Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Frédéric LANOVSKY
31-12-2018
Sculpteur contemporain né à Cannes en 1965, Fréderic Lanovsky réalise des sculptures géantes et à taille humaine dont les dernières pièces ornent les jardins du Musée ...

Exposition

Cabinet de curiosité
15-12-2017
Avec le Fab Lab marseillais La Fabulerie, Salagon se lance dans la bidouille numérique : des outils parlent, le premier conservateur du musée commente les objets qu’il a fait rentr ...

Evénement

Acquisition de l'oeuvre de Gaston Chaissac "Signes"
01-01-2022
Anatole Jakovsky fut l’un des premiers à s’intéresser aux productions artistiques hors-normes ...

Evénement

Visite à deux voix
19-11-2017
En partenariat avec la médiathèque Louis Aragon ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM
Paysage du Midi par temps de mistral
Paysage du Midi par temps de mistral a été probablement réalisé lors du premier séjour de Bonnard au Cannet en 1922. Acheté rapidement, en novembre 1922 par Bernheim-Jeune, son marchand depuis 1906, ce tableau est toujours resté dans la famille du marchand pour arriver dans la succession de Michel Dauberville auprès de laquelle le musée Bonnard s’est porté acquéreur par la voie des enchères publiques et grâce au droit de préemption accordé par l’Etat.
Dans ce paysage aux forts contrastes colorés et aux plans nettement marqués, la nature devient chez Bonnard d'un lyrisme presque radieux ; le peintre appréciait tout particulièrement la nature luxuriante et sauvage, le moins possible façonnée par la main de l'homme, environnement qu’il retrouvait alors autour de sa maison sur les hauteurs de...
[ lire la suite ]


 
Les génies
Architecte et urbaniste de formation, Jean-Blaise Picheral a développé une approche très personnelle de la sculpture. Affirmant que « […] la sculpture n'est pas la sculpture elle-même, mais le lieu créé par la sculpture », il rejoint ainsi l'un des points forts développés dans la collection du musée qui, de Toni Grand à Bernard Dejonghe en passant par Bernard Pagès, a suscité depuis les années 1980 des commandes de sculptures en lien très étroit avec l'architecture de la ville et ses monuments. Cette sensibilité a incité le musée à lui proposer de créer pour l'une des cours du bâtiment, une œuvre in situ intitulée Les génies, appartenant à la série des Portraits empreintes.
Les génies sont donc d'insolites portraits dessinés à partir d'empreintes digitales – qui est pour l'artiste l'ancê...
[ lire la suite ]


 
Solidus de Magnence
L’atelier monétaire d’Ostie, transféré à Arles suivant la volonté de Constantin en 313, a frappé monnaie pour une grande partie des empereurs jusqu’à la fin de l’Empire, en 476.
Les émissions les plus riches ont concerné la famille Constantinienne, mais également des usurpateurs qui sont maintenant tombés dans l’oubli. Magnence est l’un de ceux-là.
Né à Amiens en 303, fils d’un Breton et d’une Franque, il effectue toute sa carrière dans l’armée. Il devient capitaine des gardes de l’empereur Constant, fils de Constantin le Grand et empereur d’Occident, qu’il fait assassiner en 350. Proclamé empereur à Autun, il n’est pas reconnu par Constance II, frère du défunt, qui gouverne l’Orient. Il est battu lors de deux batailles décisives à Mursa (Illyrie) et Mons Seleucus ( Hautes-Alpes) et do...
[ lire la suite ]


 
La Martégale, Jules Pascin
Jules Pascin (Vidin- Bulgarie-, 1885 – Paris, 1930)

C’est sans doute sur le chemin de l’Italie que Pascin s’arrête en Provence et à Martigues. Sans que l’on puisse affirmer qu’il ait admiré la toile de Pierre Jean L’Arlésienne (1899), alors exposée au musée Ziem, sa « Martégale » peut tout à fait en être rapprochée : une même position assise, une même expression vague et un regard lointain, des mêmes mains croisées devant elle. Bien qu’exécutées à vingt cinq ans d’intervalle, et malgré les points qui les différencient comme la mode vestimentaire et le traitement des fonds, les deux œuvres sont assez proches par l’intensité émotionnelle qui s’en dégage.
En effet, la Martégale de Pascin est une œuvre forte et très poétique. Assise sur une chaise, cette femme est vêtue d’une simple bl...
[ lire la suite ]


 
La vision de la Vierge au-dessus de la forêt, Jean-Jacques Rullier
Jean-Jacques Rullier (Bourg-Saint-Maurice, né en 1962)

Après des études à Grenoble et à Lyon, Jean-Jacques Rullier a suivi l'atelier de Christian Boltanski à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il vit et travaille aujourd'hui à Paris et réalise régulièrement de nombreux voyages : Berlin, Israël, Espagne, Corée et Inde où il a effectué un séjour de six mois grâce à une bourse de la Villa Médicis Hors-les-murs.
Exposé tant à l’étranger (Japon, Allemagne, Angleterre …) qu’en France (Centre Pompidou, Musée Zadkine, Centre culturel suisse, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Musée de Valence, Musée Malraux du Havre …), ses œuvres sont présentes dans des collections publiques françaises (Centre Pompidou ; FNAC ; FRAC Rhône Alpes, Pays de Loire, Limousin, Languedoc...
[ lire la suite ]


 
Intérieur paysan, René Seyssaud
René Seyssaud (Marseille, 1862 – Saint-Chamas, 1952)

Issu d’une famille de la petite bourgeoisie, Seyssaud montre très jeune des prédispositions pour le dessin. Dès l’âge de 13 ans il entre à l’école des beaux-arts de Marseille et fréquente en particulier Lauzet et Guigou. A 18 ans, il part pour Avignon où il devient l’élève de Grivolas par l’intermédiaire duquel il rencontre les félibres –dont Mistral. Soutenu par François Honorat, courtier en huiles, il commence à exposer au Salon des Indépendants en 1896 puis au Salon d’automne en 1904. Sa seconde exposition personnelle a lieu en 1899, chez Ambroise Vollard. Celui-ci lui propose un contrat qu’il décline. De Ville-sur-Auzon, où il s’installe suite à son mariage en 1899, il continue d’exposer régulièrement chez Bernheim-Jeune puis chez...
[ lire la suite ]


 
Vue de l’église de la Madeleine et du canal Saint-Sébastien, Antoine PONCHIN
La famille d’Antoine Ponchin fait partie d’une dynastie de peintre originaire de Martigues, qui rendirent hommage aux beautés de la région et plus particulièrement de leur berceau familial. C’est le cas d’Antoine Ponchin qui consacra l’essentiel de sa carrière à capter la lumière si particulière de la Provence et de Martigues. Elève de Decanis, de Gagliardini, mais surtout de Jean-Baptiste Olive, peintre prolifique et mariniste exceptionnel, Ponchin s’inscrivit dans cette mouvance de style et perpétua dans sa peinture les leçons prises sur le motif avec cet amoureux de la nature.
Il exposa au Salon des artistes français de 1893 à 1933 où il obtint quelques récompenses. Présent sur les Salons marseillais, sa peinture fut toujours remarquée et saluée comme digne d’intérêt.
Si le quarti...
[ lire la suite ]


 
Flacon et coffret pour La Rose de Rosine, Paul Poiret
Paul Poiret (1879-1944) est le premier couturier à créer sa propre maison de parfumerie : en ouvrant la voie à une nouvelle profession, celle des couturiers-parfumeurs, il a révolutionné le monde de la haute-couture, mais aussi celui de la parfumerie, lançant le concept novateur des parfums "couture". En effet, il considère le parfum comme partie intégrante de la garde-robe et donc intimement lié à ses créations de mode.

C’est en 1911 que Poiret élargit simultanément ses activités à la parfumerie, aux cosmétiques et à la décoration intérieure. Il fonde ainsi trois nouvelles sociétés portant le prénom de ses enfants : Les Parfums de Rosine, L’Atelier Martine pour la décoration intérieure, le mobilier mais aussi pour les flacons et vaporisateurs peints à la main, et L’Atelier Colin pr...
[ lire la suite ]


 
Flacon à parfum pour Sauvageonne, Lucien Gaillard
Les Parfums Clamy ont été créés au début de 1900 par Philippe Back de Surany. Inspiré par le développement exponentiel de la parfumerie, il décide de créer une maison de parfums : “Les Parfums Clamy, créations de haute parfumerie”, qu’il installe 30, avenue des Champs-Elysées. La maison Clamy édite des flacons de grande finesse signés par Lucien Gaillard qui travaille étroitement avec René Lalique. Les fragrances sont aussi de qualité, sans doute des floraux, des chypres et des ambrés riches en teintures animales. Les parfums Clamy portent des noms enchanteurs et sont accompagnés de poudres mais aussi de crèmes de soins et de fards. Les thèmes chers à l’Art Nouveau, fleurs et branchages fleuris, femmes ailées, envol d’oiseaux, sont mis en scène par Lucien Gaillard sur des flacons au verre ...
[ lire la suite ]


 
Lettre d’Auguste Renoir à Aline Charigot, Monte Carlo, [décembre 1883]
Alors qu’il avait découvert la Côte d’Azur en compagnie d’Aline l’année précédente, cette fois le peintre se sent seul malgré la présence de Claude Monet qui voyage avec lui : « Je crois que c’est parce que tu n’es pas là, mais le soleil du midi ne me fait pas l’effet des autres fois ». Cette lettre incarne l’amour qui unissait le couple et elle témoigne de la découverte de la Côte d’Azur par l’artiste, qui le conduira finalement à venir y passer tous les hivers puis à s’installer à Cagnes.
[ lire la suite ]


 
Vaste ensemble de photographies
113 négatifs sur plaques de verre et plaques stéréoscopiques
163 tirages photographiques
1 album renfermant 154 photographies

Les plaques de verre et les tirages photographiques, dont un grand nombre a été pris à Cagnes, montrent la propriété des Collettes et des scènes de la vie de famille, Renoir au travail devant son chevalet ou dans son atelier, Claude enfant ou adolescent, Aline avec Jean ou Claude, Pierre, Gabrielle, et les nombreux visiteurs reçus par la famille : Pierre Bonnard, Albert André et son épouse, George Besson et son épouse, Ambroise Vollard, Paul Cézanne Junior resté lié aux Renoir après la mort de son père, Henri Matisse, Louis Valtat. Ces lots comprennent également quelques reproductions d’œuvres de Renoir dont le modèle original de la Maternité, sculpture dont le...
[ lire la suite ]


 
Louis-Mathieu Verdilhan (1875 – 1928)
Les toits d’Allauch, 1909
Saint-Tropez, musée de l’Annonciade

Acquis avec le soutien du FRAM en 2014

En 1907, Verdilhan devient un pilier de l’Académie d’Allauch fondée par Louis Audibert et l’abbé Cabasson, et qui rassemble notamment Lombard, Girieud, Eischacker. Son installation dans le village où il flirte avec le fauvisme, suscite une série de paysages rutilants comme le tableau Les toits d’Allauch.
Le tableau affirme ce parti chromatique et constructif. La toile se donne comme un espace sensuel où se déploie une étrange écriture. Verdilhan fait pleine confiance à la brosse dans sa gestualité violente et primitive. L’artiste exprime par des couleurs fortes, tranchées, par des touches épaisses, étirées, l’énergie, la sève qui parcourt le paysage provençal.
De la technique fauve, l’artiste retient l’util...
[ lire la suite ]


 
Carreaux de pavement médiévaux
Cet ensemble de 230 carreaux en terre cuite provient du château de Blauzac, près d'Uzès. Certains sont unis, avec une glaçure jaune, verte ou brune. D’autres sont blancs avec des motifs peints en vert et brun : motifs géométriques (cercles, damiers), blasons de fantaisie, feuillages, fleurs de lys et même animaux : oiseau, tête d’animal fantastique. Beaucoup de carreaux sont tellement usés qu’il ne reste plus rien en surface.
Le décor des carreaux et leur forme, avec des bords en biseaux, sont très proches d’autres carrelages trouvés dans le Vaucluse, à Avignon (Palais des Papes) et à Châteauneuf-du-Pape. On sait par les archives pontificales que de grandes quantités de carrelages avaient été commandées en 1317-18 par le pape Jean XXII, puis à partir de 1334 par Benoît XII, à des artisans...
[ lire la suite ]


 
Armoires peintes
Cette paire d'armoires porte un décor peint de motifs en rouge et or sur un fond sombre. Le fond est peint avec un mélange de pigments naturels et de colle de peau. Les motifs sont peints à l’huile.
Ces meubles peuvent être datée vers 1702-1703 grâce aux papiers de la famille d'Uzès qui les conservait depuis l’origine (contrat de mariage en 1703 et inventaire après décès de l’époux, mentionnant deux «cabinets» en sapin noirci, provenant de la dot de la veuve).
Le décor figure uniquement sur les portes, ornées de deux branches de palmier liées par un ruban noué, surmontées d’initiales entrelacées et de couronnes. Ces motifs sont séparés par un petit panneau suggérant un tiroir en trompe-l’œil, avec une poignée en forme de tête de lion.
Les palmes nouées peuvent évoquer la symbolique des...
[ lire la suite ]


 
Tête trophée mundurucu
COLLECTION H. GASTAUT
Spécialiste mondialement connu du cerveau, le professeur Henri Gastaut avait rassemblé au cours de son existence professionnelle une des plus importantes collections de crânes du monde. Achetés lors de ses voyages, chez des marchands ou dans les grandes ventes, chaque crâne avait son "histoire". Préférant préserver l'homogénéité de sa collection, il refuse de se séparer de certains de ces crânes, notamment une tête momifiée des Indiens Mundurucu qui vivent en forêt amazonienne et que le Metropolitan aurait acquise à prix d'or. Ayant réalisé sa carrière à Marseille, c'est à Marseille qu'il souhaitait que restent sa collection. Il proposa donc à la Ville de Marseille l'ensemble de cette collection pour une somme inférieure à sa valeur réelle. Elle devait constituer, av...
[ lire la suite ]


 
Musée des terres
Il s'agit d'une œuvre majeure. C'est un musée personnel constitué par la collecte d'échantillons de terre effectuée depuis 1976 par l'artiste lors de ses nombreux voyages sur toute la planète. Cet ensemble constitue la plus grande collection au monde de terres, herman de vries utilise ces terres pour réaliser des frottages depuis 1983. Ils sont créés en faisant côtoyer un certain nombre de couleurs de terre. Ce qui pour résultat de démontrer les multiples facettes de ces couleurs selon leur provenance et/ou leur proximité : "… un champ qui, de prime abord semble gris, peut contenir des couleurs les plus magnifiques ! de partout, tout nous vient de la terre". Les frottages de terre issus de ce musée des terres sont dans de très nombreuses collections publiques et privées. L'artiste âgé a ex...
[ lire la suite ]


 
Du divers au particulier
De formation scientifique et humaniste, Paul Armand GETTE débute sa pratique artistique dans les années 50. Très vite, son travail s'insinue – non sans humour et impertinence –dans les marges des disciplines qu'il apprécie : l'entomologie, la géologie, la cristallographie, etc. En parallèle il développe une pratique de photographe où la quête du modèle fait office de leitmotiv. Invité à travailler à Digne, Paul Armand GETTE a fait passer le territoire de la Réserve géologique de Haute-Provence à travers le prisme, si particulier, de sa pratique artistique. La géologie, bien sûr, mais aussi l'entomologie, la botanique, la toponymie ou la mythologie ont &eac...
[ lire la suite ]


 
Comme un gant
Comme un gant répond à cette même exigence de prouesse technique, une valeur, qui était première dans la sélection d'objet des cabinets de curiosités des XVIe et XVIIe siècles. Chacun des cinq tubes a été conçu tronçon par tronçon, dans lesquels ont été insérées les hématites une à une avant le séchage du mastic. Provenant du Brésil, ces pierres ont nécessité de longs mois de recherche pour trouver le calibre souhaité par l'artiste.
Hubert DUPRAT nous interroge ainsi sur les critères qui régissent la sélection des objets quels qu'ils soient, et leur classement hiérarchisé. Érigés en lois, ces critères permettent la distinction entre l'artificiel et le naturel, le noble et le commun, le travail artistique et le travail artisanal. Brouillant les frontières avec ses intrusions baroques et i...
[ lire la suite ]


 
Vue de Nice depuis les collines de la Conque
Vue d'un quartier rural niçois, aujourd'hui urbanisé. Végétation méditerranéenne – moyens de locomotion – costume niçois traditionnel – une élégante des années 1830-1840. Au second plan, une chapelle pauvre, deux « maisons des champs » de notables niçois, une ferme, près du littoral, des maisons le long de la route de France ; à l'arrière-plan, la ville de Nice. Ce tableau est d'un grand intérêt car c'est la seule représentation connue de ce quartier à cette période.
[ lire la suite ]


 
Portrait de Frumence Biche en civil
Henri Rousseau fait ici le portrait de Edmond-Frumence Biche, gardien de la paix, que lui préféra Marie Foucher. Afin de prouver sa magnanimité, Rousseau offrira à la jeune mariée le portrait de son époux en civil. Le peintre réalise une œuvre, certes austère, mais où il fait montre de sa maîtrise des tons noirs. Gauguin en particulier avouera son admiration pour sa gamme de noirs, qu'il estimait « incomparables ». Ce portrait est très révélateur de l'art de Rousseau, peintre qui se voulait volontiers « universel » et « moderne ». Dans son souci de modernisme, Rousseau tient à faire passer une vision nouvelle, élaborée selon un principe que les Cubistes reprendront après lui, celui de la synthèse. En l'occurrence, dans le Portrait de Frumence Biche, comme dans celui de Pierre Loti, Roussea...
[ lire la suite ]


 
Double Double
L'œuvre Double Double se compose de deux miroirs suspendus par un fil de nylon à hauteur du regard. A la limite entre sculpture et installation, cette oeuvre rejoint les réflexions du musée sur le rapport de la sculpture à l'architecture et l'intimité du corps par rapport à l'espace.
[ lire la suite ]


 
La Vie du rail
La série des 42 photographies a été réalisée sur le site désaffecté des anciens ateliers SNCF d'Arles, avant réhabilitation. « Rien n'est décrit, mais tout dans ces photographies bascule dans l'épaisseur du temps. [...] Ce qui compte ici, c'est moins l'espace, qui serait vite descriptif, que le dépôt du temps, et de cet empilement, l'image cherche la matière. » Michèle Moutashar.
[ lire la suite ]


 
La Patineuse
La série de 6 photographies La patineuse appartient à un travail réalisé pour l'exposition La stratégie du bonheur, élaborée en 2003 avec Valérie Villieu. Son travail photographique mêle la récupération d'images (images super 8) et les prises de vue directes. Elle apporte un soin tout particulier aux tirages réalisant des séries thématiques. Le musée Réattu a consacré à Laurence Faure une exposition « carnet d'artistes » en septembre 2005.
[ lire la suite ]


 
Vingt eaux-fortes dessinées et gravées par Ossip Zadkine soldat au 1er régiment étranger affecté à l'ambulance russe aux armées françaises
A son retour de la guerre de 14-18, Zadkine réalise ces vingt gravures à partir des dessins exécutés au front. Edité à 50 exemplaires en 1918, le portfolio rejoint en 2005 les œuvres majeures de Zadkine qui figuraient déjà dans les collections du musée.
[ lire la suite ]


 
"La mort de Cléopâtre", pièce de la tenture de l'Histoire des amours de Marc
Le musée du palais Lascaris, créé en 1963 dans l'ancienne demeure niçoise des Lascaris-Vintimille, comtes de Peille et coseigneurs de Castellar, a été entièrement remeublé après l'achèvement des travaux de restauration en 1969. C'est en ces circonstances que trois pièces de la tenture de l'histoire des amours de Marc-Antoine et Cléopâtre, léguées à la Ville de Nice en 1903 par Fanny Trachel, furent restaurées puis déposées au nouveau musée. Cette tenture du milieu du XVIIe siècle étant alors très mal connue, les trois tapisseries du palais Lascaris ont tour à tour été attribuées aux Gobelins par le donate...
[ lire la suite ]


 
« La perle » ou le banquet offert par Cléopâtre à Marc-Antoine ; pièces de la tenture de l'Histoire des amours de Marc-Antoine et Cléopâtre
Le Musée du Palais Lascaris, créé en 1963 dans l'ancienne demeure niçoise des Lascaris – Vintimille, Comtes de Peille et coseigneurs de Castellar, a été entièrement remeublé après l'achèvement des travaux de restauration en 1969. C'est en ces circonstances que trois pièces de la tenture de l'histoire des amours de Marc – Antoine et Cléopâtre, léguées à la Ville de Nice en 1903 par Fanny Trachel, furent restaurées puis déposées au nouveau musée. Cette tenture du milieu du XVIIème siècle étant alors très mal connue, les trois tapisseries du Palais Lascaris, ont tour à tour été attribuées ...
[ lire la suite ]


 
Saxophone alto "GRAFTON "
Le saxophone “Grafton”, création du facteur l'italien émigré en Angleterre, Hector Sommaruga, fut un instrument tout à fait mythique du jazz des années 50 et 60 (joué par Charlie Parker et Ornette Coleman). Ce saxophone “Grafton” enrichit la section des instruments à vent de la collection et dans la perspective de l'organisation des expositions et manifestations temporaires, dans le cadre du festival annuel du jazz qui a lieu chaque été à Nice. Par ailleurs, la documentation du futur musée instrumental de Nice doit s'enrichir d'une importante quantité de documents sonores et images relatifs au jazz à Nice. En effet, le premier festival de jazz de la Côte d'Azur eut lieu ...
[ lire la suite ]


 
Néo-cor
Le néo-cor ou "clavicor" alto de PROTIN a été inventé comme toute la famille des clavicors par le facteur français Guichard, fabriqué et diffusé par son successeur Gautrot dont l'instrument de Protin est très voisin. Cet instrument permet de compléter cette série d'inventions qui compte notamment des ophicléides, un saxhorn et un clavicor en si b.
[ lire la suite ]


 
Archet 4/4
Le luthier Silvio Tua est né à Turin en 1894. Il étudia la lutherie à Milan avec Radrizzani et s'établit à Nice en 1929. Il fut actif jusqu'aux années 70, travaillant beaucoup pour les musiciens des orchestres philharmoniques de Nice et de Monte Carlo. Cet archet, d'une bonne qualité d'exécution et présentant un bon état de conservation, enrichit très opportunément la collection assez pauvre en archets de violons. Le musée vient également de bénéficier de la donation d'une guitare de jazz de Silvio Tua et de quelques souvenirs de son atelier niçois.
[ lire la suite ]


 
Violon 4/4
La facture régionale occupe une place très importante dans la collection du palais Lascaris. Antoine Gautier (1825-1904), le fondateur de cette collection, était un musicien amateur et organisait de nombreux concerts dans son salon niçois. Il noua des relations assez étroites avec les maîtres-luthiers de Nice : les Blanchi, « héritiers » de Pacherel ; Niccolo Bianchi, de Gênes, établi à Paris puis à Nice et les successeurs de celui-ci, les Bovis. François Bovis fit partie du quatuor d'Antoine Gautier qui le chargea en outre d'entretenir sa collection. C'est pourquoi des instruments des ateliers François et Charles Bovis ainsi que de Pierre Gaggini, neveu d'Albert-Louis Blanchi sont venus pr...
[ lire la suite ]


 
Violoncelle
La facture régionale occupe une place très importante dans la collection du palais Lascaris. Antoine Gautier (1825-1904), le fondateur de cette collection, était un musicien amateur et organisait de nombreux concerts dans son salon niçois. Il noua des relations assez étroites avec les maîtres-luthiers de Nice : les Blanchi, « héritiers » de Pacherel ; Niccolo Bianchi, de Gênes, établi à Paris puis à Nice et les successeurs de celui-ci, les Bovis. François Bovis fit partie du quatuor d'Antoine Gautier qui le chargea en outre d'entretenir sa collection. C'est pourquoi des instruments des ateliers François et Charles Bovis ainsi que de Pierre Gaggini, neveu d'Albert-Louis Blanchi, sont venus p...
[ lire la suite ]


 
Violon muet
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte, dans plusieurs des sections qui la composent, des instruments d'exercice, en particulier pour la série des instruments à cordes frottées quelques violons (1/2 ou 3/4), ainsi que des violons dits « muets » qui se distinguent par l'absence de « fond », l'instrument se limitant à la table d'harmonie et au manche.
[ lire la suite ]


 
Violon ondé
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte une forte proportion d'instruments à cordes frottées, échelonnés du XVIIe au début du XX siècle. Pour le XIXe siècle, cette section inclut une importante série d'instruments expérimentaux, en particulier des violons et violoncelles « sans coins », en forme de guitare, d'après le brevet de Francis Chanot (1818). Ce violon expérimental permet de compter dans la collection une typologie supplémentaire de violon expérimental, inspiré par le modèle inventé par Suleau, à table et fond ondulés.
[ lire la suite ]


 
Violon expérimental
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte une forte proportion d'instruments à cordes frottées, échelonnés du XVIIe au début du XX siècle. Pour le XIXe siècle, cette section inclut une importante série d'instruments expérimentaux, en particulier des violons et violoncelles « sans coins », en forme de guitare, d'après le brevet de Francis Chanot (1818). Ce violon expérimental permet de compter une typologie supplémentaire dans cette série de découvertes « oubliées » très attractive pour le grand public.
[ lire la suite ]


 
Saxophone baryton en Mi b de Adolphe SAX (1814-1894)
Ce saxophone baryton d'Adolphe Sax, son inventeur, complète la série de saxophones de la collection du palais Lascaris.
[ lire la suite ]


 
1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile