Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Frédéric LANOVSKY
31-12-2018
Sculpteur contemporain né à Cannes en 1965, Fréderic Lanovsky réalise des sculptures géantes et à taille humaine dont les dernières pièces ornent les jardins du Musée ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Acquisition de l'oeuvre de Gaston Chaissac "Signes"
01-01-2022
Anatole Jakovsky fut l’un des premiers à s’intéresser aux productions artistiques hors-normes ...

Evénement

L’atelier de Noël de Salagon
09-12-2017
Création de jouets en miniatures
Samedi 9 décembre, venez fabriquer avec vos enfants des décorations de Noël avec une médiatrice du musée de Salagon ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Croyance - Religieux
Chenet zoomorphe
Cette tête d'animal en terre cuite rouge est un fragment de chenet, datant de la fin de l'Age du Fer (IIe-Ier siècle av. J.C.).
Les chenets gaulois étaient sans doute liés à des pratiques rituelles de crémation d'offrandes aux divinités ou aux défunts. Il s’agissait d’un culte domestique, attesté en Languedoc à partir du Ve siècle avant notre ère. On a retrouvé de nombreux chenets en terre cuite ornés de têtes d'animaux (chevaux ou chiens, difficiles à identifier précisément) dans la zone entre Rhône et Hérault, territoire des Volques Arécomiques.
Le Bulletin Archéologique du Comité des Travaux Historiques signale, dans la séance du 14 décembre 1936, la découverte de cet objet à Uzès par l’abbé Bayol, curé de Collias et archéologue amateur. Hélas l’endroit exact de la découverte n'est p...
[ lire la suite ]


 
Tête trophée mundurucu
COLLECTION H. GASTAUT
Spécialiste mondialement connu du cerveau, le professeur Henri Gastaut avait rassemblé au cours de son existence professionnelle une des plus importantes collections de crânes du monde. Achetés lors de ses voyages, chez des marchands ou dans les grandes ventes, chaque crâne avait son "histoire". Préférant préserver l'homogénéité de sa collection, il refuse de se séparer de certains de ces crânes, notamment une tête momifiée des Indiens Mundurucu qui vivent en forêt amazonienne et que le Metropolitan aurait acquise à prix d'or. Ayant réalisé sa carrière à Marseille, c'est à Marseille qu'il souhaitait que restent sa collection. Il proposa donc à la Ville de Marseille l'ensemble de cette collection pour une somme inférieure à sa valeur réelle. Elle devait constituer, av...
[ lire la suite ]


 
Marionnette
Lors d’un premier séjour au Vanuatu, en juin-juillet 1991, puis d'une deuxième mission l'année suivante en 1992, l’équipe du musée a pu acquérir 150 pièces (masques, parures, etc) de l’île de Malakula, qui constituent un ensemble désormais exceptionnel en France d’objets traditionnels contemporains provenant de cet archipel du Pacifique.
Sorte de marionnette, représentant le buste d'un personnage, les bras à demi-levés : un ensemble de toiles d'araignées recouvre une structure en bambou fixée sur un bâton central terminé par une petite pointe permettant de tenir la marionnette : des motifs géométriques polychromes bleus sur le visage, blancs verts sur le ventre, oranges, marron, décorent toute la surface. Les deux mains comportent de tout petits doigts, 4 à gauche seulement.

[ lire la suite ]


 
Masque n'domo
DONATION L.P. GUERRE
En 1922, un gamin marseillais de douze ans achetait une petite statue Senoufo à l'Exposition Coloniale, guidé par son père, administrateur des Hôpitaux de Marseille et collectionneur lui-même. Le gamin s'appelait Pierre Guerre. Sa collection allait, au fil des ans, être reconnue comme l'une des meilleures. Pierre Guerre avait, comme on dit, "un œil". Touche-à-tout génial, il avait une puissance de travail phénoménale et une ouverture d'esprit exceptionnelle : ceux qui savent regarder et observer, écouter, lire. Et sentir, surtout. Pierre Guerre était un esthète sphérique, et son auto-discipline s'exerçait principalement sur son emploi du temps : brillant avocat, critique d'art, écrivain de théâtre, spécialiste des estampes japonaises, philosophe passionné de philosoph...
[ lire la suite ]


 
Masque
DES ACQUISITIONS comme ce Masque-planche représentant un visage humain traité de façon géopmétrique. Le masque se divise en 2 parties : le visage circulaire, sculpté en aplat et la planche qui le surmonte composée de 3 plans. Du visage traité assez géométriquement émerge une bouche en losange ouverte avec une rangée de dents sculptées, 2 grands yeux ronds aux cercles concentriques ainsi qu'une série de motifs géométriques ornent la surface du visage. Une multitude de motifs polychromes sculptés en bas-relief décorent la partie supérieure du masque ; 2 crochets, l'un dirigé vers le ciel, l'autre vers la terre sont les seuls éléments saillants de cette sculpture.
[ lire la suite ]


 
Masque
COLLECTION DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE MARSEILLE
En 1962, avec les indépendances, le Musée des Colonies ferme, et les collections furent confiées à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille-Provence. Faute de place, elles furent mises en caisses. En 1989, cette grande et vénérable institution, l'une des plus anciennes de France, a bien voulu mettre en dépôt permanent les objets de l'ancien Musée au MAA0A.
Dans cette collection figurent plusieurs objets importants : une statue et un chambranle de porte Kanak ; deux masques de l’île d’Ambrym (Vanuatu) ; des masques Yorouba (Bénin); un masque Dyola (Sénégal) ; un reliquaire Kota (Gabon), des objets malgaches...

[ lire la suite ]


 
Hermès bicéphale
Tête double de grande originalité et qualité d'exécution, ayant surmonté à l'origine un pilier disparu. Deux divinités sont representées : la plus jeune correspond à Pan, dieu-bouc facilement identifiable à une série d'attributs "caprins" dont les petites cornes, les oreilles pointues et les glandes en relief sur le cou. L'autre est un dieu plus âgé et plus "noble", à la barbe longue et soignée : il pourrait s'agir de Bacchus, de Priape ou même des deux confondus.
[ lire la suite ]


 
Inscription sur cippe
Cippe funéraire en grès de forme rectangulaire, à sommet en demi cercle.
L'inscription lisible au centre de l'espace est une dédicace à Petronia Posilla, défunte, par son conjoint Lucius Scaefius Primus.
Les trois premières lignes sont séparées des trois suivantes par une bande portant deux mains qui s'etreignent, signe de fidélité conjugale.
[ lire la suite ]


 
La Vierge au Missel
Il s'agit d'un portrait de la Vierge entourée d'anges, baignant dans une lumière céleste. La composition pyramidale, chère aux peintres religieux, est rigoureuse et permet de mettre l'accent sur le visage de la Vierge. L'original de Maratta perdu, La Vierge au Missel n'était connue que par des gravures et des copies anciennes. C'est en 1989 que l'œuvre est redécouverte par deux spécialistes du peintre. Comment expliquer alors l'arrivée de ce chef-d'œuvre à Digne ? On sait déjà que ce tableau provient de l'Evêché, et qu'il est entré comme anonyme au musée en 1909. Toussaint de Forbin Janson ne serait-il pas l'acheteur le plus probable ? Grand aumônier de France sous Loui...
[ lire la suite ]


 
Sarcophage à strigiles
Le Christ au centre (une orante à ses pieds) est entouré de saint Pierre (à gauche) et saint Paul (à droite)
[ lire la suite ]


 
Hermès double juvénile
Provenance inconnue, œuvre romaine de style néo-attique.
[ lire la suite ]


 
Epitaphe de C.Silius Herma et de son esclave
Urne de marbre.
[ lire la suite ]


 
Coupe attique à figures noires
Scène dionysiaque : Satyre poursuivant une Ménade.
[ lire la suite ]


 
Relief avec Eros pourchassant une sauterelle
œuvre greco-romaine ,fin de l'époque hellénistique début de l'époque impériale
[ lire la suite ]


 
Fragment de paroi de la tombe de Nebamon
Peinture murale du nouvel Empire, XVIIIe Dynastie.
[ lire la suite ]


 
Guerrier du Mont Bego
Guerrier debout, casqué dit « guerrier du mont Bégo », patine vert foncée. La statuette représente un homme aux jambes courtes, écartées. Les genoux sont proéminents. La taille est marquée par un liseré en creux. Les bras très courts sont levés à l'horizontale à hauteur des épaules et terminés par une figuration simplifiée des mains. Les encoches semi-circulaires dessinées par les paumes des mains semblent indiquer la présence de lances ou de foudres aujourd'hui disparus que le guerrier brandissait. La tête est ronde, les traits du visage très rudimentaires. Il est coiffé d'un casque à crinière en faible relief se prolon...
[ lire la suite ]


 
Sarcophage de la remise de la Loi à saint Pierre
Dans la niche centrale, le Christ docteur, debout sur la montagne d'où sortent les quatre fleuves du paradis, tend le livre déroulé de la Loi à Pierre, accompagné d'un apôtre. A la gauche du Christ se tiennent Paul et un apôtre séparés par un palmier portant le phénix, symbole de la résurrection. Aux extrémités, le Lavement des pieds à gauche ; à droite, le Christ devant Pilate et la scène du Lavement des mains. Sur les petits côtés à gauche, la Source miraculeuse, à droite, le Baptême du Christ dans le Jourdain.
[ lire la suite ]


 
Sarcophage de Phèdre et Hippolyte
Ce sarcophage (le seul de ce type à avoir été découvert dans notre pays) est exceptionnel par sa qualité plastique et par son origine attique, en Grèce. La production y fut importante dès le IIe siècle mais elle était cependant plutôt destinée aux côtes orientales de la Méditerranée. Les tombeaux étaient transportés inachevés puis finis sur le lieu de destination afin de donner les traits des défunts aux personnages figurés sur le couvercle. L'exemplaire d'Arles est composé d'une cuve et d'un couvercle en forme de lit où le défunt est présenté allongé. A l'origine, il s'agissait d'un couple, mais le deuxième pers...
[ lire la suite ]


 
Faune
Ce personnage déhanché est un faune, un de ces petits démons champêtres, mi-homme mi-chèvre, équivalents des satyres grecs, protecteurs des troupeaux et des bergers. Celui-ci n'a gardé de sa nature animale que les oreilles pointues. Sa chevelure désordonnée, ceinte d'une couronne de laurier, souligne son aspect sauvage. Compagnon de Bacchus, il tenait dans sa main droite levée, soit un thyrse, soit une grappe de raisins. Les yeux ont encore leur incrustation d'argent, mais la prunelle a disparu ainsi que les lèvres qui devaient être en argent ou en cuivre
[ lire la suite ]


 
Epitaphe d'un édile
Face : A(ulo) POMPIEO A(uli) F(ilio) SABAT(ina tribu) PIO AED(ili) KAREIA SEX(ti) F(ilia) INGENVA MATER T(estamento) F(ieri) R(ogavit) A(ulus) KAREIVS AMOMVS H(eres) P(onendum) C(uravit) L(oco) D(ato) D(ecreto) D(ecurionum) –  A Aulus Pompeius Pius, fils de Aulus, de la tribu Sabatina, édile. Kareia Ingenua, fille de Sextus, sa mère, a sollicité, par testament, que (ce monument) soit édifié. Aulus Kareius Amomus, son héritier, a pris soin de l'élever, en un lieu désigné par décret des décurions. Revers : TESTAMENTO SIBI FIERI IVSSIT – Il a demandé dans son testament que (ce monument) lui soit élevé. Cette plaque ornait probablement la base d'une statue, élevée pa...
[ lire la suite ]


 
Autel A la Bonne Déesse
BONAE DEAE CAIENA PRISCAE LIB(erta) ATTICE MINISTRA A la Bonne Déesse. Caiena Attice, affranchie de Prisca, prêtresse. Autel décoré d'une couronne de chêne et de deux oreilles, symbole de la bienveillante attention de la déesse. Sur les faces latérales, deux instruments de sacrifice, un préféricule (vase libatoire) et une patère ornée d'une tête cornue. Il faut signaler la découverte d'un autel comparable à Glanum (St Rémy de Provence) dans un petit sanctuaire dédié à Attis, montrant que la Bonne Déesse est à identifier avec Cybèle
[ lire la suite ]


 
Aphrodite
Ce buste, d'une exceptionnelle qualité plastique, représente la déesse de l'amour, Aphrodite, qui fut assimilée à Vénus dans le panthéon romain. Sa coiffure est composée de tresses, séparées en bandeaux et réunies en un chignon bas. Au départ de la chevelure, un trou marque l'emplacement d'un diadème. Le travail du marbre, biaisé à la hauteur de la poitrine, révèle que la sculpture était en deux parties, le buste venant s'ajuster au vêtement travaillé indépendamment. Ce procédé, ainsi que le traitement de l'épaule gauche d'où glisse le tissu, rapproche l'Aphrodite arlésienne d'une sculpture acéphale dite ...
[ lire la suite ]


 
Jeannette, la joueuse de vielle
Marionnette de la crèche parlante d'Aix. La joueuse de vielle est dotée d'une articulation de la tête des bras. Le mouvement rotatif de la manivelle de l'instrument est assuré par la main droite. L'ensemble de la crèche parlante du musée du Vieil Aix regroupe le fonds de huit crèches parlantes provençales qui se sont succédé tout au long du XIXe siècle et qui constituaient un spectacle populaire et recherché durant la période calendale. Des manipulations dissimulées sous la scène du "castellet" actionnaient les marionnettes par un jeu subtil de fils et de glissières et assuraient les dialogues (mi-français, mi-provençal). Le scénario reproduisant le myst&egrav...
[ lire la suite ]


 
Paravent de la fête Dieu
Paravent composé de 10 panneaux peints sur toile double face et tendus sur chassis. Le commanditaire de l'œuvre est Joseph François de Galice, doyen du parlement en 1761, qui avait fait réaliser un paravent à destination d'une des ailes du parlement d'Aix. Ce paravent constitue un témoignage unique sur la fête Dieu d'Aix; il est la plus ancienne et la plus complète représentation. Une face dépeint la procession solennelle et hiérarchique qui se dirige vers la cathédrale avec toutes les confréries et les différents corps de la ville; l'autre face évoque les jeux profanes et la foire qui attirent de nombreux visiteurs sur le cours (Sextius).
[ lire la suite ]


 
Table d'autel
A partir d'un bloc de calcaire taillé en forme de parallélépipède, une table d'autel a été façonnée développant une iconographie fort intéressante. La partie inférieure, brute de carrière, ne laisse déceler aucune trace d'encastrement d'un quelconque support. L'entaille à la partie basse d'une des faces est due à un remploi. En effet cette pierre enchassée dans le cloître de la cathédrale était déposée au début du XXe siècle dans les jardins du presbytère lors de la délibération du 18 février 1912, le Conseil Municipal décida d'aliéner certains objets religieux provenant de ce lieu. Averti le 5 avril, le Conservateur des Antiquités et Objets d'Art du Vaucluse voit son dossier de classement aboutir le 10 mai de la même année. En effet l'autel était déposé depuis un an dans la chapelle du Vi...
[ lire la suite ]


 
Stèles
C'est à moins d'un mètre de profondeur et à proximité d'une ferme située à quelques kilomètres de l'actuelle ville de Cavaillon qu'ont été mises au jour en avril 1909 cinq stèles comportant des inscriptions en caractères gallo-grecs. Voici en quels termes Michel Jouve, fondateur avec son frère et sa sœur des Musées de Cavaillon, rapporte les faits dans un article qu'il écrit pour le « Petit Provençal » : « En juin dernier, M. Antoine Marius Pernix propriétaire au quartier des Girardes, creusant un trou dans sa vigne, y rencontra un énorme bloc où il remarqua des caractères gravés. Très intelligemment, il continua ses foui...
[ lire la suite ]


 
Tête de Sérapis ou Sarapis
Divinité introduite en Egypte par Ptolémée Ier (roi grec du royaume d'Egypte), désireux d'instaurer un culte commun aux Egyptiens et aux Grecs. Son nom lui venait sans doute d'un sanctuaire de Memphis réservé au culte des taureaux (Apis) défunts (donc devenus Osiris) qu'on appelait la Maison d'Osiris-Apis, ce que les Grecs transcrivirent par Poserapis. Ce dieu réunissait les attributs de différents dieux grecs – Hadès (dieu des Enfers), Asclépios (dieu de la médecine), Dionysos (dieu du vin) et Poséidon (dieu des mers) – comme le montre la statue de Bryaxis retrouvée à Alexandrie, et était à la fois dieu des morts, dieu guérisseur, dieu de la fertilit&ea...
[ lire la suite ]


 
Lampe de Hanouccah
Cette lampe à huile est un objet du culte hébraïque à la destination strictement rituelle, commémorant huit jours par an (du 25 kislèv au 3 tevet soit fin décembre-début janvier) la nouvelle Dédicace conférée au temple de Jérusalem après sa libération en 165 av. J.-C. Elle se compose de plusieurs éléments : un plateau formé d'une plaque de laiton aux bords relevés et angles pincés en forme de bec est assemblé par des pattes rivetées à un dosseret auquel sont attachés par une charnière deux volets latéraux. Retenus dans des mortaises, une série de huit godets en bronze ainsi qu'un godet unique - le shamash ou serv...
[ lire la suite ]


 
Meguillah ou rouleau d'Esther
Le manuscrit, écrit d'une seule main, est accompagné d'un feuillet volant, également sur parchemin, écrit d'une autre main et d'une écriture beaucoup plus soignée, donnant le texte des prières à dire avant de commencer la lecture. A la partie inférieure de ce document volant, une inscription de deux lignes, probablement d'une troisième main, en hébreu, mentionne le don du rouleau au « jeune Jacob de Carcassonne, à Cavaillon, le 12 Adar I, 5507 (= 1747) ». La Meguillah est lue à la synagogue pour la fête de Pourim (ou « Fête des Sorts » en mars), pour commémorer le sort favorable accordé aux juifs captifs du roi perse Assuerus (485-465 av. J-C.) et men...
[ lire la suite ]


 
STELE VOTIVE (ou STELE D'ARBUGIO)
Partie supérieure d'une stèle votive accompagnant la statue d'une divinité.
[ lire la suite ]


 
Autel du Dieu Pipius
Autel votif élévé par Nasidia Epictesis au dieu Pipius.
[ lire la suite ]


 
Statuette de Dionysos ou d'un faune
Statuette de Dyonisos ou d'un faune drapé de la nébris
[ lire la suite ]


 
Vierge en majesté
Sculptée en bas-relief dans un bloc de pierre rectangulaire, la Vierge est représentée en majesté, assise de front, tenant entre ses jambes légèrement écartées l'Enfant Jésus debout. Datée dans un premier temps du VIIIe siècle, elle a été rajeunie de trois siècles par Carol Heitz en 1988. Ce spécialiste reconnu de l'art roman conclut ainsi la notice inédite qu'il lui a alors consacrée : « Ce rajeunissement […] de la vénérable image mariale ne la diminue en rien, ni sur le plan esthétique ni sur celui de l'histoire. De toute manière, la Vierge de St Rémy est l'une des toutes premières Vierges romanes et sa majesté raide et hautaine - et pourtant si touchante - incite au respect et à la piété ».
[ lire la suite ]


 
Taureau tricorne
Cette statuette a été découverte dans une carrière près de Glanum, à Saint-Rémy-de-Provence. Pierre de Brun qui l'inscrit en 1919 dans l'inventaire, la décrit ainsi : « Taureau en bronze à trois cornes représenté marchant ; très forte encolure ; la corne du milieu moins haute que les autres. Queue relevée et retombant sur le dos en décrivant un cercle. Une bande d'étoffe ornée de rosaces est figurée entourant complètement les flancs de l'animal […] comme une ceinture ». Cette bandelette indique que l'animal va être conduit au sacrifice. Le taureau tricorne de Saint-Rémy fait partie d'un ensemble de statuettes trouvées en France...
[ lire la suite ]


 
1  2  3  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile