Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Jean Gilletta et la côte d'azur - Paysages et reportages 1870-1930
05-03-2018
Le palais de la Jetée-Promenade entre deux palmiers, les blanchisseuses au bord du Paillon, Èze perché sur son piton rocheux, les cueilleuses de jasmin près de Grasse, ces clichés ...

Exposition

LES SANTONS SORTENT DE LEUR RÉSERVE
03-02-2018
En cette fin d’année 2017, le musée des Alpilles fait sortir ses santons de leur réserve ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Autre
Harpe arquée à chevalet Korikaariye
La caisse est une grosse calebasse recouverte de peau. Deux montants en bois traversant la table servent au musicien à maintenir l'instrument tandis qu'il pince les cordes avec le pouce et l'index de chaque main. Les cordes sont fixées par laçage à un long manche légèrement arqué. Le chevalet vertical figure un personnage féminin représentant "l'idéal de beauté féminine et un esprit de brousse" (M.-T. Brincard, "Afrique : formes sonores "). Elle accompagne les cérémonies funéraires et les fêtes profanes sénoufo.
[ lire la suite ]


 
Harpe arquée à chevalet
La caisse porte sur l'éclisse supérieure une tête en bois sculptée expressive et de belle facture. Les huit cordes sont disposées sur deux rangs, tendues entre une caisse de résonance et un manche – bâton légèrement arqué dont la terminaison est ornée d'une touffe de poils. Elles sont soulevées par un chevalet perpendiculaire à la caisse. Cet instrument accompagne les chants religieux. Il a été collecté auprès du chef du village de Duekoué.
[ lire la suite ]


 
Maquette de bateau
Cette maquette, très certainement à caractère votif, est un exemple de la survivance de l'influence indonésienne en Afrique orientale. Le navire arabe de haute mer mtépé (de faza, archipel Lamu) présente ainsi un mode de liaison des bordées directement inspiré de la technique indonésienne et une forme de voilure qui se rencontre parfois en Indonésie, en Nouvelle-Guinée et en Mélanésie (Nouvelle-Bretagne). La disposition de la voile, son mode de fixation au mât et l'utilisation de poulies et de cordages compliqués dénotent une influence arabe ou européenne. Cette pièce a été rapportée de Zanzibar vers 1950. Le musée de Madagascar possède une pièce similaire.
[ lire la suite ]


 
Groupe allégorique en terre modelée
Groupe réparti sur trois niveaux, conformément aux habitudes du potier dont on connaît déjà deux œuvres semblables. Le premier niveau schématise l'Annonciation, le second, placé sur un plateau plus petit, associe trois éléments de la crèche, et le troisième, sur un plateau encore plus petit, évoque le Paradis terrestre. Deux grands cierges accompagnent symétriquement la scène. Le modelage naïf, les visages obtenus par moulage, et l'ensemble de la réalisation de ce groupe sont identiques à ceux d'un groupe de dimensions proches, conservé au Musée d'Art et d'Histoire de Provence, à Grasse, qui porte la signature de Joseph Guers et la date de 1791. La ...
[ lire la suite ]


 
Maquette d'une allège d'Arles
Mistral ayant fondé le Museon Arlaten en 1896, l'année même de la publication du Poème du Rhône, a accordé une grande importance à la présentation de la marine d'Arles et tout spécialement, à l'allège, le navire caractéristique de ce port. Le Museon possède toute une série de maquettes dont aucune n'est aussi ancienne ni aussi fidèle que cet exemplaire. Nous ne connaissons que quatre maquettes d'allège de cette qualité et de cette vérité d'exécution : une seule est dans une collection publique, les trois autres sont conservées dans des familles de marins du port d'Arles. C'est une rareté, d'intérêt scientifique, d'un remarquabl...
[ lire la suite ]


 
Paysage aux environs de Martigues
Signé au dos à la peinture noire : A. Derain. Derain, après une formation à l'Académie Carrière où il rencontre les futurs peintres fauves, puis à l'Académie Julian, est, comme bien d'autres peintres, descendu s'éblouir à la lumière du Sud. À partir de 1905 et jusqu'à la guerre, il séjourne régulièrement dans le Midi. En 1906, il passe l'été avec Matisse à l'Estaque. En 1908, il passe huit mois à Martigues où Dufy, Friesz et Braque le rejoignent. Si Collioure est le premier lieu qui attire les fauves, c'est en Provence qu'ils s'installent et reviennent. La lumière du Midi joue un rôle important dans les changements stylistiqu...
[ lire la suite ]


 
Les Martigues
Signé en bas à droite : R. Dufy. En 1903-1904, Dufy séjourne à Martigues. Une série de tableaux de format moyen, qui correspond à ce séjour, représentent la ville et ses canaux. Ils ont en commun une composition mettant en scène un premier plan aquatique prépondérant et une ligne d'horizon placée très haut laissant peu de place pour décrire le ciel. Cette vue des quartiers de l'île et de Jonquières décrit un quartier très modifié aujourd'hui. La pointe du Brescon a été détruite ainsi que le pont joignant l'île à la place de l'église de Saint-Genest. Celle-ci a fait l'objet d'un tableau antérieur de Dufy (Lafaille...
[ lire la suite ]


 
Carte topographique du Carton du GAMADOU
Il s'agit d'un document capital sur l'histoire agraire de la commune au moment où, sous l'impulsion du roi, les Arlésiens procèdent à la reconquête de leur territoire par l'assèchement des marais. L'ingénieur hollandais Van Ens, qui a obtenu la concession des travaux, a procédé au lancement d'un réseau de canaux de drainage permettant de revendre les terres bonifiées et, en même temps, d'installer les chaînes de moulins, qui vont donner le moyen de rentabiliser l'opération. Les différentes cartes dressées par l'ingénieur Voortcamp, connu pour la Camargue, se trouvent ainsi complétées par celle du Plan du Bourg sur la rive gauche du grand Rhône. Carte manus...
[ lire la suite ]


 
Souvenirs Bonne Année
Les ex-voto de Gilli sont des tableaux-assemblages, qui intègrent des éléments symboliques à une composition hétéroclite d'objets trouvés. Il s'agit là d'une exaspération voulue du fétichisme folklorique, du traitement de l'objet pour l'objet. La matière première de ces arrangements de ready-made, Gilli va la chercher dans les vieux cimetières, les dépôts d'Emmaüs (la brocante de l'abbé Pierre), et les "bordilles" (décharges publiques). Cette présentation fétichiste de l'objet trouvé ou du rebut en transcende l'obsolence par les multiples biais du sentiment, de la mémoire, de la nostalgie, de l'humour et de bien d'autres stimulations psychiq...
[ lire la suite ]


 
Accumulation Renault
A compter du début des années 60, Arman entreprend les "Accumulations" d'objets ; celles-ci font suite aux séries des "Cachets" et des "Allures d'objets" où l'artiste fait déjà intervenir l'objet sous forme d'empreintes dont les traces accumulées en viennent parfois à saturer la surface de l'œuvre. Les "Accumulations" concernent des objets de rebut, des produits manufacturés, les "Poubelles" de 1959 en sont les premières réalisations. Elles se déclinent d'un conditionnement à l'autre : boîtes en verre ou en bois pour les premières œuvres puis inclusions dans la résine polyester à partir de 1961, ou dans le béton, et varient d'une série d'objets &ag...
[ lire la suite ]


 
Il mistero della piramide
Le Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain de Nice a présenté du 11 décembre 1999 au 3 avril 2000 pour la première fois en France une grande rétrospective consacrée à l'artiste italien Mimmo Rotella.
Mimmo Rotella fut le premier à exposer publiquement un affiche lacérée en tant qu'œuvre d'art. Pour protester contre la société de consommation, l'artiste s'approprie et détourne des affiches publicitaires ou cinématographiques dans les rues de Rome, notamment des affiches de films des studios de Cinecittà rendant compte de la totale immersion du cinéma dans la mythologie quotidienne des années 60. En 1961, il rejoint le groupe des Nouveaux-Réalistes.
Mais Rotella ne s'enferme pas dans une pratique répétitive, il célèbre la technologie moderne dans les œuvres du Mec Art. A ce jour, le musé...
[ lire la suite ]


 
River of earth
Depuis 1995, Andy Goldsworthy et Régine Chopinot, danseuse et chorégraphe, travaillent ensemble. Pour son spectacle la danse du temps, La chorégraphe a demandé à Andy Goldsworthy de concevoir la scénographie. L'artiste a proposé River of earth : un mur d'argile de 50 m2 dont le processus de transformation par séchage serait filmé (1 image / 8 secondes) ; le film constituant le fond de scène de la chorégraphie. Le projet fut réalisé en juin 1999 et l'œuvre originale reste la première œuvre in-door de cet artiste britannique dans le musée de Digne, qui a choisi cette région comme "un laboratoire" et un lieu où serait présentée la plus grande collect...
[ lire la suite ]


 
Portrait de Gassendi
Inscription en bas au milieu : Pierre Gassendi D Au dos en bas au milieu : Pierre Gassendi, philosophe et math. Monogramme en haut à droite : D.C. (souligné). Cachet de cire rouge en haut à droite (sorte de serpent au centre du cachet). Ce petit portrait à l'huile sur panneau de chêne, est l'un des rares portraits contemporains de l'illustre philosophe et mathématicien dignois (1592-1655), avec le dessin à la pierre noire exécuté en 1636 par Claude Mellan et conservé dans les collections du musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg. Sur ce portrait, le savant est plus âgé, mais les deux œuvres sont proches dans la représentation du personnage. La peinture représente Gassendi vers la fin de sa vie (il disparaît à l'âge de 63 ans), de trois-quarts. Le vêtement sombre du prieur de la cathédrale...
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
Ce dessin de Constantin montre la ville de Digne vers 1800 lorsque l'artiste y était professeur de dessin. Constantin s'est installé sur la colline de Saint-Lazare, autre lavis conservé dans les collections du musée – Granet montre la ville du même endroit. Ce point de vue est similaire à celui exécuté par Antoine Ignace Melling quelques années plus tard mais l'ambiance générale des deux œuvres est radicalement différente. Une scène pastorale anime le premier plan. Plus loin, sur les berges de la Bléone, s'organise le flottage d'un ensemble de troncs. La composition baigne dans une lumière qui annonce l'orage. La gauche de l'œuvre est bouchée par des nuages vigou...
[ lire la suite ]


 
Village des environs de Digne (Malijay)
Ce dessin ne représente pas le village de Malijai, situé sur les rives de la Bléone. Le sujet n'a pas encore pu être identifié. Le paysage tient une place majeure dans l'œuvre de Constantin qui est considéré comme un des précurseurs des paysagistes provençaux. Dès la fin du XVIIIe celui-ci aimait sortir de l'atelier pour croquer sur le motif, les lieux, les arbres, les gens, les berges des rivières ce qui lui permettait de mieux exprimer les émotions ressenties devant la nature. On retrouve ici des thèmes chers qui traversent son œuvre : la présence des éléments d'architecture, hérité de son séjour italien et des paysages de la campagne romaine, et...
[ lire la suite ]


 
Le Cairn (série de 25 cibachromes et deux cartels) de digne
Daté du jour de la prise de vue et signé en général. En résidence à Digne pendant l'été 1995, l'artiste britannique, a réalisé dans le lit de la rivière qui coule au nord de Digne, le Bès, une série d'œuvres éphémères dans la tradition de son travail avec la nature : en utilisant uniquement les matériaux fournis par son environnement, (ici : les galets, la boue, les branches). Parmi ces œuvres, un cairn (empilement de galets) fut constitué. Pour Andy Goldsworthy, il s'agit "d'une œuvre majeure et significative (….) par le fait que c'est une sculpture qui croît et qui change". La série de cibachromes permet de suivre le processus...
[ lire la suite ]


 
Vue de Digne
L'artiste-voyageur Antoine Ignace Melling nourrit dès 1810 le projet d'exécuter des vues de toutes les préfectures de France. Il réalise son souhait avec sa fille Adèle, organisant un voyage dont la date exacte n'est pas connue (après 1819). Le Midi l'attire et l'artiste passera successivement à Grenoble, Sisteron et Digne. Lors de ce séjour, il va exécuter une vue de Digne prise depuis la route de Nice. Ce dessin comporte toutes les caractéristiques des œuvres de Melling : dessin scrupuleux et précis, sens de la perspective, souci de l'exactitude et le choix habile du point de vue qui, ici, montre, au loin, la ville dominée par son clocher, adossée sur un fond de montagne. Le premier plan se p...
[ lire la suite ]


 
144 dessins
Peintre, écrivain, critique d'art, musicien, Etienne Martin restera fidèle toute sa vie à l'approche paysagiste de l'Ecole provençale initiée par son maître Antoine Vollon et par son père, l'aquarelliste Paul Martin. Pour le musée de Digne son rôle fut essentiel car la fondation de cet établissement initiée par son père sera continuée par Etienne qui fut conservateur du musée pendant quarante-deux ans. Le fonds du musée a conservé une vaste série de peintures à l'huile. Cet ensemble de dessins, souvent datés et localisés, permet une meilleure connaissance des toiles permettant d'en dater la plupart. Cela met également en évidence la ma&icir...
[ lire la suite ]


 
7 bijoux de Saint-Vincent
A partir du fossile d'un échinoderme ( pentacrinus tuberculatus ), un orfèvre dignois, Antoine Colomb, eut l'idée vers 1850 de réaliser une série de bijoux. La forme en étoile du petit fossile lui conférant des propriétés magiques, ce bijou fut un porte-bonheur. Il fut également un signe de reconnaissance pour les Dignois immigrés au Mexique dans la seconde moitié du XIXe siècle. Monté sur argent la plupart du temps, le sertissage pouvait également être d'or. Rares sont les formes avec des pierres de couleur. Le dessin était extrêmement varié : comète, cristaux de neige. Les bijoux pouvaient être portés aussi bien par les femmes : épi...
[ lire la suite ]


 
Sans titre
Originaire du Gard, Daniel Dezeuze séjourne aux Etats-Unis avant d'exécuter ses premières œuvres, où il fait preuve d'une abstraction radicale dans l'esprit d'une époque qui met en question la peinture. Il expose alors de simples châssis tendus d'une feuille de plastique transparent en guise de toile. Membre actif du groupe Supports-Surfaces.
Gilbert PERLEIN
[ lire la suite ]


 
Sol/mur (bleu)
Louis Cane est l'un des protagonistes les plus actifs du groupe Support-Surfaces qui cherche à réaliser le "degré zéro" de l'art en déconstruisant la peinture par une analyse "matériologique" de ses éléments. Cette analyse s'accompagne nécessairement d'une remise en question de l'accrochage traditionnel : les "tableaux" sont simplement agrafés au mur ou posés sur le sol sans châssis. La pratique picturale de Louis Cane; s'énonce comme une démonstration de la peinture par ce qui la fait; il s'agit d'élaborer l'inventaire de toutes les qualités intrinsèques de la toile non plus, comme écran-plan mais comme une surface dans l'espace. Avec ses toiles au sol, Louis Cane, ...
[ lire la suite ]


 
Toile libre
André-Pierre Arnal vit et travaille à Montpellier. A la fois théoricien et peintre, représentant de l'art informel, Arnal envisage la problématique de la matérialité de la peinture. Son travail consiste à exécuter des toiles flottantes, libres de tout support, peintes à plusieurs reprises après pliages et dépliages. Il considère la mobilité de la toile à travers les relations entre texture, couleurs, pliures. Dès 1972, Arnal oppose des surfaces monochromes, diluées au centre par de l'essence, fait ré-intervenir le pinceau, l'eau et l'huile.
[ lire la suite ]


 
La maison d'en face
Signé en bas à gauche. Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un village de Provence...
[ lire la suite ]


 
Académie d'homme
Pour former son regard, le jeune Henri Matisse fréquente non seulement les musées mais aussi les galeries d'avant-garde, en particulier celle d'Ambroise Vollard où il découvre en 1899 une nouvelle, et déterminante, raison de peindre. Venu acheter Les Alyscamps de Van Gogh, il est retenu par des Baigneuses de Cézanne, qu'il acquiert finalement, fasciné par ce petit tableau en regard duquel la peinture de Van Gogh lui fait l'impression de n'être plus qu'une "estampe" (1). A partir de ce moment, pourvu de ce "talisman", animé de cette nouvelle et durable vénération, Matisse entre dans une phase d'assimilation de l'art de Cézanne. Ultime étape d'un apprentissage étonnamment long, à une &eacu...
[ lire la suite ]


 
Portrait de Diego ou tête noire
Signé en bas à droite. Alberto Giacometti est unanimement reconnu comme un des artistes les plus originaux du XXe siècle. Sculpteur, peintre, dessinateur, graveur et lithographe, ce créateur s'est imposé par une approche tout à fait unique de la réalité. L'influence de son milieu familial (son père était peintre), ses voyages en Italie, la fréquentation de l'atelier de Bourdelle, la rencontre des œuvres cubistes et post-cubistes, l'influence de la pensée de Georges Bataille puis d'André Breton n'auront servi qu'à le faire revenir vers ce qui devait le hanter, durant toute sa vie de façon obsessionnelle et qui peut se ramener à une question en apparence très simple, q...
[ lire la suite ]


 
Portrait de Mania Oïfer
Signé et daté en bas à droite. Ce troisième portrait de Mania Oïfer réalisé par Artaud marque une évolution très nette dans sa manière de traiter le visage. Ici, ce ne sont plus les apparences extérieures qui intéressent Artaud, mais au contraire, par la violence du trait, la dureté qu'il imprime à chacune des parties de la face, une manière d'aller au-delà pour toucher "l'être" qui se cache à l'intérieur avec tout ce qu'il contient de stupéfaction en son originel accès au monde, de fatalité, de meurtrissure, de douleur vécue. Jacques Germain témoignera : "Il avait fait le portrait de mon épouse, c'était un dessin...
[ lire la suite ]


 
Paysage de l'Estaque
S.b.c. : Raoul Dufy. C'est en 1908 à l'Estaque en compagnie de Georges Braque que Raoul Dufy réalise un grand nombre de peintures et de dessins tout à fait essentiels à la constitution du premier cubisme. Le musée Cantini avait déjà le privilège de conserver un bel ensemble de peintures datant de cette période, mais il lui appartenait de compléter judicieusement celui-ci, afin de lui donner toute sa cohésion et de parvenir ainsi à constituer une articulation exceptionnelle et sans doute unique au monde dans l'itinéraire cubiste de cet artiste. Il est en effet très important pour un musée consacré à l'art moderne de savoir s'enrichir d'œuvres majeures capables de mont...
[ lire la suite ]


 
Pont transbordeur
La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45.
Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illustré par une série de photographies du pont transbordeur prises par Siegfried Giedion lui-même au moment de son séjour à Marseille q...
[ lire la suite ]


 
Fenêtre ouverte
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Les pastels constituent la plus grande part de l'œuvre graphique de Camoin ; ils en ...
[ lire la suite ]


 
Marseille, la mairie
Signature en bas à gauche : Ch Camoin. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a représenté sa ville n...
[ lire la suite ]


 
Le clocher des Accoules
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a représenté sa ville natale à différentes reprises lor...
[ lire la suite ]


 
Femme au béret noir
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Les pastels constituent la plus grande part de l'œuvre graphique de Camoin ; ils en ...
[ lire la suite ]


 
La plage à Tanger
Cachet d'atelier en bas à gauche. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a toujours beaucoup dessiné, consid...
[ lire la suite ]


 
La plage à Tanger
L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. Camoin a toujours beaucoup dessiné, considérant cette technique comme un moy...
[ lire la suite ]


 
Le Port de Saint-Tropez
Cachet d'atelier en bas à droite. L'achat de neuf dessins de Charles Camoin, à l'occasion de la rétrospective consacrée à ce peintre en 1997, renforce de manière significative le fonds graphique de la première moitié du vingtième siècle du musée Cantini. A cet ensemble s'ajoute la donation, par la fille de l'artiste, du tableau Lola à l'ombrelle jaune, 1920. L'œuvre dessiné de Camoin est abondant et se caractérise par une grande diversité thématique et technique. L'ensemble réuni traite essentiellement de paysages à l'exception d'un portrait. Les techniques employées sont le crayon, l'encre et le pastel. La formation de Camoin à l'Ecole des Beaux...
[ lire la suite ]


 
PRECEDENT 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile