Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Cabinet de curiosité
15-12-2017
Avec le Fab Lab marseillais La Fabulerie, Salagon se lance dans la bidouille numérique : des outils parlent, le premier conservateur du musée commente les objets qu’il a fait rentr ...

Exposition

Terrestre (paysages). Œuvres de Piotr Klemensiewicz
15-12-2017
Une exposition d'art contemporain ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections  : Monnaies - Médailles
Solidus de Magnence
L’atelier monétaire d’Ostie, transféré à Arles suivant la volonté de Constantin en 313, a frappé monnaie pour une grande partie des empereurs jusqu’à la fin de l’Empire, en 476.
Les émissions les plus riches ont concerné la famille Constantinienne, mais également des usurpateurs qui sont maintenant tombés dans l’oubli. Magnence est l’un de ceux-là.
Né à Amiens en 303, fils d’un Breton et d’une Franque, il effectue toute sa carrière dans l’armée. Il devient capitaine des gardes de l’empereur Constant, fils de Constantin le Grand et empereur d’Occident, qu’il fait assassiner en 350. Proclamé empereur à Autun, il n’est pas reconnu par Constance II, frère du défunt, qui gouverne l’Orient. Il est battu lors de deux batailles décisives à Mursa (Illyrie) et Mons Seleucus ( Hautes-Alpes) et do...
[ lire la suite ]


 
Fauteuil à dossier plat en noyer estampillé
Siège fabriqué par l'un des plus célèbres fabriquants provinciaux au XVIIIe siècle.
[ lire la suite ]


 
Bahut provençal du XVIIIe
Ce type d'acquisition vient enrichir le mobilier du château-musée qui, au XVIIe siècle, fut transformé de fortin en demeure seigneuriale. Les vicissitudes du temps et les aléas de l'histoire locale ayant entraîné des déménagements de mobilier, cette acquisition s'inscrit dans le ré-agencement progressif des espaces du château.
[ lire la suite ]


 
Commode-style régence
Commode classée Monument historique en 1909. Antoine FOULLET, ébéniste parisien, fit enregistrer ses lettres de maîtrise le 17 février 1749, et devint juré de sa corporation en 1756. Etabli rue du Faubourg-Saint-Antoine, en face de la rue Saint-Nicolas, il travaillait spécialement pour les horlogers, produisant des gaines de régulateurs en bois des Indes, qu'il ornait de bronzes fondus chez Héban, rue des Arcis. Pierre-Antoine FOULLET, fils du précédent, devint maître le 11 avril 1765 et s'installa dans la même rue du Faubourg–Saint-Antoine. En janvier 1769, il déposa son bilan qui mentionne parmi ses créanciers le vernisseur Lemaire. Il continua ensuite son industrie rue de Charonne...
[ lire la suite ]


 
Salon Gasparin
Le mobilier, les tableaux et les objets décorant ce salon ont été donnés au musée par Edith de Gasparin, dernière descendante de la famille Gasparin, afin de laisser à Orange le souvenir de cette famille dont plusieurs membres menèrent une carrière politique, tant au niveau local qu'au niveau national.
[ lire la suite ]


 
Pieds de trône
Ces quatre pieds de trône en ivoire affectent la forme de pattes d'oiseau de proie très souvent utilisées dans l'art décoratif indien, mêlant le réalisme de la représentation animalière à la fantaisie du décor qui couvre la patte de l'animal : motifs végétaux, bijoux et feuille d'acanthe témoignant d'une influence occidentale. Ils révèlent la magnificence des cours royales de l'Inde du Sud au XVIIIe siècle et rappellent que l'une des contributions majeures de la civilisation indienne au patrimoine mondial réside dans sa maîtrise étonnante de toutes les formes de sculpture, qu'elle soit monumentale ou appliquée aux arts décoratifs. Ici, le sculpteur...
[ lire la suite ]


 
Paire de paravents aux livres et rouleaux épars
L'exposition "Contes d'Ici et de l'Au-delà" en janvier 2002 présenta le résultat d'une étude scientifique complète de ces deux pièces acquises en 1998. Cette étude, réalisée par Christine Shimizu, permit d'identifier la plupart des scènes miniaturisées comme l'illustration d'épisodes littéraires précis extraits des plus anciens romans, contes et légendes du Japon médiéval. Emblématiques du Japon, ces œuvres sont autant un voyage dans l'imaginaire littéraire de l'époque de Heian (794-1185), que dans son art de vivre, illustré par l'usage même des paravents comme écrans ou témoins des relations humaines dans la vie de cou...
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile