Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Jean Gilletta et la côte d'azur - Paysages et reportages 1870-1930
05-03-2018
Le palais de la Jetée-Promenade entre deux palmiers, les blanchisseuses au bord du Paillon, Èze perché sur son piton rocheux, les cueilleuses de jasmin près de Grasse, ces clichés ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Dessin - Art graphique
Vue de la Fontaine de Vaucluse
Le musée-bibliothèque François Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Scène de prison
L'œuvre d'Honoré Daumier fut longtemps absente des collections du Musée des Beaux-Arts. Ce n'est qu'en 1896 que l'Etat fait déposer au Musée une épreuve en bronze de 1891 du célèbre Ratapoil. Par la suite vinrent s'ajouter à cette unique pièce des tirages en bronze de 1929 et 1948 des bustes des Parlementaires ainsi que de nombreuses lithographies extraites du Charivari. Ainsi, à l'exception d'un petit croquis, Daumier n'était représenté par aucune œuvre véritablement originale. L'achat en 1987 du Don Quichotte et Sancho Pança de l'ancienne collection Nadar comblait cette lacune qui longtemps avait fait dire à propos de Daumier et de Marseille que "nul n'est proph&egr...
[ lire la suite ]


 
Le carnet Siméon
67 dessins (lavis ou dessins à la plume) sur Rome ou Tivoli, chaque fois sur le recto, pagination de droite. Plus un dessin collé, autoportrait de Granet. En page de garde. Signé en première page : Souvenir de Rome Granet à son ami Siméon 1805 et 1806.
Granet (Aix-en-Provence, 1775-1849) partage sa vie en trois grandes périodes. Avant 1802, on peut parler d'années de formation à Aix et Paris. De 1802 à 1824, le peintre est quasiment romain. A partir de 1825, sa vie se partage entre Paris et Versailles (avec de nombreux retours en Provence où il s'est acheté une bastide…). Son œuvre comprend deux aspects majeurs : la peinture de paysage, la peinture d'intérieurs (surtout religieux : ...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Le Musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Rochers de la Fontaine de Vaucluse. La vallée de la Sorgue à proximité de la résurgence
Le Musée-bibliothèque François Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char.
Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "Peinture et écriture" et le travail conjoint pictural et poétique du dialogue par le livre.

Hubert Robert, peintre des ruines, fut aussi sensible au spectacle de la nature. Ses Vues de la Fontaine-de-Vaucluse en so...
[ lire la suite ]


 
Femme et fille dans la cour


Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un village de Provence au XIXe siècle : vieil...
[ lire la suite ]


 
Collage
Dans ce collage, réalisé également à la Ferrage, sa maison de Grasse, Magnelli utilise des matériaux plus résistants : papier ondulé, papier goudronné. Ici la réalité très présente des matériaux est mise au service de l'abstraction des formes.
[ lire la suite ]


 
Collage de Musique
Alberto Magnelli séjourne à la Ferrage à Grasse, d'octobre 1939 à mars 1944. Pendant cette période de pénurie de toiles et peintures, Magnelli approfondit trois techniques : la gouache, l'ardoise et le collage. C'est à partir de 1941 qu'il va débuter sa série de collages sur papier à musique achetés chez un marchand d'instrument de musique. Il s'agit de partitions vierges sur lesquelles il colle du carton ou des images découpées dans des magazines qu'il recompose en une partition fantaisiste. Des traits à l'encre et certains mots viennent donner un sens à l'ensemble. On y voit une poésie toute magnelienne avec des "noires" et des "blanches" devenues ici des "rouges" et des "rayures".
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
Ce dessin de Constantin montre la ville de Digne vers 1800 lorsque l'artiste y était professeur de dessin. Constantin s'est installé sur la colline de Saint-Lazare, autre lavis conservé dans les collections du musée – Granet montre la ville du même endroit. Ce point de vue est similaire à celui exécuté par Antoine Ignace Melling quelques années plus tard mais l'ambiance générale des deux œuvres est radicalement différente. Une scène pastorale anime le premier plan. Plus loin, sur les berges de la Bléone, s'organise le flottage d'un ensemble de troncs. La composition baigne dans une lumière qui annonce l'orage. La gauche de l'œuvre est bouchée par des nuages vigou...
[ lire la suite ]


 
Village des environs de Digne (Malijay)
Ce dessin ne représente pas le village de Malijai, situé sur les rives de la Bléone. Le sujet n'a pas encore pu être identifié. Le paysage tient une place majeure dans l'œuvre de Constantin qui est considéré comme un des précurseurs des paysagistes provençaux. Dès la fin du XVIIIe celui-ci aimait sortir de l'atelier pour croquer sur le motif, les lieux, les arbres, les gens, les berges des rivières ce qui lui permettait de mieux exprimer les émotions ressenties devant la nature. On retrouve ici des thèmes chers qui traversent son œuvre : la présence des éléments d'architecture, hérité de son séjour italien et des paysages de la campagne romaine, et...
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
L'artiste-voyageur Antoine Ignace Melling nourrit dès 1810 le projet d'exécuter des vues de toutes les préfectures de France. Il réalise son souhait avec sa fille Adèle, organisant un voyage dont la date exacte n'est pas connue (après 1819). Le Midi l'attire et l'artiste passera successivement à Grenoble, Sisteron et Digne. Lors de ce séjour, il va exécuter une vue de Digne prise depuis la route de Nice. Ce dessin comporte toutes les caractéristiques des œuvres de Melling : dessin scrupuleux et précis, sens de la perspective, souci de l'exactitude et le choix habile du point de vue qui, ici, montre, au loin, la ville dominée par son clocher, adossée sur un fond de montagne. Le premier plan se p...
[ lire la suite ]


 
144 dessins
Peintre, écrivain, critique d'art, musicien, Etienne Martin restera fidèle toute sa vie à l'approche paysagiste de l'Ecole provençale initiée par son maître Antoine Vollon et par son père, l'aquarelliste Paul Martin. Pour le musée de Digne son rôle fut essentiel car la fondation de cet établissement initiée par son père sera continuée par Etienne qui fut conservateur du musée pendant quarante-deux ans. Le fonds du musée a conservé une vaste série de peintures à l'huile. Cet ensemble de dessins, souvent datés et localisés, permet une meilleure connaissance des toiles permettant d'en dater la plupart. Cela met également en évidence la ma&icir...
[ lire la suite ]


 
David et Goliath (d'après Caravage) réunissant les têtes tranchées de Caravage et Pasolini et 12 photographies des interventions dans Naples
Ernest Pignon-Ernest est né à Nice en 1942. Il passe son enfance et son adolescence à Nice dans le quartier du port et de la place Garibaldi, à deux pas du Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain. En 1988, l'artiste découvre une ville, Naples, lieu de rencontre de toutes les mythologies, religions, légendes... Pignon-Ernest est fasciné par le vieux Naples et c'est dans la peinture napolitaine du XVIIe siècle qu'il trouve l'argument de ses interventions sur les murs de la ville : le Caravage, Ribera, Stanzione ont sa préférence. Le dessin, accompagné de douze photographies couleurs des images en situation dans les rues de Naples, est l'une des études préparatoires les plus abouties r&eac...
[ lire la suite ]


 
Têtes mortes
Tout comme Richter ou Morley, l'œuvre de Roland Flexner peut se voir attribuer l'adjectif d'éclectique. Son travail est fondé sur une représentation soustraite de toutes références, tant géographiques que temporelles, il tend vers un mélange et une confrontation des siècles et des cultures. Conçue par Roland Flexner, la série des douze dessins couvre une période de cinq années (1986 à 1991) et constitue la seule série existante parmi la centaine de dessins réalisés durant cette même période, sur le thème des vanités et de la mort. L'ensemble s'inscrit sur la base d'une répétition mouvante ou chaque "tête morte" analyse la forme...
[ lire la suite ]


 
La maison d'en face
Signé en bas à gauche. Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un village de Provence...
[ lire la suite ]


 
Portrait de Mania Oïfer
Signé et daté en bas à droite. Ce troisième portrait de Mania Oïfer réalisé par Artaud marque une évolution très nette dans sa manière de traiter le visage. Ici, ce ne sont plus les apparences extérieures qui intéressent Artaud, mais au contraire, par la violence du trait, la dureté qu'il imprime à chacune des parties de la face, une manière d'aller au-delà pour toucher "l'être" qui se cache à l'intérieur avec tout ce qu'il contient de stupéfaction en son originel accès au monde, de fatalité, de meurtrissure, de douleur vécue. Jacques Germain témoignera : "Il avait fait le portrait de mon épouse, c'était un dessin...
[ lire la suite ]


 
Fenêtre ouverte
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Les pastels constituent la plus grande part de l'œuvre graphique de Camoin ; ils en ...
[ lire la suite ]


 
Marseille, la mairie
Signature en bas à gauche : Ch Camoin. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a représenté sa ville n...
[ lire la suite ]


 
Le clocher des Accoules
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a représenté sa ville natale à différentes reprises lor...
[ lire la suite ]


 
Femme au béret noir
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Les pastels constituent la plus grande part de l'œuvre graphique de Camoin ; ils en ...
[ lire la suite ]


 
La plage à Tanger
Cachet d'atelier en bas à gauche. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a toujours beaucoup dessiné, consid...
[ lire la suite ]


 
La plage à Tanger
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a toujours beaucoup dessiné, considérant cette technique comme un moy...
[ lire la suite ]


 
Hôtel Villa de France à Tanger
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a toujours beaucoup dessiné, considérant cette technique comme un moy...
[ lire la suite ]


 
Le Port de Marseille
Signé en bas à droite : Ch. Camoin. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. La formation de Camoin à l'Ecole ...
[ lire la suite ]


 
Triptyque
Il s'agit d'une œuvre récente d'un artiste qui vit et travaille à Arles, utilisant toutes sortes de techniques et, en particulier, l'image vidéo dont on retrouve la trace dans ses recherches picturales. Elle faisait partie de l'exposition personnelle de l'artiste, organisée dans le chapelle du Méjean à Arles.
[ lire la suite ]


 
Les "Sainte-Victoire" de Z
Cette œuvre figurait dans l'exposition organisée au printemps 1989 par les musées d'Arles, en deux volets : un ensemble d'écrans regroupés autour de l'une des pièces majeures de la série – Elégie pour Art Pepper – acquise par le musée Réattu en 1988, et la suite quasi complète des dessins de la Sainte-Victoire. Cette acquisition, dont le thème nous est géographiquement très proche, rend compte de la pratique du dessin si importante et si constante chez l'artiste, où l'on retrouve d'ailleurs la même technique de fragments délités et superposés.
[ lire la suite ]


 
Erosion éolienne
Cette œuvre illustre bien la fluidité calligraphique des œuvres de l'artiste et les relations, inspirées de l'art japonais, entre les vibrations des noirs et des espaces blancs.
[ lire la suite ]


 
PRECEDENT 1  2  3  4  
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile