Qui sommes nous ?

AGCCPF
Le Réseau Musées Méditerranée existe gârce à l'initiative et au suivi interrégional des sections fédérées de professionnels des musées de France de PACA et de Languedoc-Roussillon.

Exposition

Cabinet de curiosité
15-12-2017
Avec le Fab Lab marseillais La Fabulerie, Salagon se lance dans la bidouille numérique : des outils parlent, le premier conservateur du musée commente les objets qu’il a fait rentr ...

Exposition

Terrestre (paysages). Œuvres de Piotr Klemensiewicz
15-12-2017
Une exposition d'art contemporain ...

Evénement

Déjeuner au musée
25-01-2018
Venez découvrir une œuvre photographique en compagnie d'un médiateur puis partagez, avec l'équipe du musée, un déjeuner convivial ...

Evénement

Chasse au trésor
14-01-2018
Des énigmes, des indices, des loupes, des questions, arriverez-vous à trouver le fameux trésor? ...

Réalisation

Musambule
la version 4 de Musambule est en cours de réalisation.
   
FRAM Les collections 
L'actualité des musées et des collections publiques est aussi celle de leur enrichissement régulier. A ce titre, chaque musée dispose en fonction de sa collectivité ou tutelle de rattachement, de budgets dédiés. Néanmoins, depuis de nombreuses années, dans le cadre des lois de décentralisation, ont été instaurées des commissions mixtes, réunissant l'Etat et la région, pour allouer des budgets complémentaires aux collectivités qui en font la demande et procéder ainsi à des acquisitions à titre onéreux qui associent des financements des collectivités territoriales, de l'Etat et de la région. C'est l'objet du FRAM ( fonds régional pour l'acquisition des musées) qui se réunit une fois par an.

Vous trouverez sur cette rubrique les oeuvres entrées dans les collections publiques en PACA et ayant bénéficié du concours du FRAM ces dernières années.

Acquisitions FRAM : Autre
Place de l'Hôtel de Ville

Fils de Pierre Honoré ROISSARD, devenu "ROASSAL" qui, ayant fait une brillante carrière de magistrat, acquit fortune et biens permettant ainsi à son fils Clément, né à Nice, édile municipal, de faire une belle carrière de peintre. Ayant suivi une formation locale grâce aux Ecoles de peinture réputées à Nice à partir de 1814, il se spécialise dans les scènes de genre et les rétrospectives historiques (représentations de festins des quartiers niçois...). Ces œuvres ont un intérêt capital pour notre ville en fournissant de remarquables précisions sur les costumes, la vie populaire, les traditions rurales avant 1850. Trois huiles sont cons...
[ lire la suite ]


 
Boulevard
Fils de Pierre Honoré ROISSARD, devenu "ROASSAL" qui, ayant fait une brillante carrière de magistrat, acquit fortune et biens permettant ainsi à son fils Clément, né à Nice, édile municipal, de faire une belle carrière de peintre. Ayant suivi une formation locale grâce aux Ecoles de peinture réputées à Nice à partir de 1814, il se spécialise dans les scènes de genre et les rétrospectives historiques (représentations de festins des quartiers niçois...). Ces œuvres ont un intérêt capital pour notre ville en fournissant de remarquables précisions sur les costumes, la vie populaire, les traditions rurales avant 1850. Trois huiles sont conserv&ea...
[ lire la suite ]


 
Place Victor

Fils de Pierre Honoré ROISSARD, devenu "ROASSAL" qui, ayant fait une brillante carrière de magistrat, acquit fortune et biens permettant ainsi à son fils Clément, né à Nice, édile municipal, de faire une belle carrière de peintre. Ayant suivi une formation locale grâce aux Ecoles de peinture réputées à Nice à partir de 1814, il se spécialise dans les scènes de genre et les rétrospectives historiques (représentations de festins des quartiers niçois...). Ces œuvres ont un intérêt capital pour notre ville en fournissant de remarquables précisions sur les costumes, la vie populaire, les traditions rurales avant 1850. Trois huiles sont cons...
[ lire la suite ]


 
Porte Victor

Fils de Pierre Honoré ROISSARD, devenu "ROASSAL" qui, ayant fait une brillante carrière de magistrat, acquit fortune et biens permettant ainsi à son fils Clément, né à Nice, édile municipal, de faire une belle carrière de peintre. Ayant suivi une formation locale grâce aux Ecoles de peinture réputées à Nice à partir de 1814, il se spécialise dans les scènes de genre et les rétrospectives historiques (représentations de festins des quartiers niçois...). Ces œuvres ont un intérêt capital pour notre ville en fournissant de remarquables précisions sur les costumes, la vie populaire, les traditions rurales avant 1850. Trois huiles sont cons...
[ lire la suite ]


 
Vue de Nice prise de la colline de Mongros

Fils de Pierre Honoré ROISSARD, devenu "ROASSAL" qui, ayant fait une brillante carrière de magistrat, acquit fortune et biens permettant ainsi à son fils Clément, né à Nice, édile municipal, de faire une belle carrière de peintre. Ayant suivi une formation locale grâce aux Ecoles de peinture réputées à Nice à partir de 1814, il se spécialise dans les scènes de genre et les rétrospectives historiques (représentations de festins des quartiers niçois...). Ces œuvres ont un intérêt capital pour notre ville en fournissant de remarquables précisions sur les costumes, la vie populaire, les traditions rurales avant 1850. Trois huiles sont cons...
[ lire la suite ]


 
Figure debout montrant à l'homme agenouillé un groupe de cavaliers s'enfuyant



Le musée a développé une politique d'acquisition de dessins d'artistes provençaux des XVIIe et XVIIIe siècles afin de renforcer la spécificité des collections du cabinet des dessins du musée qui pourrait devenir grâce à des achats importants de fonds un lieu privilégié pour l'étude des artistes originaires de Provence ou actifs dans la région. L'achat de cet ensemble de 114 feuilles d'études par le musée a permis d'éviter la dispersion d'un fonds de qualité, témoignage d'une œuvre d'un artiste né à Avignon et qui a effectué sa carrière à Rome où l'on peut voir encore de ses œuvres à...
[ lire la suite ]


 
Vertus et paysage aux ruines antiques
Cette série de cinq tableaux de Nicolas Mignard faisait partie d'une suite de douze toiles décoratives, aujourd'hui de localisations inconnues (six paysages et six sujets mythologiques ou antiques) exécutées par l'artiste pour la galerie de l'hôtel de Fortia de Montréal à Avignon. On retrouve la mention de frises de salon pour la décoration de l'hôtel de Fortia dans le catalogue des œuvres de Nicolas Mignard réalisé par Adrien Marcel en 1931, où il les date vers 1638. Cette indication, la seule qui permette de rattacher nos œuvres à cet ensemble, indique que Marcel dut les voir en place, ou au moment de leur dépose. Certains éléments de composition dérivent manif...
[ lire la suite ]


 
Tour de miroir
Le Musée d'Istres présente le matériel issu depuis la fin des années 40, du golfe de Fos et plus précisément de l'anse Saint-Gervais. Cet endroit était l'aboutissement du canal que le général Marius avait fait creuser à ses troupes en 102 avant J.-C. pour relier Arles à la Méditerranée. C'était le point de rupture de charge pour tous les navires qui, venant de Méditerranée, voulaient remonter le Rhône. Pour la plupart, il fallait effectuer un transbordement sur des navires plus petits. A ce titre cette zone est immensément riche en vestiges: épaves antiques, objets jetés isolés, structures portuaires englouties. Le musée d'Istres pré...
[ lire la suite ]


 
Marseille, le Vieux-Port
La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45. Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illustr&eacu...
[ lire la suite ]


 
Marseille
La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45. Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illustr&eacu...
[ lire la suite ]


 
Pont transbordeur

La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45. Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illust...
[ lire la suite ]


 
Pont transbordeur

La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45. Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illust...
[ lire la suite ]


 
Pont transbordeur

La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45. Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illust...
[ lire la suite ]


 
Vertus et paysage de collines et rivière
Cette série de cinq tableaux de Nicolas Mignard faisait partie d'une suite de douze toiles décoratives, aujourd'hui de localisations inconnues (six paysages et six sujets mythologiques ou antiques) exécutées par l'artiste pour la galerie de l'Hôtel de Fortia de Montréal à Avignon. On retrouve la mention de frises de salon pour la décoration de l'Hôtel de Fortia dans le catalogue des œuvres de Nicolas Mignard réalisé par Adrien Marcel en 1931, où il les date vers 1638. Cette indication, la seule qui permette de rattacher nos œuvres à cet ensemble, indique que Marcel dut les voir en place, ou au moment de leur dépose. Certains éléments de composition dérivent manif...
[ lire la suite ]


 
Deux putti et Ulysse résistant au chant des sirènes
Cette série de cinq tableaux de Nicolas Mignard faisait partie d'une suite de douze toiles décoratives, aujourd'hui de localisations inconnues (six paysages et six sujets mythologiques ou antiques) exécutées par l'artiste pour la galerie de l'hôtel de Fortia de Montréal à Avignon. On retrouve la mention de frises de salon pour la décoration de l'hôtel de Fortia dans le catalogue des œuvres de Nicolas Mignard réalisé par Adrien Marcel en 1931, où il les date vers 1638. Cette indication, la seule qui permette de rattacher nos œuvres à cet ensemble, indique que Marcel dut les voir en place, ou au moment de leur dépose. Certains éléments de composition dérivent manif...
[ lire la suite ]


 
Deux putti et Persée tranchant la tête de la gorgone Méduse
Cette série de cinq tableaux de Nicolas Mignard faisait partie d'une suite de douze toiles décoratives, aujourd'hui de localisations inconnues (six paysages et six sujets mythologiques ou antiques) exécutées par l'artiste pour la galerie de l'hôtel de Fortia de Montréal à Avignon. On retrouve la mention de frises de salon pour la décoration de l'hôtel de Fortia dans le catalogue des œuvres de Nicolas Mignard réalisé par Adrien Marcel en 1931, où il les date vers 1638. Cette indication, la seule qui permette de rattacher nos œuvres à cet ensemble, indique que Marcel dut les voir en place, ou au moment de leur dépose. Certains éléments de composition dérivent manif...
[ lire la suite ]


 
Vertus et paysage maritime avec une galère
Cette série de cinq tableaux de Nicolas Mignard faisait partie d'une suite de douze toiles décoratives, aujourd'hui de localisations inconnues (six paysages et six sujets mythologiques ou antiques) exécutées par l'artiste pour la galerie de l'Hôtel de Fortia de Montréal à Avignon. On retrouve la mention de frises de salon pour la décoration de l'Hôtel de Fortia dans le catalogue des œuvres de Nicolas Mignard réalisé par Adrien Marcel en 1931, où il les date vers 1638. Cette indication, la seule qui permette de rattacher nos œuvres à cet ensemble, indique que Marcel dut les voir en place, ou au moment de leur dépose. Certains éléments de composition dérivent manif...
[ lire la suite ]


 
Les sources de Royat
(…) Un paysage riche en motifs, harmonieusement balancé, de coloris et de lumière agréable, pittoresque au plein sens du mot, exemple parfaitement soigneux et accompli de l'habile manière mi-historique mi-naturaliste dans laquelle va longtemps s'illustrer Rémond. (…) (…) On admirera ici la richesse d'éléments naturels (l'eau bouillonnante, le désordre des rochers, la variété des essences des feuillus aux sapins), la variété des effets de couleur et de matière, du vert frais des arbres ou de l'herbe, au bleu violet des montagnes embrumées, le charme anecdotique des figures (charmant petit dialogue d'un couple pastoral) rehaussées de piquantes touches de couleur (coif...
[ lire la suite ]


 
Le Puy-de-Dôme de Boisséjour
Alexandre Desgoffe, peintre de la sensibilité, s'inscrit dans la lignée de la période romantique de son époque. Amateur à ses débuts, il devient professionnel par la force des événements : il est ruiné par la Révolution en 1830. Il doit désormais vivre de sa peinture. Comme beaucoup d'artistes de cette période, il voyage en Italie. Il parcourt la campagne, peint des paysages à Naples, Capri, où son ami Gounod l'accompagne, Rome, Pompéi, Paestum et Sorrente. Ses séjours auprès d'Ingres, à la Villa Médicis, s'échelonnent de 1834 à 1837, de 1839 à 1842 ; il y vient également en 1858. Il travaille avec acharnement, rarement satisfait, ...
[ lire la suite ]


 
Marseille, le pont transbordeur
La brève existence du pont transbordeur de Marseille aura suscité un intérêt auprès des photographes qui semble inversement proportionnel à celui qui fut éprouvé par les peintres à son égard. En dehors de Marquet et de Kokoschka, rares furent ceux, parmi ces derniers, qui prirent en compte la réalité plastique de ce haut portique de métal élevé en 1905 par Ferdinand Arnodin et détruit en 1944-45.
Cet engouement trouve selon toute vraisemblance son origine dans un premier article publié par l'historien suisse de l'architecture Siegfried Giedion dans la revue Der Cicerone en 1927, article qui a pour objet la situation de l'architecture française et qui est illustré par une série de photographies du pont transbordeur prises par Siegfried Giedion lui-même au moment de son séjour à Marseille q...
[ lire la suite ]


 
La centenaire à la quenouille, de profil
Signature complète en haut à droite. Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un villa...
[ lire la suite ]


 
Trimardeur barbu
Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un village de Provence au XIXe siècle : vieilles filant, ...
[ lire la suite ]


 
Enfant au bonnet
Jean Sixte Valéry CORNILLON, originaire d'Eyragues dans les Bouches-du-Rhône, est issu d'une famille aisée de propriétaires terriens. Son âme d'artiste le fait s'établir comme artisan peintre-verrier dans son village, mais, parallèlement à son métier, jusqu'à la fin de sa vie il s'adonne avec passion à la peinture. Intéressé surtout par la figure humaine, ses gestes simples et quotidiens, il excelle dans les portraits de vieilles femmes (qui séduisirent tant Frédéric Mistral). Il laisse une œuvre impressionnante, quoique peu connue (peintures et surtout dessins à la mine de plomb) évoquant la vie d'un village de Provence au XIXe siècle : vieilles filant, ...
[ lire la suite ]


 
Les cloches sur le cœur
Edition originale. Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la t...
[ lire la suite ]


 
Les fleurs du mal
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Traces sur le gouffre
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Je suis né comme le rocher avec mes blessures
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Cyprès que le chasseur blesse
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
La paix du soir
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Héraclite d'Ephèse
Le Musée-bibliothèque François Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Braque intra-muros
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Feuillets d'Hypnos
Le Musée-bibliothèque François Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Envoûtement à la Renardière
Le musée-bibliothèque François-Pétrarque consacré à Pétrarque, à l'humanisme renaissant et à l'italianité, mène, depuis sa réouverture en 1986, une politique d'acquisition de témoignages artistiques relatifs à la Fontaine-de-Vaucluse et à son territoire littéraire dans la continuité du lieu inspiré et d'une tradition créatrice qu'illustrent, à cinq siècles d'écart, les deux grandes figures poétiques : François Pétrarque et René Char. Ainsi, cette maison-musée perpétue les liens esthétiques et sentimentaux entre un certain nombre d'artistes et le site à travers la thématique "P...
[ lire la suite ]


 
Verseuse à eau ou "yutô"
Ce chef d'œuvre de l'art japonais du laque, grande verseuse en laque Negoro considérée comme l'une des meilleures pièces connues dans les collections internationales, servait à contenir l'eau du thé dans des temples bouddhiques tels le Negoro-ji, province du Kii (actuelle préfecture de Wakayama). C'est très certainement dans les ateliers de ce célèbre temple, détruit en 1585, où les moines avaient porté à sa perfection la fabrication de tels objets en bois tourné puis patiemment recouvert de couches de laque couleur de cinabre sur fond de laque noire, que fut exécutée cette verseuse aux formes chantournées, héritées de la Chine, particulièrement ...
[ lire la suite ]


 
Piano mécanique
Instrument très intéressant, doté de 9 airs, état remarquable, d'un facteur niçois : la maison AMELOTTI.
[ lire la suite ]


 
PRECEDENT 1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  SUIVANT
Tri / genre
Tri / domaines
Tri / date d'acquisition
   1988   1989   1990   1991   1992   1993    1994   1995   1996   1997   1998   1999    2000   2001   2002   2003   2004   2005    2006   2007   2008   2009   2010   2011    2012   2013   2014   2015   2016   2017  

Carte du réseau
Carte archéologique
QR code
      Accédez au site sur votre mobile