Transfert de la bibliothèque-musée Inguimbertine

publié en

L’Inguimbertine en 2008, fonds d’Inguimbert (salle 10) – © Carpentras, bibliothèque-musée Inguimbertine, C. Chaline

La Ville de Carpentras a engagé un important programme de transfert de la bibliothèque-musée Inguimbertine dans les espaces de l’hôtel-Dieu, bâtiment classé monument historique. Cette bibliothèque, fondée par l’évêque Malachie d’Inguimbert en 1744, est léguée à la Ville en 1757, ce qui en fait un des plus anciens établissements publics culturels dans la France d’aujourd’hui. Conçue dès l’origine comme un lieu d’éducation passant par l’écrit, mais aussi par l’image, elle conserve plus de 80.000 livres, manuscrits et imprimés, 1.200 tableaux, 500 statues, 40.000 documents d’arts graphiques, 10.000 sceaux, monnaies et médailles, 32.000 items relevant de l’archéologie et des sciences naturelles etc. Alors que nombre d’institutions identiques vont séparer leurs fonds et distinguer le musée de la bibliothèque, Carpentras a maintenu l’unité de la collection, régulièrement enrichie au fil des ans. C’est cet archaïsme, devenu un atout pour croiser les publics, qu’il a été décidé de valoriser lorsque la Ville engage la modernisation de l’Inguimbertine. Sur 10.000 m², le projet scientifique et culturel élaboré en 2009 par Jean-François Delmas, conservateur, prévoit, outre la valorisation des espaces remarquables de l’hôtel-Dieu (l’escalier monumental, les donatifs, la chapelle, la pharmacie, la salle du conseil), le redéploiement des collections selon ce concept de bibliothèque-musée.

L’Atelier Novembre (Jacques Pajot et Marc Iseppi) et François Botton, architecte du patrimoine, conduisent ce programme d’aménagement. Ce dernier fait l’objet des validations conjointes du service des musées de France, du service des bibliothèques et de la conservation régionale des monuments historiques.
En octobre 2017, la bibliothèque multimédia a ouvert au public, offrant des services conformes aux attentes des publics du 21e siècle et maintenant le lien avec les œuvres du peintre et du savant par l’exposition de plus de 140 biens relevant de la collection muséale et des fonds patrimoniaux. En 2019, les espaces de médiation ont été réceptionnés où sont proposés des ateliers, expositions, conférences et spectacles.

La bibliothèque multimédia inaugurée en 2017 : forum - Takuji Shimmura / atelier Novembre

La tranche 2 concerne les espaces dévolus aux fonds patrimoniaux et à la collection muséale. Après une contextualisation historique et avant la section beaux-arts, le coeur de l’exposition permanente immergera le visiteur dans la bibliothèque-musée du 18e et du 19e siècle, dans cet univers de livres, de tableaux, d’antiques avec remploi des rayonnages historiques. Une salle d’exposition temporaire et une salle de consultation des fonds patrimoniaux compléteront l’offre.

Exposition permanente : projection du cabinet d’Inguimbert - © atelier Novembre

En parallèle aux travaux d’aménagement, un important chantier des collections est engagé pour restaurer les œuvres programmées en exposition et pour transférer les collections à l’hôtel-Dieu.
Les travaux de second œuvre seront achevés en fin d’année 2021, laissant place au déploiement des mobiliers puis des collections. Une ouverture au public est envisagée d’ici la fin de 2022 ou le début de 2023.

Réserve archéologique : chantier de transfert de 32.000 items réalisé en 2018 par un groupement réuni par Isabelle Boichet Conservation

autres

articles