Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Jean Gilletta et la côte d'azur - Paysages et reportages 1870-1930
05-03-2018
Le palais de la Jetée-Promenade entre deux palmiers, les blanchisseuses au bord du Paillon, Èze perché sur son piton rocheux, les cueilleuses de jasmin près de Grasse, ces clichés ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : 1999
Fonds photographique de 2500 négatifs sur les campaniles provençaux
Après des études de graphisme à la suite de son baccalauréat, Etienne Sved travaille comme graphiste à Budapest jusqu'en 1938. Fuyant le nazisme, il s'installe en Egypte jusqu'en 1946, où il s'initie à la photographie au musée du Caire : un livre naîtra plus tard de cette expérience : L'Egypte face à face, préfacé par le conservateur l'abbé Drioton, puis réédité à la Guilde du livre avec un texte de Tristan Tzara ; une autre version, "Maalesh", paraîtra avec un texte de Jean Cocteau. A partir de 1946, il s'installe en France comme graphiste jusqu'en 1956, date à laquelle il devient indépendant. De 1963 à 1972, il dirige l'agence qu'il crée à Paris, puis il s'installe à St-Michel-l'Observatoire en Provence où il édite des ouvrages photographiques. La collection est constituée de 2500 négati...
[ lire la suite ]


 
Flacon L'Origan, François Coty avec sa boîte
Poinçon de Coty sur le bouchon
Monogramme gravé de Baccarat
[ lire la suite ]


 
Laïs et son coffret, Delettrez
Le XIXe siècle a vu l'émergence ou la mutation de nombreuses grandes maisons de parfumerie. Toutes n'ont cependant pas survécu à la révolution industrielle et ses mutations. Ce ne fut pas le cas de la parfumerie Delettrez dont, à partir de 1853, l'enseigne du "Monde Elégant" annonçait la politique commerciale : cibler une clientèle riche, cosmopolite, en présentant très tôt ses parfums dans des écrins de luxe. Titulaire à l'Exposition universelle de 1900 de deux médailles d'or, Delettrez devient très vite l'un des principaux fournisseurs des cours d'Europe et de la haute société. Ce flacon Laïs, créé en 1914, s'inscrit dans la lignée de ces ...
[ lire la suite ]


 
Lotion Kantirix, François Millot
Ce rare flacon Art Nouveau fut créé par l'architecte et décorateur Hector Guimard à l'occasion de l'exposition universelle de 1900. Alors que la majorité des exposants en parfumerie avaient décoré leur salon dans les styles Louis XV et Louis XVI, d'autres, L.-T. Piver, F. Millot, optèrent pour un cadre résolument Art Nouveau. Hector Guimard en avait non seulement conçu les meubles de présentation et le décor des murs, mais avait également dessiné un certain nombre de flacons pour Kantirix et Primialis, ainsi que différents modèles d'écrins réunissant flacons à parfum, savons et poudre de riz… Par sa forme novatrice, son bouchon sculpté or, ses &...
[ lire la suite ]


 
Coffret à ouschebtis
Ce coffret de bonne facture et en très bon état de conservation présente sur son couvercle bombé un bateau à large voile peinte en jaune et bleu. Sur ses quatre faces ocre un bandeau de couleur blanche souligné de rouge et de bleu porte une inscription : "Paroles à dire par Osiris l'Occidental, Dieu Grand Maître d'Abydos, pour qu'il lui accorde toutes les offrandes pour le Ka de l'Osiris chef des Meshouesh, Djed-Khonsou, juste de voix." Ce type de coffret apparaît au Nouvel Empire au moment où le nombre d'ouschebtis, déposés dans les tombes, s'accroît considérablement, jusqu'à plusieurs certaines dans les tombes royales et de dignitaires. Le Musée d'archéologie méditer...
[ lire la suite ]


 
Bès d'heureuse maternité
Bès debout, jambes écartées, surgit d'une colonnette papyriforme. Au revers de sa coiffure à cinq plumes, se trouve un oryx, pattes entravées. Deux cercopithèques s'accrochent à ses oreilles. Il tient dans ses bras un enfant à qui il tend un objet ovale. Cette représentation de Bès porte, outre ceux déjà décrits, d'autres animaux. Il s'agit de trois cercopithèques, un au recto, deux au verso, grignotant un fruit, peut-être une noix doum, censée contenir l'eau d'origine divine nécessaire à la vie. Cette interprétation définirait celle de l'objet, une noix doum, que tend le dieu au nouveau-né qu'il a dans ses bras. Un autre animal, un sphinx marcha...
[ lire la suite ]


 
Couros
Statuette d'homme debout, le pied gauche légèrement avancé sur une petite base rectangulaire. Les bras sont le long du corps, les mains fermées. La chevelure en bandeau est séparée par une raie médiane. Elle retombe en paire de tresses sur la poitrine de part et d'autre du visage, et en ondulations dans le dos. Le personnage est vêtu d'un long chiton et d'un himation à plis plats attaché sur l'épaule gauche. Son style ainsi que l'argile avec laquelle elle a été fabriquée sont caractéristiques de la production samienne vers 540-520. Le type du visage correspond à celui des protomés féminines samiennes (F. Croissant, les protomés archaïques). Le lége...
[ lire la suite ]


 
Poupée articulée
Poupée en position assise, bras articulés. Personnage féminin aux cheveux bouclés emprisonnés dans un bonnet. Cette poupée était faite pour être habillée car elle n'est pas fixée à un siège. La facture est identique à celle des poupées attiques. Mais le traitement maladroit des épaules et des membres inférieurs, les cuisses réunies, les jambes détachées, feraient pencher pour une production d'un atelier d'Asie mineure ou d'un atelier béotien. La détermination de l'origine de l'argile, si elle était possible, donnerait une indication. Ce type d'objets a d'abord un usage profane. Jouets d'enfant, on les trouve assez souvent dans des tombes d...
[ lire la suite ]


 
Coupe tressée
Cette coupe tressée, attribuée à Foucard-Jourdan, est le reflet d'une certaine orientation artistique dans la production traditionnelle de Vallauris des années 50. Il s'agit d'une œuvre entièrement modelée à la main et qui, par la couleur de l'émail jaune due à l'alquifoux et le tressage, est typique de la production de Vallauris. Cette œuvre viendra utilement compléter la collection du musée qui comporte seulement une œuvre tressée comparable.
[ lire la suite ]


 
Souvenirs Bonne Année
Les ex-voto de Gilli sont des tableaux-assemblages, qui intègrent des éléments symboliques à une composition hétéroclite d'objets trouvés. Il s'agit là d'une exaspération voulue du fétichisme folklorique, du traitement de l'objet pour l'objet. La matière première de ces arrangements de ready-made, Gilli va la chercher dans les vieux cimetières, les dépôts d'Emmaüs (la brocante de l'abbé Pierre), et les "bordilles" (décharges publiques). Cette présentation fétichiste de l'objet trouvé ou du rebut en transcende l'obsolence par les multiples biais du sentiment, de la mémoire, de la nostalgie, de l'humour et de bien d'autres stimulations psychiq...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
En 1969, fortuitement, une promenade sur le marché du cours Saleya à Nice provoque chez Gilli un véritable choc : un cageot renversé sur le sol laisse échapper un flot mouvant d'escargots en quête de liberté. Le tracé des viscosités, le potentiel formel aléatoire des empreintes humides le conduisent, de retour à son atelier, à provoquer des mises en scène, des expérimentations, dans lesquelles l'escargot est soumis à des provocations. Chaque réaction du gastéropode se traduit par un cheminement différent matérialisé par la peinture à l'eau dont l'animal est enduit. De là, des compositions sur papier où interviennent les empreintes s...
[ lire la suite ]


 
Accumulation Renault
A compter du début des années 60, Arman entreprend les "Accumulations" d'objets ; celles-ci font suite aux séries des "Cachets" et des "Allures d'objets" où l'artiste fait déjà intervenir l'objet sous forme d'empreintes dont les traces accumulées en viennent parfois à saturer la surface de l'œuvre. Les "Accumulations" concernent des objets de rebut, des produits manufacturés, les "Poubelles" de 1959 en sont les premières réalisations. Elles se déclinent d'un conditionnement à l'autre : boîtes en verre ou en bois pour les premières œuvres puis inclusions dans la résine polyester à partir de 1961, ou dans le béton, et varient d'une série d'objets &ag...
[ lire la suite ]


 
Sin Titulo 39
Dans sa poursuite d'un programme d'expositions de jeunes artistes du bassin méditerranéen, le Musée d'art moderne et d'art contemporain de Nice a présenté, pour la première fois en France, dix-huit œuvres de Susy Gomez, jeune artiste majorquine, née à Pollença (Baléares) en 1964. Cette exposition itinérante (Fondation Miró de Mallorque, 1999) a mis l'accent sur l'œuvre photographique et sculpturale de l'artiste. Huit agrandissements photographiques (240 x 180 cm) d'images de presse de la mode féminine de luxe, reportées sur bois et retravaillées à la peinture, mettent en scène un corps humain fragmenté, mystérieux, où sont oblitér&ea...
[ lire la suite ]


 
River of earth
Depuis 1995, Andy Goldsworthy et Régine Chopinot, danseuse et chorégraphe, travaillent ensemble. Pour son spectacle la danse du temps, La chorégraphe a demandé à Andy Goldsworthy de concevoir la scénographie. L'artiste a proposé River of earth : un mur d'argile de 50 m2 dont le processus de transformation par séchage serait filmé (1 image / 8 secondes) ; le film constituant le fond de scène de la chorégraphie. Le projet fut réalisé en juin 1999 et l'œuvre originale reste la première œuvre in-door de cet artiste britannique dans le musée de Digne, qui a choisi cette région comme "un laboratoire" et un lieu où serait présentée la plus grande collect...
[ lire la suite ]


 
7 bijoux de Saint-Vincent
A partir du fossile d'un échinoderme ( pentacrinus tuberculatus ), un orfèvre dignois, Antoine Colomb, eut l'idée vers 1850 de réaliser une série de bijoux. La forme en étoile du petit fossile lui conférant des propriétés magiques, ce bijou fut un porte-bonheur. Il fut également un signe de reconnaissance pour les Dignois immigrés au Mexique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Monté sur argent la plupart du temps, le sertissage pouvait également être d'or. Rares sont les formes avec des pierres de couleur. Le dessin était extrêmement varié : comète, cristaux de neige. Les bijoux pouvaient être portés aussi bien par les femmes : épi...
[ lire la suite ]


 
Feu (F55)
Yves Klein réalise sa première peinture-feu en 1957 avec Feux de Bengale. Seize feux de Bengale sont fixés sur un monochrome bleu et l'artiste les allume lors d'un vernissage chez Colette Allendy, le 14 mai 1957. D'autres œuvres peintures-empreintes de feu sont réalisées par Klein au cours de l'exposition qui lui est consacrée en 1961 au Museum Haus Lange de Krefeld en Allemagne, sur des feuilles de papier qu'il présentait à la flamme des brûleurs. Dessin caractéristique de la combustion douce avec des becs Bunsen : en forme de rose étoilée aux pétales très ouverts, comme F55. Souvent exécutées en public en présence du responsable scientifique de l'expérience, ...
[ lire la suite ]


 
Daim et daine affrontés
Cette paire de cervidés, un daim et une daine, brillants de l'éclat symbolique de l'or, flanquaient à l'origine une roue de la Loi, au-dessus du portail d'entrée d'un monastère tibétain, dont ils consacraient les lieux, image se détachant sur les vastes paysages montagneux du Toit du monde. Rencontrée dès les environs de l'ère chrétienne en Inde, cette représentation est ancienne ; elle ne cessera d'être répétée, peinte ou sculptée et prendra dans certains cas, au Tibet, une ampleur monumentale. En effet, ces grands emblèmes bouddhiques émergeant des toitures recouvertes de cuivre ouvragé, évoquent un moment historique fondamental : le premier se...
[ lire la suite ]


 
Ganesha dansant
Différentes traditions font de Ganesha le fils du dieu Shiva – principe à la fois destructeur et créateur de l'Univers – et de sa parèdre la déesse Parvati, fils non charnel, car il est créé par Parvati, selon certaines versions, à partir d'argile modelée ou de l'écume de son corps. Le linga-puràna raconte qu'il fut créé par Shiva afin de favoriser les entreprises divines et contrecarrer les actions néfastes des démons. Sitôt créé, il se mit à danser, à l'instar de son père, devant l'assemblée des dieux. Si l'on veut résumer la complexité exubérante des nombreux textes et mythes anciens qui s'attachent à Ganesha, on peut dire que le dieu concentre toutes les croyances religieuses liées au shivaïsme. Chaque parcelle de son divin corps symbolise les forces de l'Univers. Comme toujours, en In...
[ lire la suite ]


 
Elément d'escalier d'eau (Châdar)
Rappel historique : Bâbur, jeune chef mongol descendant à la fois de Gengis Khan et de Timûr (Tamerlan), s'était emparé de Kabûl en 1504, se fixant ainsi en Afghanistan. Il prend le pouvoir à Delhi en 1526, se rendant maître du Nord de l'Inde et initiant ainsi la fameuse dynastie des Grands Moghols. Ses successeurs Humâyûn (1530-1538 et 1555-1556), Akbar (1556-1605), Jahângîr (1605-1627), Shâh Jahân (1628-1658) et Aurangzeb (1658-1707) se révèleront de grands empereurs, favorisant un épanouissement artistique qui marqua de son empreinte l'Inde du Nord autant que les réalisations des siècles précédents. Au cœur de leurs multiples intérêt...
[ lire la suite ]


 
Tête plate
Signé au revers en haut à gauche : J.G.

Julio Gonzalez, qui connut une première carrière de peintre et d'orfèvre, est considéré comme l'un des grands précurseurs de la sculpture métallique. Travaillant en 1918 comme ouvrier aux usines Renault à Boulogne, il découvre le procédé de la soudure autogène, qui lui permettra d'utiliser le fer en plaques et en tiges, de le découper et de l'assembler comme les cubistes avaient fait du papier dans leurs collages.
Il n'accède cependant à la célébrité qu'au cours des dix dernières années de sa vie, alors qu'il peint et sculpte depuis le début du siècle. Aujourd'hui encore, seules ses œuvres réalisées à partir de 1928 retiennent particulièrement l'attention des historiens de la sculpture moderne.
Gonzalez, que l'artiste américain David Smith défi...
[ lire la suite ]


 
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile