Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Frédéric LANOVSKY
31-12-2018
Sculpteur contemporain né à Cannes en 1965, Fréderic Lanovsky réalise des sculptures géantes et à taille humaine dont les dernières pièces ornent les jardins du Musée ...

Exposition

Cabinet de curiosité
15-12-2017
Avec le Fab Lab marseillais La Fabulerie, Salagon se lance dans la bidouille numérique : des outils parlent, le premier conservateur du musée commente les objets qu’il a fait rentr ...

Evénement

Acquisition de l'oeuvre de Gaston Chaissac "Signes"
01-01-2022
Anatole Jakovsky fut l’un des premiers à s’intéresser aux productions artistiques hors-normes ...

Evénement

Balade photographique sur les rives de l'étang de Berre
26-11-2017
Accompagnés par Michel Garofano, photographe, nous vous proposons une promenade artistique ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Peinture
Paysage du Midi par temps de mistral
Paysage du Midi par temps de mistral a été probablement réalisé lors du premier séjour de Bonnard au Cannet en 1922. Acheté rapidement, en novembre 1922 par Bernheim-Jeune, son marchand depuis 1906, ce tableau est toujours resté dans la famille du marchand pour arriver dans la succession de Michel Dauberville auprès de laquelle le musée Bonnard s’est porté acquéreur par la voie des enchères publiques et grâce au droit de préemption accordé par l’Etat.
Dans ce paysage aux forts contrastes colorés et aux plans nettement marqués, la nature devient chez Bonnard d'un lyrisme presque radieux ; le peintre appréciait tout particulièrement la nature luxuriante et sauvage, le moins possible façonnée par la main de l'homme, environnement qu’il retrouvait alors autour de sa maison sur les hauteurs de...
[ lire la suite ]


 
La vision de la Vierge au-dessus de la forêt, Jean-Jacques Rullier
Jean-Jacques Rullier (Bourg-Saint-Maurice, né en 1962)

Après des études à Grenoble et à Lyon, Jean-Jacques Rullier a suivi l'atelier de Christian Boltanski à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il vit et travaille aujourd'hui à Paris et réalise régulièrement de nombreux voyages : Berlin, Israël, Espagne, Corée et Inde où il a effectué un séjour de six mois grâce à une bourse de la Villa Médicis Hors-les-murs.
Exposé tant à l’étranger (Japon, Allemagne, Angleterre …) qu’en France (Centre Pompidou, Musée Zadkine, Centre culturel suisse, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Musée de Valence, Musée Malraux du Havre …), ses œuvres sont présentes dans des collections publiques françaises (Centre Pompidou ; FNAC ; FRAC Rhône Alpes, Pays de Loire, Limousin, Languedoc...
[ lire la suite ]


 
Intérieur paysan, René Seyssaud
René Seyssaud (Marseille, 1862 – Saint-Chamas, 1952)

Issu d’une famille de la petite bourgeoisie, Seyssaud montre très jeune des prédispositions pour le dessin. Dès l’âge de 13 ans il entre à l’école des beaux-arts de Marseille et fréquente en particulier Lauzet et Guigou. A 18 ans, il part pour Avignon où il devient l’élève de Grivolas par l’intermédiaire duquel il rencontre les félibres –dont Mistral. Soutenu par François Honorat, courtier en huiles, il commence à exposer au Salon des Indépendants en 1896 puis au Salon d’automne en 1904. Sa seconde exposition personnelle a lieu en 1899, chez Ambroise Vollard. Celui-ci lui propose un contrat qu’il décline. De Ville-sur-Auzon, où il s’installe suite à son mariage en 1899, il continue d’exposer régulièrement chez Bernheim-Jeune puis chez...
[ lire la suite ]


 
Vue de l’église de la Madeleine et du canal Saint-Sébastien, Antoine PONCHIN
La famille d’Antoine Ponchin fait partie d’une dynastie de peintre originaire de Martigues, qui rendirent hommage aux beautés de la région et plus particulièrement de leur berceau familial. C’est le cas d’Antoine Ponchin qui consacra l’essentiel de sa carrière à capter la lumière si particulière de la Provence et de Martigues. Elève de Decanis, de Gagliardini, mais surtout de Jean-Baptiste Olive, peintre prolifique et mariniste exceptionnel, Ponchin s’inscrivit dans cette mouvance de style et perpétua dans sa peinture les leçons prises sur le motif avec cet amoureux de la nature.
Il exposa au Salon des artistes français de 1893 à 1933 où il obtint quelques récompenses. Présent sur les Salons marseillais, sa peinture fut toujours remarquée et saluée comme digne d’intérêt.
Si le quarti...
[ lire la suite ]


 
Louis-Mathieu Verdilhan (1875 – 1928)
Les toits d’Allauch, 1909
Saint-Tropez, musée de l’Annonciade

Acquis avec le soutien du FRAM en 2014

En 1907, Verdilhan devient un pilier de l’Académie d’Allauch fondée par Louis Audibert et l’abbé Cabasson, et qui rassemble notamment Lombard, Girieud, Eischacker. Son installation dans le village où il flirte avec le fauvisme, suscite une série de paysages rutilants comme le tableau Les toits d’Allauch.
Le tableau affirme ce parti chromatique et constructif. La toile se donne comme un espace sensuel où se déploie une étrange écriture. Verdilhan fait pleine confiance à la brosse dans sa gestualité violente et primitive. L’artiste exprime par des couleurs fortes, tranchées, par des touches épaisses, étirées, l’énergie, la sève qui parcourt le paysage provençal.
De la technique fauve, l’artiste retient l’util...
[ lire la suite ]


 
"Les Magnanarelles", par José Belon
Né à Alès, José Belon (1861-1927) fait carrière à Paris comme peintre et illustrateur pour la presse. Il séjourne souvent dans le Gard et est à l'origine de la création du musée d'Uzès en 1910. Ses premiers tableaux représentent des scènes de la vie parisienne, mais aussi des sujets situés à Uzès, comme cette scène, exposée au Salon des Artistes Français de 1887. Le tableau appartenait au frère du peintre, Albin, employé des chemins de fer, habitant Uzès. Après la mort d’Albin, José Belon en fit don en 1926 au musée qu’il avait créé.
La scène représente une activité traditionnelle de l’Uzège : la cueillette des feuilles du mûrier, pour nourrir les vers à soie. Elle est effectuée par les enfants et les femmes, les « magnanarelles », celles qui nourrissent les « magnans » (ou « mangeurs »),...
[ lire la suite ]


 
"Lutte d'hommes dans le Midi", par José Belon
Né à Alès, José Belon (1861-1927) fait carrière à Paris comme peintre et illustrateur pour la presse. Il séjourne souvent dans le Gard et est à l'origine de la création du musée d'Uzès en 1910.
Ses premiers tableaux représentent des scènes de la vie parisienne, mais aussi des sujets situés à Uzès, comme cette scène.
Après avoir été exposé au Salon des Artistes Français de 1888, ce tableau semble avoir trouvé un temps refuge dans le cabaret du Chat Noir à Montmartre. L’artiste en fait don en 1910 au musée qu’il vient de créer à Uzès.
La scène représente un des temps forts de la fête votive à Uzès à la fin du XIXe siècle : la compétition de lutte gréco-romaine. Elle avait lieu le deuxième jour de la « vote » et attirait beaucoup de public de toute la région. Les combats avaient lieu sur l...
[ lire la suite ]


 
Coin à anneau ("Cumangle")
Coin de section rectangulaire aplati pour lui donner un taillant afin de pénétrer dans le grume. Le coin est percé. Il est muni d'un anneau mobile près de la tête. Ce coin est utilisé pour le débardage des grumes par glissage. Le coin est enfoncé au cœur d'une grume à l'extrémité la plus fine. Dans l'anneau, on passe le crochet fixé au palonnier qui est relié à l'animal de trait. Si le débardage, dans les zones pentues est trop difficile, un second coin est planté à l'autre extrémité de la grume et des hommes, au moyen d'une corde, retiennent le tronc.
[ lire la suite ]


 
Houe (« Sapa »)
Tôle forgée de forme triangulaire légèrement incurvée avec une nervure centrale et une douille. La tôle forgée a été déchirée en deux endroits et réparée par des morceaux de tôle rivés à chaud. Les traces d'usure et de réparations sur la lame, aux angles arrondis, laissent à penser que cet outil a essentiellement été utilisé pour tracer des sillons. Les houes sont utilisées pour ameublir le sol, extraire les pierres ou les légumes ou arracher les herbes. La houe est saisie à deux mains, soulevée et abaissée avec force, l'utilisateur a le dos courbé et les jambes écartées. Le travail se fait g&...
[ lire la suite ]


 
Panier à terre (« Garbelou »)
Panier très ouvert, son ouverture est circulaire et le tressage simple est réalisé autour d'un montant central de diamètre égal à 1,5 cm et de 10 montants formant la structure du panier. Le montant central est prolongé à ses deux extrémités pour former des poignées. Il sert à remonter sur le haut des terrasses "faïssa", la terre que la pluie, la houe ou l'araire ont entraînée vers le bas. On l'emploie également pour le transport et l'épandage du fumier et l'épierrage des terres. Dans la construction, il est utilisé pour transporter du gravier, du sable, de la chaux ou du plâtre. Le "garbelou" se porte contre le ventre, les deux bras pliés, les mains...
[ lire la suite ]


 
Pioche-hache (« Pétuque »)
Outil qui combine à la fois la houe, avec un taillant plein cintré légèrement évasé à l'extrémité (larg. mini. 4,1 cm, larg. max. 5,3 cm) et la hache, avec un fer plat taillant de petite taille (10 cm). L'œil est ovoïde (5,2 x 3,3 cm). Ses dimensions laissent supposer un manche très robuste. L'outil est de fabrication artisanale, il porte la marque BC, ainsi qu'un dessin de fleur. Il a été réparé au niveau du taillant et de l'œil par un aciérage, et riveté à chaud en deux points. On l'emploie en percussion lancée. Nous ne reviendrons pas sur l'utilisation du côté houe. Le côté hache est quant à lui utilisé pou...
[ lire la suite ]


 
Fourche à garance
Fourche en fer utilisée pour extraire les racines de garance.
[ lire la suite ]


 
Paysage à l'orage menaçant
(…) Le thème de l'orage – orages désirés, chers à Chateaubriand déjà – la puissante et habile construction triangulaire avec la triple rime bien notée par Soubiran, des arbres, du ciel et du chemin encaissé et illuminé, le motif même des arbres morts, tiré de l'inévitable répertoire des maîtres du siècle d'or – Rembrandt, Ruisdael, Koninck, Hobbema, Wÿnants, chez les Hollandais, Jacques d'Arthois, Huysmans, Vadder chez les Flamands, relayé par les manuels de paysagistes à la Mandevare au début du XIXe siècle, mais utilisé ici avec une brutalité forcément innovatrice (la taille démesurée des ces arbres spectres étonne et détonne, ce n'est plus un simple accessoire), les figures bonhommes placées au milieu d'une vaste étendue pour exalter l'infinité de la nature et l'émouvante solitude et pe...
[ lire la suite ]


 
Forge Reynaud
Cette forge, située à Lourmarin dans un bâtiment inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques, a fonctionné jusqu'en 1973. Ses propriétaires, les Reynaud, ont proposé à Salagon l'acquisition de l'ensemble de l'outillage et des archives, ce qui a pu être réalisé à l'automne 1989, grâce à l'action conjuguée du Fonds régional d'acquisition des musées et du Conseil général des Alpes-de-Haute-Provence. L'intérêt de ce fonds d'atelier réside dans son caractère exceptionnel de collection "close", en l'état, disposant de tout son outillage, son équipement et ses archives (commerciales et documentaires, notamment photographiques). L'essentiel de cet outillage remonte au XIXe siècle, cependant certaines pièces sont sans nul doute plus anciennes, les Reynaud étant en effet forgeron...
[ lire la suite ]


 
Outils de tonnelier
Depuis l'époque pré-romaine (l'invention du tonneau est attribuée aux Celtes), le tonnelier est l'artisan qui, à partir de morceaux de bois, fabrique des emballages qui permettent de conserver et transporter les liquides. S'il peut fabriquer de nombreux récipients en bois : seaux, baquets, cuves, etc. C'est surtout dans la production de tonneaux, barriques et foudres qu'il peut exercer son art, notamment dans notre département du Var producteur de vin, pour sa conservation dans les très nombreuses caves avant de le vendre et de l'expédier bien au-delà de nos frontières. Le commerce de l'huile d'olive, très important vers la cité phocéenne, nécessitait également l'utilisation de nombreuses barriques. La naissance des coopératives viticoles avec le stockage du vin dans des cuves de ciment, a...
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile