Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Jean Gilletta et la côte d'azur - Paysages et reportages 1870-1930
05-03-2018
Le palais de la Jetée-Promenade entre deux palmiers, les blanchisseuses au bord du Paillon, Èze perché sur son piton rocheux, les cueilleuses de jasmin près de Grasse, ces clichés ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : 2014
Les génies
Architecte et urbaniste de formation, Jean-Blaise Picheral a développé une approche très personnelle de la sculpture. Affirmant que « […] la sculpture n'est pas la sculpture elle-même, mais le lieu créé par la sculpture », il rejoint ainsi l'un des points forts développés dans la collection du musée qui, de Toni Grand à Bernard Dejonghe en passant par Bernard Pagès, a suscité depuis les années 1980 des commandes de sculptures en lien très étroit avec l'architecture de la ville et ses monuments. Cette sensibilité a incité le musée à lui proposer de créer pour l'une des cours du bâtiment, une œuvre in situ intitulée Les génies, appartenant à la série des Portraits empreintes.
Les génies sont donc d'insolites portraits dessinés à partir d'empreintes digitales – qui est pour l'artiste l'ancê...
[ lire la suite ]


 
Solidus de Magnence
L’atelier monétaire d’Ostie, transféré à Arles suivant la volonté de Constantin en 313, a frappé monnaie pour une grande partie des empereurs jusqu’à la fin de l’Empire, en 476.
Les émissions les plus riches ont concerné la famille Constantinienne, mais également des usurpateurs qui sont maintenant tombés dans l’oubli. Magnence est l’un de ceux-là.
Né à Amiens en 303, fils d’un Breton et d’une Franque, il effectue toute sa carrière dans l’armée. Il devient capitaine des gardes de l’empereur Constant, fils de Constantin le Grand et empereur d’Occident, qu’il fait assassiner en 350. Proclamé empereur à Autun, il n’est pas reconnu par Constance II, frère du défunt, qui gouverne l’Orient. Il est battu lors de deux batailles décisives à Mursa (Illyrie) et Mons Seleucus ( Hautes-Alpes) et do...
[ lire la suite ]


 
La Martégale, Jules Pascin
Jules Pascin (Vidin- Bulgarie-, 1885 – Paris, 1930)

C’est sans doute sur le chemin de l’Italie que Pascin s’arrête en Provence et à Martigues. Sans que l’on puisse affirmer qu’il ait admiré la toile de Pierre Jean L’Arlésienne (1899), alors exposée au musée Ziem, sa « Martégale » peut tout à fait en être rapprochée : une même position assise, une même expression vague et un regard lointain, des mêmes mains croisées devant elle. Bien qu’exécutées à vingt cinq ans d’intervalle, et malgré les points qui les différencient comme la mode vestimentaire et le traitement des fonds, les deux œuvres sont assez proches par l’intensité émotionnelle qui s’en dégage.
En effet, la Martégale de Pascin est une œuvre forte et très poétique. Assise sur une chaise, cette femme est vêtue d’une simple bl...
[ lire la suite ]


 
La vision de la Vierge au-dessus de la forêt, Jean-Jacques Rullier
Jean-Jacques Rullier (Bourg-Saint-Maurice, né en 1962)

Après des études à Grenoble et à Lyon, Jean-Jacques Rullier a suivi l'atelier de Christian Boltanski à l'école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Il vit et travaille aujourd'hui à Paris et réalise régulièrement de nombreux voyages : Berlin, Israël, Espagne, Corée et Inde où il a effectué un séjour de six mois grâce à une bourse de la Villa Médicis Hors-les-murs.
Exposé tant à l’étranger (Japon, Allemagne, Angleterre …) qu’en France (Centre Pompidou, Musée Zadkine, Centre culturel suisse, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Musée de Valence, Musée Malraux du Havre …), ses œuvres sont présentes dans des collections publiques françaises (Centre Pompidou ; FNAC ; FRAC Rhône Alpes, Pays de Loire, Limousin, Languedoc...
[ lire la suite ]


 
Intérieur paysan, René Seyssaud
René Seyssaud (Marseille, 1862 – Saint-Chamas, 1952)

Issu d’une famille de la petite bourgeoisie, Seyssaud montre très jeune des prédispositions pour le dessin. Dès l’âge de 13 ans il entre à l’école des beaux-arts de Marseille et fréquente en particulier Lauzet et Guigou. A 18 ans, il part pour Avignon où il devient l’élève de Grivolas par l’intermédiaire duquel il rencontre les félibres –dont Mistral. Soutenu par François Honorat, courtier en huiles, il commence à exposer au Salon des Indépendants en 1896 puis au Salon d’automne en 1904. Sa seconde exposition personnelle a lieu en 1899, chez Ambroise Vollard. Celui-ci lui propose un contrat qu’il décline. De Ville-sur-Auzon, où il s’installe suite à son mariage en 1899, il continue d’exposer régulièrement chez Bernheim-Jeune puis chez...
[ lire la suite ]


 
Vue de l’église de la Madeleine et du canal Saint-Sébastien, Antoine PONCHIN
La famille d’Antoine Ponchin fait partie d’une dynastie de peintre originaire de Martigues, qui rendirent hommage aux beautés de la région et plus particulièrement de leur berceau familial. C’est le cas d’Antoine Ponchin qui consacra l’essentiel de sa carrière à capter la lumière si particulière de la Provence et de Martigues. Elève de Decanis, de Gagliardini, mais surtout de Jean-Baptiste Olive, peintre prolifique et mariniste exceptionnel, Ponchin s’inscrivit dans cette mouvance de style et perpétua dans sa peinture les leçons prises sur le motif avec cet amoureux de la nature.
Il exposa au Salon des artistes français de 1893 à 1933 où il obtint quelques récompenses. Présent sur les Salons marseillais, sa peinture fut toujours remarquée et saluée comme digne d’intérêt.
Si le quarti...
[ lire la suite ]


 
Flacon et coffret pour La Rose de Rosine, Paul Poiret
Paul Poiret (1879-1944) est le premier couturier à créer sa propre maison de parfumerie : en ouvrant la voie à une nouvelle profession, celle des couturiers-parfumeurs, il a révolutionné le monde de la haute-couture, mais aussi celui de la parfumerie, lançant le concept novateur des parfums "couture". En effet, il considère le parfum comme partie intégrante de la garde-robe et donc intimement lié à ses créations de mode.

C’est en 1911 que Poiret élargit simultanément ses activités à la parfumerie, aux cosmétiques et à la décoration intérieure. Il fonde ainsi trois nouvelles sociétés portant le prénom de ses enfants : Les Parfums de Rosine, L’Atelier Martine pour la décoration intérieure, le mobilier mais aussi pour les flacons et vaporisateurs peints à la main, et L’Atelier Colin pr...
[ lire la suite ]


 
Flacon à parfum pour Sauvageonne, Lucien Gaillard
Les Parfums Clamy ont été créés au début de 1900 par Philippe Back de Surany. Inspiré par le développement exponentiel de la parfumerie, il décide de créer une maison de parfums : “Les Parfums Clamy, créations de haute parfumerie”, qu’il installe 30, avenue des Champs-Elysées. La maison Clamy édite des flacons de grande finesse signés par Lucien Gaillard qui travaille étroitement avec René Lalique. Les fragrances sont aussi de qualité, sans doute des floraux, des chypres et des ambrés riches en teintures animales. Les parfums Clamy portent des noms enchanteurs et sont accompagnés de poudres mais aussi de crèmes de soins et de fards. Les thèmes chers à l’Art Nouveau, fleurs et branchages fleuris, femmes ailées, envol d’oiseaux, sont mis en scène par Lucien Gaillard sur des flacons au verre ...
[ lire la suite ]


 
Louis-Mathieu Verdilhan (1875 – 1928)
Les toits d’Allauch, 1909
Saint-Tropez, musée de l’Annonciade

Acquis avec le soutien du FRAM en 2014

En 1907, Verdilhan devient un pilier de l’Académie d’Allauch fondée par Louis Audibert et l’abbé Cabasson, et qui rassemble notamment Lombard, Girieud, Eischacker. Son installation dans le village où il flirte avec le fauvisme, suscite une série de paysages rutilants comme le tableau Les toits d’Allauch.
Le tableau affirme ce parti chromatique et constructif. La toile se donne comme un espace sensuel où se déploie une étrange écriture. Verdilhan fait pleine confiance à la brosse dans sa gestualité violente et primitive. L’artiste exprime par des couleurs fortes, tranchées, par des touches épaisses, étirées, l’énergie, la sève qui parcourt le paysage provençal.
De la technique fauve, l’artiste retient l’util...
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile