Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Frédéric LANOVSKY
31-12-2018
Sculpteur contemporain né à Cannes en 1965, Fréderic Lanovsky réalise des sculptures géantes et à taille humaine dont les dernières pièces ornent les jardins du Musée ...

Exposition

Cabinet de curiosité
15-12-2017
Avec le Fab Lab marseillais La Fabulerie, Salagon se lance dans la bidouille numérique : des outils parlent, le premier conservateur du musée commente les objets qu’il a fait rentr ...

Evénement

Acquisition de l'oeuvre de Gaston Chaissac "Signes"
01-01-2022
Anatole Jakovsky fut l’un des premiers à s’intéresser aux productions artistiques hors-normes ...

Evénement

Balade photographique sur les rives de l'étang de Berre
26-11-2017
Accompagnés par Michel Garofano, photographe, nous vous proposons une promenade artistique ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : 2005
Musée des terres
Il s'agit d'une œuvre majeure. C'est un musée personnel constitué par la collecte d'échantillons de terre effectuée depuis 1976 par l'artiste lors de ses nombreux voyages sur toute la planète. Cet ensemble constitue la plus grande collection au monde de terres, herman de vries utilise ces terres pour réaliser des frottages depuis 1983. Ils sont créés en faisant côtoyer un certain nombre de couleurs de terre. Ce qui pour résultat de démontrer les multiples facettes de ces couleurs selon leur provenance et/ou leur proximité : "… un champ qui, de prime abord semble gris, peut contenir des couleurs les plus magnifiques ! de partout, tout nous vient de la terre". Les frottages de terre issus de ce musée des terres sont dans de très nombreuses collections publiques et privées. L'artiste âgé a ex...
[ lire la suite ]


 
Du divers au particulier
De formation scientifique et humaniste, Paul Armand GETTE débute sa pratique artistique dans les années 50. Très vite, son travail s'insinue – non sans humour et impertinence –dans les marges des disciplines qu'il apprécie : l'entomologie, la géologie, la cristallographie, etc. En parallèle il développe une pratique de photographe où la quête du modèle fait office de leitmotiv. Invité à travailler à Digne, Paul Armand GETTE a fait passer le territoire de la Réserve géologique de Haute-Provence à travers le prisme, si particulier, de sa pratique artistique. La géologie, bien sûr, mais aussi l'entomologie, la botanique, la toponymie ou la mythologie ont &eac...
[ lire la suite ]


 
Comme un gant
Comme un gant répond à cette même exigence de prouesse technique, une valeur, qui était première dans la sélection d'objet des cabinets de curiosités des XVIe et XVIIe siècles. Chacun des cinq tubes a été conçu tronçon par tronçon, dans lesquels ont été insérées les hématites une à une avant le séchage du mastic. Provenant du Brésil, ces pierres ont nécessité de longs mois de recherche pour trouver le calibre souhaité par l'artiste.
Hubert DUPRAT nous interroge ainsi sur les critères qui régissent la sélection des objets quels qu'ils soient, et leur classement hiérarchisé. Érigés en lois, ces critères permettent la distinction entre l'artificiel et le naturel, le noble et le commun, le travail artistique et le travail artisanal. Brouillant les frontières avec ses intrusions baroques et i...
[ lire la suite ]


 
Double Double
L'œuvre Double Double se compose de deux miroirs suspendus par un fil de nylon à hauteur du regard. A la limite entre sculpture et installation, cette oeuvre rejoint les réflexions du musée sur le rapport de la sculpture à l'architecture et l'intimité du corps par rapport à l'espace.
[ lire la suite ]


 
La Vie du rail
La série des 42 photographies a été réalisée sur le site désaffecté des anciens ateliers SNCF d'Arles, avant réhabilitation. « Rien n'est décrit, mais tout dans ces photographies bascule dans l'épaisseur du temps. [...] Ce qui compte ici, c'est moins l'espace, qui serait vite descriptif, que le dépôt du temps, et de cet empilement, l'image cherche la matière. » Michèle Moutashar.
[ lire la suite ]


 
La Patineuse
La série de 6 photographies La patineuse appartient à un travail réalisé pour l'exposition La stratégie du bonheur, élaborée en 2003 avec Valérie Villieu. Son travail photographique mêle la récupération d'images (images super 8) et les prises de vue directes. Elle apporte un soin tout particulier aux tirages réalisant des séries thématiques. Le musée Réattu a consacré à Laurence Faure une exposition « carnet d'artistes » en septembre 2005.
[ lire la suite ]


 
Vingt eaux-fortes dessinées et gravées par Ossip Zadkine soldat au 1er régiment étranger affecté à l'ambulance russe aux armées françaises
A son retour de la guerre de 14-18, Zadkine réalise ces vingt gravures à partir des dessins exécutés au front. Edité à 50 exemplaires en 1918, le portfolio rejoint en 2005 les œuvres majeures de Zadkine qui figuraient déjà dans les collections du musée.
[ lire la suite ]


 
"La mort de Cléopâtre", pièce de la tenture de l'Histoire des amours de Marc
Le musée du palais Lascaris, créé en 1963 dans l'ancienne demeure niçoise des Lascaris-Vintimille, comtes de Peille et coseigneurs de Castellar, a été entièrement remeublé après l'achèvement des travaux de restauration en 1969. C'est en ces circonstances que trois pièces de la tenture de l'histoire des amours de Marc-Antoine et Cléopâtre, léguées à la Ville de Nice en 1903 par Fanny Trachel, furent restaurées puis déposées au nouveau musée. Cette tenture du milieu du XVIIe siècle étant alors très mal connue, les trois tapisseries du palais Lascaris ont tour à tour été attribuées aux Gobelins par le donate...
[ lire la suite ]


 
« La perle » ou le banquet offert par Cléopâtre à Marc-Antoine ; pièces de la tenture de l'Histoire des amours de Marc-Antoine et Cléopâtre
Le Musée du Palais Lascaris, créé en 1963 dans l'ancienne demeure niçoise des Lascaris – Vintimille, Comtes de Peille et coseigneurs de Castellar, a été entièrement remeublé après l'achèvement des travaux de restauration en 1969. C'est en ces circonstances que trois pièces de la tenture de l'histoire des amours de Marc – Antoine et Cléopâtre, léguées à la Ville de Nice en 1903 par Fanny Trachel, furent restaurées puis déposées au nouveau musée. Cette tenture du milieu du XVIIème siècle étant alors très mal connue, les trois tapisseries du Palais Lascaris, ont tour à tour été attribuées ...
[ lire la suite ]


 
Saxophone alto "GRAFTON "
Le saxophone “Grafton”, création du facteur l'italien émigré en Angleterre, Hector Sommaruga, fut un instrument tout à fait mythique du jazz des années 50 et 60 (joué par Charlie Parker et Ornette Coleman). Ce saxophone “Grafton” enrichit la section des instruments à vent de la collection et dans la perspective de l'organisation des expositions et manifestations temporaires, dans le cadre du festival annuel du jazz qui a lieu chaque été à Nice. Par ailleurs, la documentation du futur musée instrumental de Nice doit s'enrichir d'une importante quantité de documents sonores et images relatifs au jazz à Nice. En effet, le premier festival de jazz de la Côte d'Azur eut lieu ...
[ lire la suite ]


 
Néo-cor
Le néo-cor ou "clavicor" alto de PROTIN a été inventé comme toute la famille des clavicors par le facteur français Guichard, fabriqué et diffusé par son successeur Gautrot dont l'instrument de Protin est très voisin. Cet instrument permet de compléter cette série d'inventions qui compte notamment des ophicléides, un saxhorn et un clavicor en si b.
[ lire la suite ]


 
Archet 4/4
Le luthier Silvio Tua est né à Turin en 1894. Il étudia la lutherie à Milan avec Radrizzani et s'établit à Nice en 1929. Il fut actif jusqu'aux années 70, travaillant beaucoup pour les musiciens des orchestres philharmoniques de Nice et de Monte Carlo. Cet archet, d'une bonne qualité d'exécution et présentant un bon état de conservation, enrichit très opportunément la collection assez pauvre en archets de violons. Le musée vient également de bénéficier de la donation d'une guitare de jazz de Silvio Tua et de quelques souvenirs de son atelier niçois.
[ lire la suite ]


 
Violon 4/4
La facture régionale occupe une place très importante dans la collection du palais Lascaris. Antoine Gautier (1825-1904), le fondateur de cette collection, était un musicien amateur et organisait de nombreux concerts dans son salon niçois. Il noua des relations assez étroites avec les maîtres-luthiers de Nice : les Blanchi, « héritiers » de Pacherel ; Niccolo Bianchi, de Gênes, établi à Paris puis à Nice et les successeurs de celui-ci, les Bovis. François Bovis fit partie du quatuor d'Antoine Gautier qui le chargea en outre d'entretenir sa collection. C'est pourquoi des instruments des ateliers François et Charles Bovis ainsi que de Pierre Gaggini, neveu d'Albert-Louis Blanchi sont venus pr...
[ lire la suite ]


 
Violoncelle
La facture régionale occupe une place très importante dans la collection du palais Lascaris. Antoine Gautier (1825-1904), le fondateur de cette collection, était un musicien amateur et organisait de nombreux concerts dans son salon niçois. Il noua des relations assez étroites avec les maîtres-luthiers de Nice : les Blanchi, « héritiers » de Pacherel ; Niccolo Bianchi, de Gênes, établi à Paris puis à Nice et les successeurs de celui-ci, les Bovis. François Bovis fit partie du quatuor d'Antoine Gautier qui le chargea en outre d'entretenir sa collection. C'est pourquoi des instruments des ateliers François et Charles Bovis ainsi que de Pierre Gaggini, neveu d'Albert-Louis Blanchi, sont venus p...
[ lire la suite ]


 
Violon muet
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte, dans plusieurs des sections qui la composent, des instruments d'exercice, en particulier pour la série des instruments à cordes frottées quelques violons (1/2 ou 3/4), ainsi que des violons dits « muets » qui se distinguent par l'absence de « fond », l'instrument se limitant à la table d'harmonie et au manche.
[ lire la suite ]


 
Violon ondé
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte une forte proportion d'instruments à cordes frottées, échelonnés du XVIIe au début du XX siècle. Pour le XIXe siècle, cette section inclut une importante série d'instruments expérimentaux, en particulier des violons et violoncelles « sans coins », en forme de guitare, d'après le brevet de Francis Chanot (1818). Ce violon expérimental permet de compter dans la collection une typologie supplémentaire de violon expérimental, inspiré par le modèle inventé par Suleau, à table et fond ondulés.
[ lire la suite ]


 
Violon expérimental
La collection instrumentale de la Ville de Nice compte une forte proportion d'instruments à cordes frottées, échelonnés du XVIIe au début du XX siècle. Pour le XIXe siècle, cette section inclut une importante série d'instruments expérimentaux, en particulier des violons et violoncelles « sans coins », en forme de guitare, d'après le brevet de Francis Chanot (1818). Ce violon expérimental permet de compter une typologie supplémentaire dans cette série de découvertes « oubliées » très attractive pour le grand public.
[ lire la suite ]


 
Saxophone baryton en Mi b de Adolphe SAX (1814-1894)
Ce saxophone baryton d'Adolphe Sax, son inventeur, complète la série de saxophones de la collection du palais Lascaris.
[ lire la suite ]


 
Meguillah ou rouleau d'Esther
Le manuscrit, écrit d'une seule main, est accompagné d'un feuillet volant, également sur parchemin, écrit d'une autre main et d'une écriture beaucoup plus soignée, donnant le texte des prières à dire avant de commencer la lecture. A la partie inférieure de ce document volant, une inscription de deux lignes, probablement d'une troisième main, en hébreu, mentionne le don du rouleau au « jeune Jacob de Carcassonne, à Cavaillon, le 12 Adar I, 5507 (= 1747) ». La Meguillah est lue à la synagogue pour la fête de Pourim (ou « Fête des Sorts » en mars), pour commémorer le sort favorable accordé aux juifs captifs du roi perse Assuerus (485-465 av. J-C.) et men...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Le tracé rigoureux et les couleurs disposées en à-plats dans l'œuvre de Magnelli, se prêtent parfaitement à la transposition en lithographie qui requiert la décomposition des formes et des couleurs.
Pour les Editions du XX° siècle, il se rend dans l'atelier de l'imprimeur Mourlot où Charles Sorlier collabore au transfert de deux gouaches.
Celle ci est publiée dans le n° 29 de la revue XX° siècle, en décembre 1967.
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Si la technique est pour lui spécifique et nouvelle, la manière et les thèmes plastiques sont ceux du moment. Il dessine les Pierres à la pointe dure dans le métal verni comme il le fait à la plume dans le même temps dans ses cahiers de dessins. Le choix de l'eau-forte, grâce à l'effet de spontanéité, de souplesse que confère le procédé, est en accord avec le graphisme très dépouillé des éclats tranchants et des courbes des blocs assemblés dans ces compositions.
Le tirage en négatif de cette eau-forte fait partie de l'album 23 gravures, édition de luxe d'un ouvrage d'Anatole Jakovski, publié en 1935, qui réuni 23 gravures d'artistes contemporains.
[ lire la suite ]


 
L'Album de la Ferrage
C'est en 1965 que Magnelli découvre la linogravure. Il aime se confronter à la matière, à maîtriser sa résistance. La gouge remplace le crayon, le pinceau et le feutre. Il va réaliser des œuvres isolées ou bien les réunir en album, comme dans l'Album de la Magnanerie de la Ferrage ou comme ici dans l'Album de la Ferrage avec des lithographies et des eaux-fortes. Cet album est complet : 8 linogravures, 2 eaux-fortes, 2 lithographies, 1 photo de Magnelli par André Villers et 1 poème d'Alberto Magnelli.
[ lire la suite ]


 
Le débarquement des arachides
Joseph Inguimberty est né en 1896 à Marseille. Entré en 1910 à l'Ecole des beaux-arts alors dirigée par Alphonse Moutte, il suit également les cours d'architecture de Sénès. En 1913, il est admis à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs à Paris, voyage en Europe, en particulier en Belgique où il peint des scènes liées aux conditions de travail. Entre 1922, date de son retour à Marseille et 1924, il peint trois grandes toiles sur le thème du port, des quais, de la manutention, des hommes au travail : Le débarquement des arachides, Le débarquement du plâtre et Marseille. Cet ensemble, interprété comme un hymne à la vie socia...
[ lire la suite ]


 
Martyre de saint Denis, saint Eleuthère et saint Rustique.
Dessin probablement lié à une commande pour un grand tableau, non localisé
[ lire la suite ]


 
Ascension du Christ entre les quatre docteurs de l'église latine, 1670-1675
Une étude préparatoire poussée pour le tableau de même sujet conservé dans la collégiale de l'Isle-sur-la-Sorgue (84). Tableau signé et daté : 1674.
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile