les lettres grecques formant ...
[ lire la suite ]


 
Agnel d'or de Louis Ier de Châlon (1418-1462), prince d'Orange
L'agnel d'or de Louis le de Châlon (1418-1462), prince d'Orange, est une monnaie inédite jusqu'à ce jour pour ce règne. Au droit, un agneau pascal de profil regardant derrière lui se tient debout devant une bannière surmontée du cornet ; le tout dans un polylobe à neuf arceaux. Sous les pattes de l'agneau, trois arceaux manquent, remplacés par les lettres LDV et PEP pour LVDOVICVS PRINCEPS de part et d'autre du pennon qui traverse la légende circulaire LVDOVICVS PRINCEPS AVRAISE. Au revers, une croix fleuronnée cantonnée de quatre cornets occupe le champ. Chaque fleur de lys est remplacée par un cornet. L'ensemble s'installe dans un quadrilobe anglé accosté de cornets. Au pourtour, la l&...
[ lire la suite ]


 
Trésor de Rognac
Marseille, sauf 6 deniers romains. A l'automne 1991, sur la commune de Rognac (Bouches-du-Rhône) à l'occasion de travaux dans son jardin, un particulier mettait au jour un trésor monétaire antique. Quatre cent cinquante-huit pièces en argent s'agglutinaient en un bloc dans un pot cylindrique en bronze de 0,10 m de haut pourvu d'une anse, qui éclatait en quatre morceaux sous le choc de la pioche. Le trésor se compose de 452 drachmes légères et de six deniers romains en parfait état de conservation. Les drachmes légères frappées à Marseille durant la première moitié du Ier siècle avant J.-C. s'ornent au droit, du buste d'Artémis et au revers, du lion marchant ou couran...
[ lire la suite ]


 
Solidus à l'effigie de l'empereur Constantin
Constantin Ier (274-337) paraît s'être attaché à la région d'Arles dans les années 307-316. C'est certainement la position idéale de la ville au centre de l'empire d'Occident, l'Orient étant alors sous la coupe de Licinius, qui explique la faveur dont put jouir la cité à cette époque. Outre la présence de l'empereur, bien attestée à plusieurs reprises entre 307 et 316, et la naissance, sans doute en février 317, de son fils Constantin II, il faut signaler l'organisation d'un concile en 314 chargé de réexaminer l'affaire donatiste et, ce qui nous intéresse ici, le transfert au printemps 313 de l'atelier monétaire d'Ostie. La perte de ce dernier, guère pr&...
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile